Les ventes d'IBM baissent en raison de la chute de la demande chinoise

Les ventes de serveurs, services et logiciels du groupe ont baissé de 4% sur un an à 23,7 milliards de dollars, quand les analystes s'attendaient à les voir stagner à 24,8 milliards en moyenne. La plus forte baisse des vente s'observe en Chine, où l'activité du groupe a plongé de 20%.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

- 4% de chiffre d'affaires sur un an: le géant américain de l'informatique IBM a fort surpris les investisseurs mercredi. Les analystes s'attendaient à ce que ses ventes de serveurs, services et logiciels IBM aient stagné à 24,8 milliards de dollars alors qu'en réalité elles ont chuté à 23,7 milliards de dollars.

Conséquence, dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New York mercredi, l'action IBM perdait 5,8% à 175,9 dollars vers 23h50 (heure française).

- 15% de ventes dans les BRIC

Pourquoi une telle baisse des ventes? Celle-ci s'explique en partie en grande partie par la diminution des ventes dans les pays en forte croissance économique : -15% de revenus dans les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), idem dans la région Asie-Pacifique. Cela se vérifie particulièrement en Chine où l'activité du groupe a plongé de 20% et même de 40% pour les produits matériels comme les serveurs. En Amérique les ventes ont baissé de 1%, dans la zone Europe-Moyen Orient-Afrique, elle ont gagné un petit pour cent.

Pour justifier ces baisses, le directeur financier du groupe, Mark Loughridge, évoque des effets de change négatifs, notamment "un affaiblissement du yen" face au dollar. Cela explique selon lui le recul des ventes à hauteur de 2,5%. Autre facteur : la diminution des commandes par les entreprises contrôlées par l'État chinois due "au processus d'élaboration de nouveaux plans économiques", qui devraient selon lui s'achever mi-novembre.

Perte d'hégémonie généralisée

Les analystes extérieurs ont pour leur part souligné la stagnation des performances, même dans certaines régions où le groupe réalise traditionnellement d'importantes parts de son chiffre d'affaires. Un signe selon eux, qu'IBM a du lutter contre des vents contraires dans le monde développé et n'a pas encore retrouvé son hégémonie dans le domaine des services informatique, activité qui représente plus de la moitié de son chiffre d'affaires.

La douche froide sur le chiffre d'affaires a éclipsé des bénéfices trimestriels meilleurs que prévu. En effet, le bénéfice net a augmenté de 6% à 4 milliards de dollars, et le bénéfice par action hors exceptionnels, qui sert de référence pour les entreprises américaines, a dépassé de 3 cents la prévision moyenne des analystes, à 3,99 dollars.

A l'avenir, IBM pourrait céder au chinois Lenovo des serveurs entrée de gamme x86, d'autant qu'il lui avait déjà cédé ses ordinateurs personnels, mais robablement pas avant 2014.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 21/10/2013 à 11:20
Signaler
Si IBM a une strategie (Globalisation et Mondialisation) avec comme seul objectif faire monter l'action afin de satisfaire ces actionnaires et fonds de pensions. Quand aux services et consulting il faut oublier car IBM ne sait pas faire. Tous les ex...

à écrit le 17/10/2013 à 17:49
Signaler
Non. Les ventes baissent car IBM n'a aucune stratégie. Je l'ai souvent abordé sur ce fil. J'ai expliqué que la société avait multiplié son chiffre par 4 sur une période durant laquelle les autres l'avait fait par 10. IBM descend donc chaque année dan...

à écrit le 17/10/2013 à 13:37
Signaler
Dans la récession mondiale actuelle, tout le monde ne va pas s'en sortir...

à écrit le 17/10/2013 à 10:23
Signaler
tiens je croyais qu'en chine c'était le boom économique alors qu'ailleurs c'est la crise ? , IBM n'est plus qu'une coquille vide que lenovo arrache les morceaux d'année en années , quand le sous-traitant remplace son ex-donneur d'ordres , IBM va vers...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.