Rovio (Angry Birds) licencie 37% de son personnel

 |   |  381  mots
Rovio a lancé fin juillet Angry Birds 2, dans l'espoir de relancer une série qui s'est essoufflée.
Rovio a lancé fin juillet Angry Birds 2, dans l'espoir de relancer une série qui s'est essoufflée. (Crédits : Flickr/Ryan LI. CC License by.)
L'éditeur de jeux vidéo Rovio a expliqué dans un communiqué vouloir arrêter toutes les activités annexes pour n'en garder que trois: les jeux eux-mêmes, les médias (avec un film en préparation, attendu en mai) et les produits dérivés.

Angry Bird 2 n'aura pas suffi. Le créateur de la célèbre série de jeux vidéo pour téléphones mobiles, le finlandais Rovio, a annoncé mercredi 26 août un nouveau plan social, expliquant s'attendre à une baisse de ses profits cette année. Plus du tiers (37%) des 700 salariés sont concernés, soit 260 suppressions d'emplois. En décembre, 110 suppressions d'emplois avaient déjà été annoncées. Rovio précise prévoir une stagnation de son chiffre d'affaires annuel.

La diversification n'a pas payé

Rovio a expliqué dans un communiqué vouloir arrêter toutes les activités annexes pour n'en garder que trois: les jeux eux-mêmes, les médias (avec un film en préparation, attendu en mai) et les produits dérivés.

"Nous avons fait trop de choses. Dans notre état financier actuel nous devons maintenant mettre l'accent là où nous sommes les meilleurs", a expliqué dans un communiqué le directeur général Pekka Rantala.

Rovio a lancé Angry Birds 2 fin juillet, dans l'espoir de relancer une série qui s'est essoufflée. L'entreprise avait connu un succès fulgurant avec la première édition de ce jeu pour appareils mobiles, lancé en 2009, qui consiste à projeter des oiseaux avec un lance-pierres contre des cochons.

Des débuts fracassants

En 2012, soit trois ans après son lancement, Angry Birds affiche encore des résultats flamboyants. En l'espace d'une année, le jeu a doublé son chiffre d'affaire pour atteindre 152,2 millions d'euros. La société est cotée 4,5 milliards d'euros et suscite la convoitise des plus grandes entreprises comme Microsoft.

L'éditeur du jeu, Rovio, en alors profite pour développer de nouvelles franchises : Angry Birds Star Wars, Angry Birds Transformers, Angry Birds Season... L'entreprise embauche alors jusqu'à 800 salariés alors qu'elle en comptait 28 à ses débuts.

Puis elle diversifie ses revenus avec une stratégie de diversification en ouvrant des parcs d'attractions en Finlande puis en Chine, mais surtout avec des produits dérivés. Une série animée fait également son apparition.

Mais le succès est éphémère et les ventes chutent à partir de 2014. Cette année-là, elles atteignent 41,4 millions d'euros en baisse de 43%. L'entreprise enregistre alors d'importantes pertes, doit licencier 100 personnes et ferme un studio en Finlande.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2015 à 21:40 :
Signe avant-coureur, parmi d'autres licenciements emblématiques du secteur IT, qui annonce la fin de la bulle Cloud/Apps/Tablettes/Smartphone.
Les usages se généralisent et rentrent dans les mœurs, les applications sont nombreuses et la publicité sur téléphone, tablette et PC est de plus en plus souvent bloquée par les utilisateurs donc le marché a atteint son apogée. Les Killers apps continueront à se vendre, les jeux également mais de nombreuses applications faite de vent vont tout simplement disparaitre. Pour Rovio il est temps de réfléchir à revendre ses actifs à un grand studio de jeux vidéo ou bien à diversifier ses jeux en embauchant quelques stars du secteur pour continuer à avoir un véritable succès dans les jeux vidéos. Néanmoins se recentrer sur les activités historiques comme les jeux et les produits dérivés est une excellente nouvelle car cela prouve que l'équipe dirigeante est réaliste et consciente de la mauvaise direction prise à cause probablement de mauvais conseils dispensés par des financiers aux dents trop longues.
Je reste néanmoins convaincu que Rovio ferait une très bonne transaction en revendant ses actifs à Nintendo qui saura parfaitement les rentabiliser car les personnages de Rovio sont complémentaires à ceux de Nintendo. Cela Permettrait au studio Rovio d'accéder au monde des consoles mais aussi à de nouveaux financements, de nouvelles idées et des créateurs de jeux de génie. Wait & See.
a écrit le 26/08/2015 à 19:22 :
Selon ma compréhension, ce genre d'entreprise vit sur une vague de mode qu'elle doit exploiter. Ça doit demander un sang froid et une bonne dose de gestion à administrer. Il faut tout d'abord savoir 1/ monter en puissance en même temps que la vague, 2/ trouver des relais pour faire perdurer au maximum la mode, 3/ exploiter au maximum toutes les possibilités et les diversifications lors du zénith, 4/ garder la tête froide et anticiper la stagnation, puis 5/ savoir gérer la décroissance. Dans le cas de Angry Bird, il semble qu'on se trouve dans la phase 5 mais qu'ils ont moins bien géré la 4.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :