IA : Mindsay (ex Destygo) lève 8,9 millions d'euros pour imposer ses chatbots partout

 |   |  546  mots
Les chatbots de Mindsay permettent aux voyageurs de gérer facilement leurs déplacements : demander les horaires, être informés des retards et des annulations, réaliser des itinéraires, s'informer sur les services disponibles à proximité...
Les chatbots de Mindsay permettent aux voyageurs de gérer facilement leurs déplacements : demander les horaires, être informés des retards et des annulations, réaliser des itinéraires, s'informer sur les services disponibles à proximité... (Crédits : Chatbot SNCF)
La startup parisienne change de nom pour mettre l'accent sur son intelligence artificielle et reçoit le soutien financier du fonds américain White Star Capital, du français Partech, et ses clients Aéroports de Paris et Accor. Son objectif : développer ses chatbots d'intelligence conversationnelle dans le secteyur du tourisme aux Etats-Unis et s'étendre au retail.

Destygo, désormais Mindsay, change de nom et d'ambitions. La startup parisienne spécialisée dans les chatbots -agents conversationnels automatiques en ligne- dans le secteur du tourisme, annonce mercredi 29 mai une levée de fonds de 10 millions de dollars (8,9 millions d'euros) auprès du fonds américain White Star Capital (Meero, Klaxoon) et de ses partenaires historiques français Partech, Groupe ADP et Accor, ces deux derniers étant aussi ses principaux clients.

L'IA au service du marketing conversationnel

Fondée en 2016 par Guillaume Laporte, Ilias Hicham et Pierre Pakey, Mindsay développe des chatbots et des voicebots, c'est-à-dire des agents conversationnels dont la mission est de répondre aux questions des clients des grands groupes sur tous leurs supports : sites web, applications mobiles, messageries instantanées comme et Facebook, WhatsApp ou encore assistants vocaux comme Alexa et Google Assistant.

« Notre mission est d'apporter, grâce à des outils de marketing conversationnel auto-apprenants la meilleure réponse immédiate aux questions les plus courantes des clients en ligne » indique Guillaume Laporte, CEO de Mindsay. «Nos outils de marketing conversationnel auto-apprenants permettent d'améliorer l'engagement et la satisfaction des clients et de réduire les volumes pour les équipes de service client de 80 %, précise Guillaume Laporte, le CEO et cofondateur de la startup.

Cette automatisation des échanges les plus banals de la relation client doit permettre aux équipes du service client de dégager davantage de temps pour traiter les demandes les plus complexes.

Pour améliorer la qualité du dialogue avec le chatbot -une nécessité aujourd'hui car l'interprétation du langage naturel reste aussi assez rudimentaire-, l'équipe R&D de Mindsay développe depuis 18 mois un modèle d'apprentissage par renforcement, une méthode d'intelligence artificielle qui permet aux assistants de s'améliorer à partir des conversations des utilisateurs.

A l'attaque des Etats-Unis et du secteur du retail

Jusqu'à présent, Mindsay s'est concentré sur le secteur du tourisme et revendique parmi sa vingtaine de clients dans cinq pays des grands compagnies aériennes (Ibera, Vueling), des opérateurs aéroportuaires (ADP, Vinci Airports à Lyon), des acteurs du ferroviaire (RATP, SNCF, Keolis, Thalys) et des voyagistes comme Carlson Wagonlit Travel (CWT) ainsi que le leader mondial des parcs d'attractions, Disney. Ses outils permettent aux voyageurs de gérer facilement leurs déplacements : demander les horaires, être informés des retards et des annulations, réaliser des itinéraires, s'informer sur les services disponibles à proximité...

Désormais et grâce à ses investissements dans l'intelligence artificielle, Mindsay compte conquérir de nouveaux clients dans le tourisme, notamment aux Etats-Unis, et élargir ses offres à l'ensemble du secteur du retail, qui se transforme sous l'effet de la révolution numérique et de la domination d'Amazon.

L'accélération de Mindsay, après une première levée de fonds d'un million d'euros en 2017, est nécessaire : dans un contexte très concurrentiel, la startup va devoir jouer des coudes pour s'imposer et tenter de profiter de l'explosion anticipée du commerce via les agents conversationnels. D'après une étude récente de Juniper Research, les chatbots vont transformer la distribution dans les quatre prochaines années. Les ventes via des chatbots devraient ainsi doubler chaque année jusqu'en 2023, pour passer de 7 à 112 milliards de dollars par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2019 à 9:14 :
"Décharger le plus possible les équipes du service client pour traiter uniquement les dossiers complexes"...

A terme, la réception humaine n'existera que dans les hotels haut de gamme, très haut de gamme voire palaces.

Cette IA va fabriquer des millions de chomeurs.
Les domaines pro concernés : enseignement, gestion compta, banque, assurance, juridique, tourisme et reception, services en tous genre...

Les robots ont détruit le monde ouvrier.
Les progressistes ont déclaré que l'avenir était le tertiaire.
L'IA va détruire l'emploi tertiaire.

Les progressistes ont raison.
Le progrès, c'est bien
a écrit le 29/05/2019 à 20:30 :
maxim

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :