Une start-up française réinvente les Google Glass

 |   |  433  mots
Pour sa campagne Kickstarter, Optivent a présenté trois modèles de ce que pourraient être les lunettes connectées Ora-X
Pour sa campagne Kickstarter, Optivent a présenté trois modèles de ce que pourraient être les lunettes connectées Ora-X (Crédits : Optinvent)
Après avoir sorti en 2013 des lunettes connectées capables selon les sites spécialisés de concurrencer les Google Glass, Optinvent a décidé de présenter un modèle plus évolué, intégrant un casque.

Déjà remisées, les lunettes connectées ? À en croire certains, l'effet de mode serait passé. Un "cycle naturel" du battage médiatique pour Kayvan Mirza, président d'Optinvent, interrogé par La Tribune le 19 novembre à l'occasion du Digiworld Summit de Montpellier. Pour celui qui dirige la start-up auteur des Google Glass à la française, ce type d'objets "finira naturellement par s'imposer", quitte à en chambouler l'apparence.

Car le patron de cette entreprise, lancée en 2007, reconnait que les lunettes connectées "souffrent d'un paradigme", leur forme étant très difficile à adapter tant "l'objet est ancré dans notre psyché".

Élargir le public

Ainsi, après avoir commercialisé de "nombreux" modèles de ses premières lunettes ORA-1 (aucun chiffre n'a été communiqué) auprès de grandes entreprises internationales, Optinvent a réussi avec succès fin octobre une campagne de financement participatif sur Kickstarter, mettant en avant son modèle ORA-X.

Davantage destiné au grand public, ce modèle, encore en conception devrait répartir le poids de l'objet connecté sur l'ensemble de la tête et non seulement sur l'arrête nasale comme c'est le cas avec de simples lunettes connectées. Kayvan Mirza s'attend à une commercialisation au "troisième trimestre 2015" pour un prix compris entre "399 et 450 dollars".

Un solide concurrent des Google Glass

Si Google n'est pas le seul à faire des lunettes connectées (il existe par exemple des modèles chez Vuzix et Epson), il est difficile de parler de ce type d'objets sans y faire référence. Pour autant, la comparaison va plutôt en faveur du challenger français, à en croire Kayvan Mirza.

Celui-ci explique que les ORA possèdent un écran trois fois plus grand, deux fois plus lumineux et moitié moins énergivore. La start-up française a également su tirer son épingle du jeu grâce au coût de production de sa technique de projection de l'image, peu coûteuse et facile à produire. À titre de comparaison, les Google Glass sont vendues quelque 1.500 dollars. Astro Teller, le directeur du Google X Lab (à l'origine de ces lunettes connectées, mais qui travaille aussi sur la voiture sans conducteur), a toutefois reconnu, le 17 novembre dans une interview au site spécialisé CNET, la "nécessité de réduire leur prix" afin de pénétrer davantage les marchés. Une double baisse des prix pour le réduire à 375 dollars permettrait de mieux coller au coût réel, estimé en mai à environ 150 dollars par une équipe d'analystes du cabinet de conseils IHS.

>> Aller plus loin Pourquoi les Google Glass sont vendues 10 fois leur coût de revient

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2014 à 15:42 :
Une société créée en 2007 n'est sûrement plus une start up !!!
a écrit le 21/11/2014 à 8:01 :
Euh c'est pas plutôt Google qui copie optinvent?
a écrit le 20/11/2014 à 18:53 :
Donc elle n'a rien inventer du tout mais essaye de surfer sur la vague pour y retirer des subventions, Je vois je vois..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :