Cryptomonnaie : Samsung investit dans la pépite française Ledger

 |   |  700  mots
(Crédits : Ledger)
Le géant sud-coréen de l’électronique confirme son intérêt pour la blockchain en investissant dans la startup française Ledger, qui a écoulé plus de 1,5 million d'exemplaires de son coffre-fort pour clé d'accès aux comptes en cryptomonnaies. Eric Larchevêque, l’actuel dirigeant, quitte la direction opérationnelle de l’entreprise pour se concentrer sur sa stratégie au long terme.

Un géant de la tech conquis par une jeune pousse tricolore. Selon les informations du magazine Capital, Samsung a pris une participation dans Ledger, la startup française spécialisée dans la sécurisation des cryptomonnaies, lors de sa dernière augmentation de capital. Contactée par la rédaction, Ledger a confirmé l'information sans pour autant la commenter.

Capital explique avoir consulté des documents indiquant que Samsung avait investi 2,6 millions d'euros et que cela valoriserait Ledger 260 millions d'euros. Cet investissement confirme l'intérêt du groupe sud-coréen pour la technologie Blockchain, quelques semaines après avoir lancé son nouveau smartphone, le Galaxy S10, doté d'un portefeuille de cryptomonnaies.

« On aura toujours besoin de hardware wallets, mais pour accompagner une révolution crypto basée sur une souveraineté personnelle accessible à tous, le smartphone va effectivement jouer un rôle central », a commenté Eric Larchevêque, le cofondateur de Ledger, sur Twitter après la publication de l'article.

Créée en 2014 par le fondateur de La Maison du bitcoin, Eric Larchevêque, au côté d'entrepreneurs dont un ancien d'Oberthur et un ex de Criteo, Ledger cible les particuliers et les institutions financières qui achètent des cryptomonnaies, comme le bitcoin et l'ether, et souhaitent les stocker en se prémunissant des attaques informatiques. Elle s'est notamment fait connaître par son produit Nano S, un coffre-fort, qui ressemble de loin à une clef USB, dédié à la sécurisation de ces cryptomonnaies, dont elle a écoulé 1,5 million d'exemplaires après avoir connu une croissance fulgurante en 2017. La startup s'apprête désormais à livrer son nouveau produit le Nano X, certifié par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), avec quelques semaines de retard après avoir été confrontée à un léger contretemps industriel.

Changement de direction

Impactée comme de nombreux autres acteurs par la chute du cours du bitcoin en 2018, l'entreprise songe aujourd'hui à alléger ses effectifs en se séparant éventuellement d'une vingtaine de personnes sur les quelque 200 employés. Implantée à la fois à Paris et Vierzon, où se trouve son site de production, avec des bureaux à San Francisco, New York et Hong Kong, Ledger avait levé 75 millions de dollars (environ 61 millions d'euros) en janvier 2018 et s'était organisée en prévision d'une introduction en Bourse en 2021, opération aujourd'hui écartée compte tenu du repli du marché.

Dans le cadre de cette réorganisation, la startup va réduire les fonctions support et recruter des postes d'ingénieurs pour se focaliser sur la production. Elle n'exclut pas toutefois une future introduction en Bourse. « Nous pensons qu'à un moment ou un autre, passer par une IPO aura beaucoup de sens, surtout si nous pouvons nous coter sur des marchés crypto », avait indiqué Eric Larchevêque lors de l'événement La Tribune Blockchain Summit.

La pépite entend désormais mettre l'accent sur ses activités dédiées aux entreprises, avec la solution Vault, moins corrélées à l'évolution des cours des cryptomonnaies. « Cela va nous permettre de générer des revenus récurrents et de conférer une stabilité à l'entreprise », avait indiqué son cofondateur lors du même événement.

Mercredi 24 avril, Ledger a fait part d'un changement d'organisation au sein de sa direction. Eric Larchevêque devient président exécutif du conseil d'administration et confie la direction opérationnelle à Pascal Gauthier, l'un des premiers investisseurs de la société et membre du comité conseil d'administration.

« L'exécution de la gestion quotidienne d'une entreprise aussi complexe que Ledger s'est faite au détriment du temps investi sur les réflexions de stratégie et de vision long terme. [...] J'ai donc décidé avec le soutien du conseil d'administration, d'assumer un nouveau rôle en tant que Executive Chairman. Dans ce rôle, je vais pouvoir me concentrer sur les aspects stratégiques long terme, tout en supervisant les activités de sensibilisation à la blockchain des différents régulateurs et gouvernements, nouant des partenariats majeurs et représentant Ledger en matière de leadership technologique », a expliqué Eric Larchevêque dans un communiqué de presse.

____

MASTER CLASS Eric Larchevêque, CEO de Ledger

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2019 à 6:59 :
Les gogos croient aux coffres fort numériques ..
a écrit le 25/04/2019 à 12:17 :
Souvenons nous de cette énième propagande des médias de masse contre les cryptomonnaies parlant d'illusion alors que le cours du bitcoin se stabilise et que de plus en plus de puissances financières et industrielles s'y mettent.

Un "échec" comme on aimerait en voir plus souvent hein...
a écrit le 25/04/2019 à 12:07 :
Se faire repérer par une entreprise coréenne, experts en la matière, dans le domaine du numérique est plus que remarquable.
Réponse de le 27/04/2019 à 5:30 :
Je croyais que tu étais blasé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :