"La vraie menace pour la French Tech, c'est la crise des talents" (Kat Borlongan)

La directrice de la Mission French Tech revient pour La Tribune sur le manque de mixité et de diversité sociale et culturelle dans la tech, et promet des mesures en 2020 pour répondre à la crise des talents tout en rendant la French Tech plus inclusive.
Sylvain Rolland

2 mn

Kat Borlongan, la directrice de la Mission French Tech.
Kat Borlongan, la directrice de la Mission French Tech. (Crédits : Michel Briand via Wikipedia (CC BY-SA 2.0))

LA TRIBUNE - Les startups rencontrent de plus en plus de difficultés pour recruter et le nombre de postes non pourvus dans les métiers du numérique explose. Pourtant, le chômage reste un fléau en France, notamment pour les plus défavorisés...

KAT BORLONGAN - Ce n'est pas acceptable. La vraie menace pour la French Tech n'est même plus l'accès au financement mais la capacité à recruter. Le secteur de la tech est confronté à une pénurie de talents au point de devoir faire des pieds et des mains pour attirer des profils à l'international, alors qu'il y a en France des gens touchés par le chômage qui ne trouvent pas assez leur place dans les startups. Tout le monde s'imagine que la pénurie concerne surtout les métiers très techniques comme les ingénieurs et les data scientists. Mais les sales (ventes) sont parmi les compétences les plus recherchées par les startups. Un jeune qui a travaillé chez Decathlon pour vendre des chaussures devrait avoir autant de chances d'être embauché dans une startup qu'un diplômé de Sciences Po. Mais beaucoup estiment que la tech, ce n'est pas pour eux. Beaucoup ne réalisent même pas qu'ils ont les compétences pour travailler dans la tech.

L'effet de réseau joue à plein dans le milieu de la tech. Comment pousser les startuppeurs, essentiellement des hommes blancs favorisés, à s'ouvrir à d'autres profils ? Faut-il imposer des quotas ?

Les quotas peuvent être efficaces si le problème vient du recruteur. Mais c'est un peu plus compliqué que ça. Pour davantage de femmes et de diversité sociale, il faut aussi que davantage de startups soient fondées par ces profils. Donc il y a un enjeu autour de l'éducation et de la formation professionnelle pour attirer davantage ces profils. Un autre levier est d'aider ceux qui n'ont pas les moyens ni le réseau à devenir entrepreneurs, comme le fait le programme French Tech Tremplin. On peut aussi agir lors de la phase de l'hyper-croissance des startups, qui nécessite de recruter rapidement de nombreux collaborateurs, parfois plusieurs par semaine, en sensibilisant les DRH. Beaucoup de startups attendent longtemps avant de professionnaliser leur direction des ressources humaines. Le service RH des startups doit monter en compétence et davantage prendre conscience de ces enjeux.

Comment ?

Il nous faut des données pour analyser la problématique de la diversité à chaque étape de la vie des startups. Il faut comprendre où et pourquoi ça coince, quelles sont les bonnes pratiques, comment prendre en compte à la fois les impératifs des startups et la nécessité de les ouvrir à des profils plus divers qui apportent des compétences et des expériences complémentaires. Le 16 décembre, j'ai réuni les DRH des startups du Next 40, avec l'objectif d'aboutir à un plan en 2020 pour leur permettre de mieux faire face à la crise des talents. Développer la mixité femme/homme et la diversité sociale est évidemment une réponse.

Propos recueillis par Sylvain Rolland

Sylvain Rolland

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 23/12/2019 à 9:41
Signaler
"Inclusif", "mixité sociale", "quotas", comme si avoir des quotas allait tout arranger ! Quelle bêtise ! Nous sommes en train de devenir les USA et leurs sempiternels détours pour un oui ou un non.... cherchant si on a pas vexer le chat en embauc...

le 24/12/2019 à 14:39
Signaler
"Nous sommes en train de devenir les USA" ET donc c'est quoi qui t'embêtes dans le fait de vouloir devenir premier dans tous les domaines ? Ben oui tu c'est tu n'y es pas habitué et ça ça te fait peur...

à écrit le 20/12/2019 à 20:53
Signaler
Cela reste toujours du financement ou indirectement des problèmes d’accès aux clients pas assez bienveillants, ouverts à des nouvelles solutions S’il faut ensuite trouver les talents on peut toujours à condition d’avoir les moyens financiers pour f...

à écrit le 19/12/2019 à 17:20
Signaler
Pour en remettre une couche, un article sur developpez compare les rémunérations US vs France des développeurs.... ce n'est pas beau à voir : oui en France les salaires sont trop bas : aux US salaire débutant bas de l'échelle 175 000 dollars et jusqu...

à écrit le 19/12/2019 à 14:40
Signaler
""La vraie menace pour la French Tech, c'est la crise des talents"" Au sein d'une nation qui pour de seules raisons électoralistes (du moins espérons le que ce ne soit que pour ça, parce que vu notre héritage, vu les déclarations de haine de nos p...

à écrit le 19/12/2019 à 14:29
Signaler
Le fait de faire des levées de fonds ou 98% sont des hommes, cela veut aussi dire qu'a partir du principe ou les capitaux ne sont pas en corrélations avec les idées, oui pas de doute .... J'ai été dans un start up ou j'ai fais licorne, et il est é...

à écrit le 19/12/2019 à 14:18
Signaler
Les arguments développés sont fallacieux. Les 2 vrais problèmes sont la formation et le niveau des salaires. Les formations sont inadaptées à la demande : manque de réactivité des écoles et universités qui pour les secondes ne sont absolument pas à ...

à écrit le 19/12/2019 à 12:57
Signaler
Quand on mesure la précarité et le coté tres éphémère des start-ups qui veulent développer et vendre de nouvelles applications numériques, pas étonnant si on ne trouve pas assez de monde à recruter. Au fait combien d'applications numériques un indiv...

à écrit le 19/12/2019 à 10:21
Signaler
le vendeur chez decathlon va rester chez decathlon, vu qu'il ne va pas gagner moins, qu'il a des participations a gogo sur les resultats du magasin, du groupe, etc, qu'il va travailler 35 heures au lieu d'avoir des horaires pleines d'heures de benevo...

le 19/12/2019 à 14:34
Signaler
vous avez bien compris de quoi il s'agit ! en sachant pour moi que la reproduction sociale ,fait que se sont les mêmes qui sont servit ! Tu te fais prendre une fois, mais cela ne marche plus a présent. Il vaut mieux le faire a partir de la logiqu...

à écrit le 19/12/2019 à 9:48
Signaler
Et quels sont les efforts fait par ces entreprises pour recruter ? A quoi ressemblent leurs annonces ? Est ce qu'elles prennent la peine et le temps de les former "les vendeurs Decathlon" qui voudraient tenter l'aventure? Mon expérience en tant qu...

le 19/12/2019 à 10:23
Signaler
Les indépendants, artisans et PME doivent compenser le dumping fiscal et social des mégas riches, on ne peut pas tout leur demander.

le 19/12/2019 à 14:36
Signaler
oui c'est cela, mais ils peuvent pas le dire ! les donneurs d'ordres cannibalisent les capitaux sachant qu'ils ne servent que ceux avec un diplôme de grande école.

à écrit le 19/12/2019 à 9:11
Signaler
Toujours ce discours éculé sur les difficultés à recruter. Mais je le dis encore une fois, il doit être aussi dur pour une entreprise de trouver un employé, que pour une personne en recherche d'emploi de trouver un employeur. Il n'y a aucune raison q...

à écrit le 19/12/2019 à 8:35
Signaler
"sur le manque de mixité et de diversité social et culturelle dans la tech" LE problème majeur c'est que notre président à besoin du front national pour se faire élire et donc que celui-ci soit à tout prix au second tour contre lui. Comme il n'est...

à écrit le 19/12/2019 à 8:20
Signaler
Non, la vraie menace pour la French Tech (quel nom pompeux) est que les talents ne sont pas assez bien rémunérés. Pourquoi rester en France alors que d'autres pays européens offrent des rémunérations bien plus attractives. Et pour les plus aventureux...

le 20/12/2019 à 8:20
Signaler
Le mythe usa qui continue à faire rêver ? Vas y et tu déchanteras vite. Tes revenus calculent les en pouvoir d'achat réel et non en dollars bidons, quant à l'accueil, ils n'attendent que toi, les ricains, gros bêta

à écrit le 19/12/2019 à 7:58
Signaler
Bonjour, N'importe quoi. Any way, aucun algorithme ne permet de prendre en compte l'expérience de la vie, qui permet de choisir les bonnes personnes. En effet, avoir l'expérience de Décathlon n'empèche pas d'etre un bon commercial dans la tech. Mai...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.