Google Glass : l'enthousiasme s'effrite, des ingénieurs clés jettent l'éponge

 |   |  273  mots
Le géant américain assure toutefois qu'il est toujours déterminé à mener à bien ce projet.
Le géant américain assure toutefois qu'il est toujours déterminé à mener à bien ce projet. (Crédits : <small>Wikipédia / Google</small>)
Rien ne va plus pour les lunettes intelligentes du géant américain. Plusieurs développeurs abandonnent le projet, alors que Google n'a toujours pas annoncé de date de commercialisation.

Après des mois d'euphorie, les Google Glass font moins rêver les technophiles et, ce qui ne laisse pas d'inquiéter, ceux-là mêmes qui sont aux premières loges de l'innovation. Ainsi, sur 16 développeurs d'applications pour les lunettes intelligentes de Google contactés par l'agence Reuters, 9 ont déclaré qu'ils avaient mis fin à leur projet ou abandonné tout développement, en raison principalement du faible nombre d'utilisateurs ou des limitations de l'appareil. D'après de nombreux développeurs, l'accessoire connecté à Internet pourrait trouver un marché de niche, dans le milieu du travail ou des loisirs, mais ses chances de faire un "carton" auprès du grand public sont réduites. Le grand public fait d'ailleurs montre aussi d'une certaine suspicion concernant les atteintes au respect de la vie privée qui résulteraient d'une utilisation sans frein de cet objet connecté.

Chez Google, des employés clés quittent le navire

Google semblerait presque lui-même avoir renoncé à le mettre sur le marché à grande échelle, aucune date de commercialisation n'étant annoncée. Serguei Brin, le cofondateur de Google, ne les porte plus systématiquement. En outre, plusieurs employés clés du géant de l'Internet travaillant sur le développement des Google Glass ont quitté le groupe au cours des six derniers mois, dont Babak Parviz, chef développeur, Adrian Wong, ingénieur électrique et Ossama Alami, directeur des relations avec les développeurs.

Toutefois, le groupe américain assure qu'il est toujours déterminé à mener à bien ce projet, avec des centaines d'ingénieurs et de cadres y travaillant, dont Ivy Ross, un ancien cadre-dirigeant de Calvin Klein.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2014 à 21:36 :
"avec des centaines d'ingénieurs et de cadres y travaillant, dont Ivy Ross, un ancien cadre-dirigeant de Calvin Klein."

C'est bon ils sont sauvés, le mec avant il faisait des slips, maintenant il fait des lunettes connectées...
a écrit le 17/11/2014 à 18:34 :
Les lunettes caméra à vocation loisirs et professionnelle existent déjà depuis quelques années.
a écrit le 17/11/2014 à 16:34 :
Les glass-hole auraient ils enfin compris ce qui les attendaient dans leur quotidien ?
Réponse de le 17/11/2014 à 20:42 :
Oui, un bon vieux bourre pif des 30 glorieuses au coin de la rue. C'est quoi cette envie de vouloir filmer en continue ? On va me demander mon avis à être filmer ? Tiens moi non plus, Pan, boum, aïe !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :