Geovelo, un « Challenge Olympique à Vélo »

Le projet de la start-up tourangelle, lauréat de l'appel à innovations mobilités Jeux olympiques et paralympiques 2024, vise à dynamiser la pratique du vélo pendant toute la durée des JOP24, via une appli. Pour que chacun participe, à sa façon, à la compétition !

4 mn

(Crédits : DR)

« Même Google Maps ne le faisait pas à l'époque ! », s'exclame Antoine Laporte Weywada, directeur du développement de Geovelo, une start-up née à Tours en 2010, en parlant de l'intuition de Benoît Grunberg et Gaël Sauvanet, les deux cofondateurs. Fans de vélo, ils avaient identifié un besoin de la part des cyclistes, celui d'être guidés dans leurs déplacements. Et pourquoi ne pas utiliser le GPS pour ce faire ? Véritables pionniers, les deux entrepreneurs en herbe contactent l'IGN (Institut national de l'information géographique et forestière) pour les aider à créer une carte, « La Touraine à vélo », puis présentent leur projet à Polytech informatique de Tours. L'appli, qui guide les cyclistes sur des routes avec aménagements cyclables ou sur des voies à faible circulation grâce à un algorithme, était née...

Aide à la décision

« Notre business modèle, pour cette appli gratuite et sans publicité, s'appuie sur des partenariats avec les collectivités locales, enchaîne Antoine Laporte Weywada. Nous cartographions les aménagements cyclables, et l'analyse des données recueillies auprès des cyclistes qui utilisent l'appli, aide non seulement les municipalités dans leurs décisions sur l'amélioration ou l'expansion des aménagements, mais leur permet aussi de mesurer les usages et de justifier les investissements auprès des administrés. » Les données recueillies sont en effet très fines et analysent aussi bien les trajets et le nombre d'utilisateurs que la qualité de la voirie, en fonction des vibrations répertoriées. « Et la communauté Geovelo est ravie de contribuer à l'amélioration des infrastructures cyclables, c'est un cercle vertueux qui se met en place », conclut le directeur du développement.

Aujourd'hui, 200 000 utilisateurs actifs (dont 75 000 en région parisienne) profitent des informations offertes sur l'appli, dans une vingtaine de villes - dont Tours, Lyon, Toulouse, Nantes, Rennes, Caen, Blois, Orléans, Avignon... « Nous proposons aussi des challenges dans les villes clientes, de même qu'au sein d'entreprises qui comptent de plus en plus de « vélo-taffeurs », poursuit Antoine Laporte Weywada.

Quoi de plus naturel, dans ces conditions, que de répondre à l'appel à innovations mobilités Jeux olympiques et paralympiques 2024 en proposant un nouveau challenge ? Geovelo, qui a reçu, de la part du Parlement européen, le prix innovation 2019 est le seul double lauréat de l'appel à innovations mobilités. Puisque la start-up a également été sélectionnée en compagnie d'Eco-Compteur, qui a proposé de fusionner différentes données afin de cartographier et prédire les flux. Dans le but d'aider à la planification, la gestion et l'entretien des infrastructures de mobilités actives et partagées.

Ambition mondiale

Le « Challenge Olympique à Vélo » proposé par Geovelo permettra à tous ceux qui souhaitent s'inscrire en téléchargeant l'appli de participer en pédalant. « Les concurrents pourront aussi sélectionner le pays qu'ils désirent soutenir et la discipline olympique qui leur plaît le plus, explique Antoine Laporte Weywada. Puis, nous établirons des classements, par pays, par discipline et même par sites olympiques, qui seront publiés sur notre site. » Et si le but est évidemment de stimuler la pratique du vélo pendant toute la durée des Jeux - et après -, le Challenge va dans le sens de l'ambition des Jeux, celle de privilégier les mobilités douces, « mais aussi celle de la Ville de Paris, qui veut devenir la capitale mondiale du vélo. Il y a donc un enjeu d'image », précise-t-il.

Bien entendu, la Mairie de Paris s'assurera que tous les sites qui accueillent des compétitions seront accessibles, en toute sécurité, à vélo. « D'ici les Jeux, l'Ile-de-France aura été totalement transformée, s'enthousiasme-t-il, avec des pistes cyclables plus nombreuses. » Et comme toutes les villes qui font confiance à Geovelo, celles de la région francilienne pourront utiliser les données recueillies via l'appli pour peaufiner ensuite leur politique en faveur de la pratique cycliste.

Elles ne seront sans doute pas les seules. Geovelo a déjà des contacts avancés avec Barcelone et Genève, « et d'ici 2024, nous aurons des partenariats avec plusieurs autres villes étrangères », assure le directeur du développement de la jeune pousse tourangelle. De plus, Geovelo compte aussi sur les sponsors - Toyota, BPCE ou Décathlon - pour communiquer auprès des cyclistes du monde entier venus assister aux Jeux, et leur dire qu'ils pourront y participer à leur façon - et à vélo...

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.