Prix 10.000 startups 2020 : Ewattch connecte les usines traditionnelles à l'industrie 4.0

 |  | 875 mots
Ewattch a mis au point des capteurs sans fil destinés à la modernisation technologique des sites industriels existants.
Ewattch a mis au point des capteurs sans fil destinés à la modernisation technologique des sites industriels existants. (Crédits : DR)
PORTRAIT DE GAGNANT. La startup vosgienne Ewattch est le gagnant 2020 dans la catégorie Industrie du futur du prix 10.000 startups pour changer le monde, organisé par La Tribune. La jeune entreprise a développé des capteurs et des logiciels qui démocratisent l'usine 4.0 en la rendant accessible aux industries "traditionnelles". Ses solutions connectent, de manière économique, des parcs de machines hétéroclites et parfois anciens, tout en maîtrisant leur consommation énergétique.

L'aventure d'Ewattch s'est bâtie sur le constat de l'équipement hétéroclite des usines, dans les Vosges puis en France entière. "Les usines qui nous entourent ont en général une durée de vie très longue. Les sites industriels grandissent et les résultats sont rarement homogènes. On y trouve tous types de machines et parfois, les responsables des sites ne disposent même plus de l'ensemble des plans électriques", a observé Nicolas Babel, président d'Ewattch. Son entreprise a connu des débuts timides entre 2012 et 2016, dans l'environnement très concurrentiel des capteurs thermiques et du "smart building". Elle a réorienté l'ensemble de ses activités vers les usines connectées. La priorité est désormais accordée à l'équipement de sites existants, dont les gestionnaires peinent à réduire les consommations énergétiques parce que leur parc de machines ne se laisse pas piloter à distance. "Nous avons la réponse. Notre métier consiste à développer des cartes électroniques, des capteurs sans fil et des applications logicielles sur le cloud. Nos capteurs et nos plates-formes permettent d'identifier ce qui consomme. Ils apportent une réponse rapide sur les aspects énergétiques des investissements", propose Nicolas Babel.

Lire aussi : Prix #10000 startups de La Tribune : découvrez les gagnants 2020 !

Des capteurs connectables sur toutes les machines, même les plus archaïques

Lauréate du prix French Tech en 2019, Ewattch a élaboré son offre commerciale sur trois piliers : superviser les parcs machines, optimiser la production, maîtriser les consommations énergétiques. Son projet s'inscrit dans le prolongement de l'élan fondateur, en 2012. "L'idée initiale consistait à mettre au point des objets connectés destinés au monde de la construction. La réglementation thermique RT 2012 imposait des dispositifs pour mesurer les consommations d'énergie dans les logements. Cette obligation a disparu. Nous avons alors réorienté toutes nos activités vers l'industrie", raconte Nicolas Babel.

"On parle d'industrie 4.0, mais cela ne veut rien dire du tout. Ce concept s'applique très facilement, en théorie, dans des usines flambant neuves. La réalité est différente. Beaucoup de prestataires se trompent quand ils promettent que tout est connectable. Notre force, c'est d'avoir su développer des capteurs modulaires pour équiper n'importe quel parc de machines", promet le fondateur.

Spécialisation dans la plasturgie

Répondant aux besoins spécifiques de l'injection plastique, Ewattch a naturellement orienté ses développements vers le secteur de la plasturgie. Platex, l'un de ses clients emblématiques, est une PMI vosgienne spécialisée dans l'injection plastique. Depuis son équipement en 2016, elle économise chaque mois 25 % de sa dépense énergétique, qu'Ewattch évalue à 25 000 euros par mois. "Nous avons établi des solutions packagées pour la plasturgie, le caoutchouc et d'autres spécialités. Les capteurs d'Ewattch permettent de connecter en moins de 20 minutes une presse d'injection. La machine devient supervisée, les opérateurs peuvent la piloter avec un smartphone", explique Nicolas Babel.

Le coût moyen pour l'équipement d'une usine s'établit autour de 1000 euros par machine, avec un abonnement sur la plate-forme facturé 50 centimes par entrée et par mois. L'offre commerciale comprend plusieurs briques ou modules logiciels complémentaires, comme le stockage ou la maintenance. Le site de Saint-Dié-des-Vosges ne comprend pas d'unité de production. Les équipes (11 salariés) travaillent sur les aspects de recherche et de développement et sur l'aide à la vente. La production est assurée par Scaita, un sous-traitant électronique indépendant établi non loin de là, à Vieux-Thann (Haut-Rhin).

Une levée de fonds fin 2020

Pour poursuivre son développement et "doubler son chiffre d'affaires tous les ans", Ewattch prévoit de lever des fonds à la fin de l'année 2020. Des business angels locaux, présents lors de la fondation, sont sortis du capital. Nicolas Babel possède 88 % du capital, son directeur technique détient le solde. La levée de fonds à venir porte sur 2 à 3 millions d'euros dans le but de financer le développement international, la recherche et le développement, le marketing et la communication. L'activité s'est déjà développée dans le Grand-Est mais aussi en Suisse, en Belgique, au Luxembourg et bientôt sur le marché allemand. "

Enovos, le principal fournisseur national d'énergie au Luxembourg, est prêt à s'engager pour 50 % de notre levée de fonds. Nous cherchons des fonds d'investissement classiques qui apporteront le solde", propose Nicolas Babel.

------------------------------

Le prix 10.000 startups pour changer le monde, organisé par La Tribune et soutenu par BNP Paribas, Enedis, WeHealth Digital Medicine, Bpifrance et Business France, récompense depuis 8 ans les startups françaises les plus prometteuses dans six catégories qui incarnent les défis de demain : Environnement & Energie, Industrie du futur, Data & IA, Smart tech -innovations d'usage-, Santé et Start -pépites en phase d'amorçage. Lors d'un tour de France entre janvier et mars dans 8 métropoles françaises (Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Paris, Lille et Strasbourg), son jury d'experts et de journalistes a récompensé dans chaque région 6 startups, une par catégorie, soit 48 finalistes. Après sa victoire lors de la sélection régionale de Strasbourg, Ewattch est le grand lauréat national dans la catégorie Industrie du futur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :