Comment faire ses courses avec des Google Glass

 |   |  305  mots
Tesco est le premier distributeur à se lancer ainsi dans les applications pour wearable technologies, ou technologies portables.
Tesco est le premier distributeur à se lancer ainsi dans les applications pour "wearable technologies", ou technologies portables. (Crédits : reuters.com)
Tesco a créé une application pour réaliser ses achats à partir des Google Glass, un pari risqué au vu du succès mitigé de ces lunettes intelligentes.

Le distributeur britannique lance la première application permettant de faire ses courses depuis une paire de Google Glass. Tesco Grocery Glassware permet aux lunettes intelligentes de scanner les codes barres, de donner des informations sur les produits et de les ajouter au panier virtuel. Le client passe ensuite sa commande sur le site de l'enseigne à partir d'un ordinateur, d'une tablette ou d'un mobile.

Mieux intégrer l'acte d'achat à la vie quotidienne

L'idée : "permettre aux clients de faire leurs achats dès qu'ils le souhaitent", explique Pablo Coberly, ingénieur en innovation au Tesco Labs.

"Les produits peuvent être commandés et ajoutés au panier au moment même où le consommateur réalise qu'il doit en racheter. L'acte d'achat s'intègre ainsi mieux à la vie quotidienne", observe Pablo Coberly.

Si l'application est encore en cours de développement, le pari de Tesco est risqué à l'heure où l'enthousiasme pour les Google Glass s'effrite. Aucune date de commercialisation n'a encore été annoncée par leur concepteur qui doit également fermer les quatre points de vente des lunettes intelligentes.

Augmenter la productivité des vendeurs

Tesco est donc le premier distributeur à souhaiter voir ses clients porter des Google Glass. Mais le groupe pourrait également en équiper ses vendeurs. C'est ce qu'a fait Darty dans l'un de ses points de vente franciliens pour faire gagner du temps à ses équipes. Plus d'aller-retours, le vendeur peut scanner les produits pour communiquer immédiatement à ses clients les informations demandées.

Seul bémol : les lunettes intelligentes coûtent encore 1.500 dollars pièce, soit plus de 1.200 euros. Un prix élevé pour le leader de la grande distribution outre-Manche qui connaît des difficultés financières, notamment depuis la manipulation comptable dont il a été victime en octobre dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :