NewsGuard : peut-on confier la notation des médias à des startups ?

 |   |  887  mots
(Crédits : Kacper Pempel)
Lancée il y a un an aux Etats-Unis, la startup de notation des médias débarque en France. NewsGuard labellise les médias en fonction de leur "crédibilité et transparence", dans l'espoir de lutter contre la propagation des fake news.

Pour lutter contre les fake news - ces fausses nouvelles apparues en 2016 lors du Brexit puis popularisées par l'élection présidentielle américaine - pouvoirs publics et géants du Net tâtonnent encore. Des startups tentent donc de s'ériger en arbitre impartial pour tirer leur épingle du jeu. C'est le cas de NewsGuard. Lancée il y a un an aux Etats-Unis, la jeune pousse propose une extension de navigateur permettant de noter les sites d'information pour y apposer un label. Après s'être déployé au Royaume-Uni, en Italie et en Allemagne depuis le début de l'année, NewsGuard s'est lancé en France mercredi 22 mai, à l'approche des élections européennes.

"L'Europe génère beaucoup de fantasmes et de rumeurs, donc il était pertinent de se lancer en France avant les élections européennes, qui s'annonçaient propices à la propagation de fake news", explique Chine Labbé, éditrice chez NewsGuard pour la France, ancienne journaliste passée chez Reuters et The Economist.

L'extension est compatible avec les principaux navigateurs (Chrome, Safari, Edge, Firefox) et moteurs de recherche (Google, Bing, Qwant, Duck Duck Go). Les notes sont également accessibles depuis Facebook et Twitter lorsque l'internaute y accède via un des navigateurs partenaires.

| Lire aussi : Les élections européennes à la merci des "fake news" ?

Fake news : la "crédibilité" des médias en jeu

NewsGuard a développé un algorithme qui détermine les sites devant être notés en analysant le nombre de contenus qu'ils publient et partagent en ligne. Les sites peuvent donc être des médias reconnus, mais aussi des blogs. "Actuellement, NewsGuard a analysé une soixantaine de sites en France (ndlr : de Libération à Sputnik), ce qui correspond à 70% de l'information partagée en ligne", estime Chine Labbé. Cette proportion devrait grimper à 90% d'ici l'été, selon NewsGuard.

Une fois les sites sélectionnés, des éditeurs humains vont passer au peigne fin les sites d'information selon neuf critères. Ces critères sont déterminés par la startup, en collaboration avec un "comité consultatif", composé entre autres de Alice Antheaume, directrice exécutive de l'Ecole de journalisme de Sciences Po et Jimmy Wales (co-fondateur de Wikipédia).

"Ces critères font consensus puisqu'ils reflètent les fondamentaux de la pratique journalistique", avance Chine Labbé, avant de les détailler. "Nous nous intéressons à la crédibilité et la transparence des sites : le site publie-t-il régulièrement des fake news ? Cite-t-il ses sources ? En cas d'erreur, est-ce que le site corrige ses papiers ? La publicité est-elle séparée de l'éditorial ? Les faits sont-ils séparés des opinions ..?"

Un système de notation sur 100 points

L'analyse est réalisée par une équipe d'humains. Sept personnes travaillent pour la version française. Si le site obtient plus de 60 points sur 100, alors il obtient un "bouclier vert", gage de qualité selon NewsGuard. Dans le cas contraire, il obtient un "bouclier rouge" avec un message d'avertissement à l'attention du lecteur. "Nous ne sommes pas là pour donner un certificat, justifie Chine Labbé, mais il est important que les médias s'engagent à rectifier leurs erreurs. Nous voulons donner des clés de lecture supplémentaires aux lecteurs."

Si les fake news constituent un véritable fléau, n'est-il pas tout aussi dangereux de confier la crédibilité des médias à des startups ? D'autant plus que des ONG comme Reporters Sans Frontières ont aussi lancé des programmes de labellisation des médias pour créer des normes mondiales de références pour le journalisme.

"Nous n'apportons pas d'analyse biaisée car nos critères de notations sont transparents et détaillés. Nous contactons toujours les sites pour obtenir leur retour avant publication de notre label. Si le média juge notre analyse erronée, alors il est possible de le faire valoir pour se livrer à une réévaluation", se défend Chine Labbé.

Selon l'éditrice, sur 2.500 sites analysés aux Etats-Unis, 500 ont réalisé des modifications après analyse. "C'est le cas d'Al-Jazeera par exemple, qui ne mentionnait pas explicitement dans sa page "à propos" ses liens avec le Qatar dans le financement de chaîne. Ils ont désormais fait des modifications, et sont passés d'un bouclier rouge à vert."

6 millions de dollars levés

Les actionnaires majoritaires sont Steven Brill et Gordon Crovitz, les co-fondateurs de NewsGuard.  Parmi les autres investisseurs, se trouve notamment le groupe publicitaire français Publicis. Hormis les co-fondateurs, "le reste des investisseurs ne participent pas au processus de notation et à la rédaction (des labels)", peut-on lire sur leur site. La startup de 35 personnes a levé 6 millions de dollars depuis sa création.

Le business model de NewsGuard repose sur la vente de licences mensuelles aux géants de la tech, comme Microsoft ou Google.

"Les géants de la tech se voient régulièrement reprocher de contribuer - souvent malgré eux - à la propagation de fake news. C'est une façon pour eux de proposer des outils en tentant de réduire un problème auquel ils participent de facto", estime Chine Labbé.

Courant 2019, la jeune pousse table sur un chiffre d'affaires de 2 millions de dollars. Elle prévoit d'être rentable d'ici "la fin de l'année prochaine ou le début de l'année suivante", selon NewsGuard.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2019 à 17:31 :
Pourquoi pas des robots, ce qui est peut être le cas. En outre, celui qui paye décidera de ce qui est "bien" et là ca me gène. Cette question des Fakes news devrait être du domaine de l'éducation. Pour moi, mais je me trompe surement, le bac permet d'acquérir un sens critique et une certaine culture générale nécessaire pour lire les journaux (un journal ne se limite pas à 140 caractères) et voter. En outre nous avons dans notre pays la chance de posséder une histoire riche, ancienne et souvent tragique, sa connaissance me semble d'un bonne utilité pour se projeter dans le futur..
a écrit le 23/05/2019 à 13:07 :
On a déjà beaucoup de chances que cela ne soit pas la commission européenne qui déclare officiellement telle institution légale ou pas en la matière, on aurait vite pu sombrer totalement dans la dictature là...

Ensuite c'est toujours pareil hein, il faut des gens dénués de tout militantisme pour prendre le recul suffisant sinon c'est une improductivité supplémentaire

Maintenant nous continuons d'infantiliser le citoyen afin de lui dire ce qui est bien et ce qui est mal, une erreur de plus en plus manifeste.

Sinon j'espère que l'émission de Calvi qui hurle au complot dans tous les sens sera bloquée en rouge hein ! Sinon à quoi ça sert ? Les médias de masse seraient exemptés d'une telle vérification pourquoi ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :