Intelligence artificielle : les startups françaises à la pointe

 |   |  1203  mots
Prédiction des comportements des consommateurs, assistants personnels, tri intelligent des photos, concierge virtuel... Les startups utilisant l'intelligence artificielle multiplient des levées de fonds ces derniers mois.
Prédiction des comportements des consommateurs, assistants personnels, tri intelligent des photos, concierge virtuel... Les startups utilisant l'intelligence artificielle multiplient des levées de fonds ces derniers mois. (Crédits : TellMePlus)
Les levées de fonds se multiplient ces derniers mois dans le secteur porteur de l’intelligence artificielle. Julie Desk, Wiidii, Jam, TellMePlus, AntVoice ou encore Regaind : tour d’horizon des pépites françaises à suivre.

Il n'y a pas que Google, Facebook ou Microsoft qui se positionnent sur le créneau porteur de l'intelligence artificielle. Certes, ces géants américains investissent à coups de milliards pour affiner leur technologie et se livrent une bataille féroce en vue de créer le futur service qui s'imposera parmi le grand public (ce ne sera sûrement pas Tay, l'intelligence artificielle raciste et sexiste de Microsoft).

Mais la France, riche d'un tissu d'ingénieurs hyper-qualifiés et d'une appétence pour les technologies "futuristes", tente aussi de tirer son épingle du jeu. Avec succès, d'ailleurs. Depuis un an, de nombreuses startups dans l'intelligence artificielle et le "machine learning" -l'apprentissage des machines au contact des hommes- ont vu le jour. Certaines réussissent même depuis quelques mois de jolies levées de fonds. Tour d'horizon des pépites françaises à suivre.

Julie Desk, l'assistante virtuelle qui organise vos rendez-vous

Créée en 2015 par trois ingénieurs de l'école polytechnique, Julie Desk a levé début mars 600.000 euros, auprès du fonds Smart Investment for Disruptive Entrepreneurs (SIDE)

Sentant arriver la vague de l'intelligence artificielle, la startup se veut "un acteur clé de la nouvelle révolution des interfaces Homme-Machine", selon Julien Hobeika, son PDG. Concrètement, Julie Desk est une assistante personnelle dotée d'une intelligence artificielle. Sa mission est de planifier, organiser, annuler, créer des événements professionnels, envoyer des invitations, déplacer des rendez-vous... De quoi "ubériser" le métier d'assistant.

Grâce à un algorithme d'apprentissage développé en interne, Julie -bizarrement, les concepteurs ont pensé qu'une assistance personnelle devait forcément être une femme- s'adapte aux habitudes et aux préférences de chacun. Pour utiliser ses services, "il suffit de la mettre en copie ou de lui adresser directement un mail, et elle se charge du reste", explique la startup. Ainsi, toutes ses opérations restent supervisées par un opérateur humain si besoin. Le temps, surtout, d'apprendre à lui faire confiance.

Jam, la béquille des étudiants par SMS

Dans la même veine, la startup Jam, lancée en avril 2015 par l'entrepreneure Marjolaine Grondin, connaît un succès croissant. En janvier, la startup a levé 1 million d'euros auprès du fonds d'investissement ISAI. Spécialement conçu pour les étudiants, Jam est un "partenaire et ami" qui répond par SMS à toutes les demandes des jeunes. Le logiciel permet de trouver "rapidement" (selon la difficulté de la requête) une idée de cadeau, le bar le plus proche avec un "happy hour", un stage, un studio à moins de 600 euros ou encore les horaires des séances de cinéma. En prime, l'intelligence artificielle répond en adoptant le langage des étudiants (comprendre : avec des smiley et des mots qui se veulent typiques de la manière de parler des jeunes comme "Yes !" ou "Relax, je m'occupe de toi"). Néanmoins, le service reste "supervisé par des humains".

En plus du SMS, Jam est aussi accessible via Facebook Messenger, "et bientôt Twitter et WhatsApp", promet le service, qui veut être présent partout où les jeunes sont. Sa croissance est spectaculaire : Jam est passé de 3.000 à 25.000 utilisateurs en quatre mois, avec une moyenne de 3000 à 6000 messages échangés chaque jour. Le service vise notamment les grandes écoles et les universités prestigieuses.

La startup semble promise à un bel avenir... à condition de poursuivre et d'étendre ses partenariats et agrégateurs. Gratuit, Jam tire l'essentiel de ses revenus de ses "deals" avec d'autres services plébiscités des jeunes, comme Airbnb, Blablacar, Uber, Deliveroo, Engie, Solucom... Ainsi, si vous demandez à Jam de vous trouver un covoiturage, il utilisera Blablacar, par exemple.

Wiidii, le concierge virtuel

Alors que Julie Desk et Jam misent sur des niches (les professionnels et les étudiants), Wiidii fait le choix de l' "assistant personnel hybride" pour tout le monde. Cette application mobile mélange "le savoir-faire du concierge" et "l'intelligence artificielle de la machine" pour assister ses clients au quotidien lors de leurs déplacements personnels et professionnel.

Exemple : son logiciel intelligent permet de dénicher un restaurant en fonction de sa géolocalisation, de vos goûts et du budget, tout en vous indiquant le meilleur chemin pour y aller. Pour les voyages, Wiidii cherche le meilleur tarif des trains, hôtels, avions ou taxis. Au bureau, elle peut inscrire un rendez-vous sur votre agenda.

Enfin, le volet "conciergerie" consiste en la possibilité de stocker directement ses papiers indispensables (carte d'identité, passeport, groupe sanguin...) dans un "coffre-fort virtuel". Bien entendu, plus vous utilisez Widii, plus elle vous connaît et donc adapte ses réponses : c'est le principe du « machine learning ». La startup

Après une levée de fonds de 600.000 euros en 2015, la startup cherche actuellement à changer de dimension en levant entre 5 et 7 millions d'euros d'ici à la fin de l'année 2016, pour accélérer son développement à l'international.

>> Lire : Wiidii, le concierge 2.0, va lever entre 5 et 7 millions d'euros

TellMePlus prédit le comportement des consommateurs et des objets

En févier, TellMePlus a levé 4,2 millions d'euros auprès de plusieurs fonds d'investissements, dont Ventech, et quelques investisseurs privés. Créée en 2011, cette startup montpelliéraine est spécialisée dans l'analyse prédictive des données.

Ses clients ? Des professionnels, comme des banques, des assurances, des commerçants... Sa méthode ? La recherche et l'analyse des « signaux faibles », pour prédire le comportement des consommateurs et agir en amont. Pour les banques LCL et La Poste, par exemple, TellMePlus permet de prédire deux mois en avance les clients qui vont partir, grâce à son logiciel Pathway+. L'intelligence artificielle mouline les données de la banque, les croise avec des données publiques et fournit à la banque une liste des clients "à risque", avec des solutions personnalisées pour retenir les clients. Bien entendu, l'intelligence peut être mise au service d'autres finalités, comme « engager un client, le fidéliser, le récompenser, augmenter le revenu par utilisateur... et dans tous les secteurs.

En complément, la startup a aussi développé l'analyse prédictive des objets. Embarqué dans les matériels industriels, le logiciel Ubiqway+ peut anticiper des pannes en décelant les signaux faiçbles des capteurs, et prescrire des solutions pour les éviter.

Dans le même registre de la recommandation prédictive, la startup AntVoice vient d'annoncer elle aussi une levée de fonds d'1,3 million d'euros auprès de ses investisseurs historiques Alven Capital et Nestadio Capital. La startup a développé un logiciel d'intelligence artificielle capable d'analyser le comportement des internautes, en temps réel. Elle se destine aux annonceurs publicitaires.

Regaind, le tri intelligent et rapide des photos

Avec les appareils photos numériques et ceux intégrés dans les téléphones portables, il est facile de rapidement se retrouver avec des centaines de photos des dernières vacances... et de remettre leur tri à plus tard, découragé par le nombre. Pour simplifier cette tâche, la startup Regaind a créé un algorithme intelligent capable de trier, analyser, annoter chaque photo selon plusieurs critères prédéfinis, pour en sélectionner le nombre souhaité (20, 100...), dans un album. Le tout très rapidement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :