Internet par la lumière : le français Lucibel lance le premier luminaire Li-Fi au monde

 |   |  1112  mots
Les banques, la défense, les centres de recherche et développement des entreprises ou encore les bureaux de direction générale, pourraient être séduite par la sécurisation des données qu'offre le Li-Fi
Les banques, la défense, les centres de recherche et développement des entreprises ou encore les bureaux de direction générale, pourraient être séduite par la sécurisation des données qu'offre le Li-Fi (Crédits : Lucibel)
Après quatre années de recherche, l'entreprise française lance le premier luminaire Li-Fi industrialisé au monde, qui permet de recevoir et d'envoyer des données par Internet via la lumière LED. Plus sécurisé que le Wi-Fi, le Li-Fi n'utilise pas d'ondes électromagnétiques, dont les effets sur la santé font débat. Si Lucibel cible d'abord le marché des entreprises (banques, défense, centres de R&D, bureaux de direction générale, aéroports...), le grand public pourrait profiter de cette technologie dans les années à venir.

Encore une fois, une technologie futuriste, la communication internet par la lumière, qui appartenait jusqu'à présent au domaine de la science-fiction, devient réalité. Et cette fois, c'est le Wi-Fi (Wireless fidelity) qui pourrait en faire les frais. Son possible fossoyeur s'appelle le Li-Fi. Contraction de light fidelity, le Li-Fi est une technologie de transmission de données haut débit via la lumière LED. Il permet de se connecter à Internet sans passer par le Wi-Fi ni subir ses ondes électromagnétiques, qui inquiètent l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Aujourd'hui, une quinzaine d'entreprises dans le monde travaillent sur cette technologie potentiellement révolutionnaire. La plupart ont mis au point des prototypes. Mais pour la première fois, l'une d'entre elles, le spécialiste français de l'éclairage LED Lucibel, arrive sur le marché avec un produit industrialisé, un luminaire Li-Fi destiné aux entreprises, disponible à partir de ce jeudi.

Une fréquence invisible à l'œil nu, comme du morse hyper-rapide

Issu d'un partenariat avec l'entreprise écossaise PureLiFi, le luminaire de Lucibel prend la forme d'un boîtier qui s'intègre directement dans le système d'éclairage par LED. "Les LED fonctionnent avec des diodes électroluminescentes qui s'allument et s'éteignent plusieurs millions de fois par seconde, créant une fréquence invisible à l'œil nu, comme du morse, mais en infiniment plus rapide", explique Frédéric Granotier, le président de Lucibel. Il suffit d'installer un routeur connecté au réseau Internet sur le système d'éclairage de la pièce, pour envoyer et recevoir des données via l'éclairage LED.

Le Li-Fi transforme donc le luminaire en un nouveau point d'accès au réseau, ce qui représente une étape supplémentaire dans la communication par la lumière. Jusqu'à présent, les seules solutions existantes étaient unidirectionnelles, via la technologie Visible Light Communication (VLC). Certains musées, commerces ou hôpitaux l'utilisent pour recevoir des données par la lumière (comme des explications devant une oeuvre de musée), mais ils ne peuvent pas en envoyer.

Un réseau haut débit qui règle les inconvénients du Wi-Fi

L'avantage du Li-Fi ? C'est un réseau haut débit, adapté pour le surf sur Internet, qui règle les inconvénients du Wi-Fi. "On a tous expérimenté la connexion qui plante, la lenteur quand le Wi-Fi est partagé par beaucoup de personnes, comme dans les espaces de co-working, les aéroports, les hôtels, les centres de congrès et les gares", ajoute Frédéric Granotier.

Autre bénéfice : on ne capte le Li-Fi que dans un rayon de quelques mètres sous le faisceau lumineux. La connexion est donc hyper-locale, ce qui créé une zone de confidentialité de l'information que Lucibel érige comme son principal argument auprès des entreprises."Contrairement au Wi-Fi, qui peut être piraté de l'extérieur assez facilement, la connexion Li-Fi est beaucoup mieux sécurisée, impossible à hacker de l'extérieur car l'utilisateur dispose d'un accès unique au réseau", indique Edouard Lebrun, le directeur Innovation de Lucibel.

Si ce dernier argument fait débat au sein des experts de l'informatique, la sécurité promise par le Li-Fi pourrait être un argument choc pour les entreprises très sensibles sur le sujet comme les banques, la défense, les centres de recherche et développement des entreprises ou encore les bureaux de direction générale. Enfin, Lucibel cible également les endroits où les ondes électromagnétiques sont proscrites, comme les crèches (depuis la loi Abeille de 2015), les hôpitaux, les écoles et les zones Atex dans l'industrie et les sites nucléaires.

Une technologie pas encore totalement mature

Si Lucibel se concentre avant tout sur le marché des entreprises, c'est parce que la technologie Li-Fi n'est pas encore assez mature pour rencontrer les usages des particuliers. Son prix, tout d'abord, en fait un investissement très onéreux, à part pour les technophiles les plus enthousiastes : 2300 euros pour l'installation qui comprend le luminaire et une clé USB, indispensable pour recevoir la connexion sur son ordinateur. Les luminaires Li-Fi sont encore bien trop chers à produire pour devenir des produits grand-public.

Par ailleurs, il faudra encore sérieusement miniaturiser la technologie pour que les fabricants de puces électroniques puissent intégrer un système de lecture du signal Li-Fi dans les ordinateurs, les tablettes et les smartphones, comme ils l'ont fait pour le Wi-Fi. Pour l'heure, il faut utiliser une grosse clé USB... Ce n'est pas très gênant pour les entreprises, mais un peu plus pour le marché des particuliers, où l'usage du smartphone tend à dominer. Ce tournant pourrait s'effectuer vers 2019-2020, estime Lucibel.

Accompagner l'émergence de l'Internet des objets

En attendant, la solution a déjà intéressé l'entreprise Nexity, qui a installé dix luminaires Li-Fi dans plusieurs salles de réunion de son siège parisien. L'argument de la sécurité et du haut débit a fait mouche auprès du géant de l'immobilier, qui estime qu'il faudra intégrer les solutions Li-Fi dans l'immobilier de bureau de demain et le propose d'ores et déjà à ses clients.

Pour l'heure, Lucibel peut produire dans son usine de Barentin, en Seine-Maritime, jusqu'à 10.000 exemplaires par an. Une dizaine de commandes ont déjà été effectuées (dont Microsoft, en sachant qu'un client installe en moyenne 10 luminaires), et l'entreprise assure avoir également une centaine de pré-commandes. Mais le vrai décollage du marché entreprises est espéré pour 2018, lorsque Lucibel lancera une nouvelle version, encore davantage miniaturisée, de son produit, qu'elle pourra produire en très grande série.

Cotée sur Alternext, Lucibel emploie 170 personnes et dégageait en 2015 un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros. La société, connue pour ses éclairages LED, est persuadée que le Li-Fi est sa poule aux œufs d'or. "Nous changeons notre modèle économique pour devenir le trait d'union entre le monde de l'éclairage et celui de l'informatique", explique Edouard Lebrun.

Dans le viseur : les particuliers bien sûr, dès que les fabricants de smartphones seront prêts, mais aussi le formidable eldorado de l'Internet des objets. Selon l'institut Gartner, 20 milliards d'objets seront connectés en 2020, contre moins de 5 milliards en 2015, ce qui induit une croissance exponentielle du volume de données à échanger. "Cette explosion entraînera un besoin de nouveaux tuyaux et réseaux. Le Li-Fi pourra s'imposer comme une brique complémentaire à la 5G et aux réseaux type Sigfox et LoRa, pour garantir la sécurité de l'Internet des objets", veut croire Frédéric Granotier. Un pari sur l'avenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2016 à 9:01 :
Si je comprends bien la liaison Li-Fi s'effectue entre l'éclairage LED et le poste de l'utilisateur, situé dans le cône de lumière. Mais ensuite, comment est porté le signal. Si c'est par le réseau électrique, via un courant porteur (CPL), il convient de rappeler que cette technologie est aussi source d'inquiétude d'un point de vue santé.

On peut aussi retenir que "grâce" à cette technologie, il faudra désormais allumer la lumière en plein jour pour avoir accès à internet. Un progrès, vraiment ?
a écrit le 23/09/2016 à 9:14 :
La technologie A.T.T et celle-ci, le déploiement par plusieurs dizaines de milliards d'euros de la fibre, commence et est déjà dépassée.
a écrit le 22/09/2016 à 18:30 :
Il y a quelques années, javais eu une idée, d'utiliser au niveau régional ou du moins les réseaux qui sont connectés de la distribution de l'électricité, en utilisant un amplicateur de fréquence à partir des 50 Hrz ou 60 Herz. Idée farfelue sans doute ......
a écrit le 22/09/2016 à 12:09 :
M. Rolland, pardonnez moi mais vous faites une lourde erreur au début de votre article.
La lumière EST une onde électromagnétique. Seulement, ce rayonnement se situe dans le visible, soit une longueur d'onde de 400 à 800 nanomètres.

Bonne journée quand même, le reste de l'article est très instructif !
a écrit le 22/09/2016 à 10:24 :
"Plus sécurisé que le Wi-Fi, le Li-Fi n'utilise pas d'ondes électromagnétiques"
Pour votre information la lumière est composée uniquement d'ondes électromagnétiques de diverses longueurs d'onde allant de 400 nm à 800 nm (pour le spectre visible).
Ce qui signifie que la technologie Li-Fi, à l'instar du Wi-Fi, a son fonctionnement basé sur l'utilisation d'ondes électromagnétiques.
Je suis sur que les lecteurs un tant soit peu versés dans la science ou les technologies apprécieraient avoir de temps à autre un journaliste qui comprenne de quoi il parle, ce serait un changement bienvenu. Vous n'entrez manifestement pas dans cette catégorie.
Réponse de le 22/09/2016 à 12:05 :
Petite précision: Le Wi-Fi utilise une partie radio du spectre électromagnétique HORS du spectre visible, le Li-Fi utilise LUI la partie visible à l'œil du spectre électromagnétique. Le principe du Li-Fi repose sur le codage et l'envoi de données via la modulation d'amplitude des sources de lumière. Le scintillement n'est pas imperceptible par l'œil. Sa portée est limitée et inférieur au Bluetooth.
a écrit le 22/09/2016 à 10:16 :
Arrête de passer devant la lumière, je n'arrive pas à voir le film, ça coupe !
a écrit le 22/09/2016 à 9:44 :
"pourrait en faire les frais" ?? Comment peut-on faire les frais d'une avancée technologique ? Ce vocabulaire est tout à fait révélateur de l'esprit négatif qui règne en France. Bravo tout de même à tous les innovateurs :-)
a écrit le 22/09/2016 à 8:54 :
Le début de la découverte des plus grands que nous .
Nous attendent ils ?
Ou plutôt , en aurons nous le temps ?
Article qui fait rêver vous l aviez compris .
a écrit le 22/09/2016 à 8:53 :
Souhaitons longue vie et prospérité à cette technologie qui en effet pourrait résoudre bien des problèmes, de part le questionnement sanitaire de plus en plus important que pose les ondes wi-fi, qui ont des conséquences sur l'organisme humain, on le sait très bien mais comme il ne faut pas entraver la marge bénéficiaire de l'actionnaire on est balayé en permanences par elles.

Les ondes wi-fi servent aux chasseurs pour cibler et verrouiller leurs cibles, la dose de rayon wi-fi utile pour cette fonction a la possibilité de tuer un homme.

Ce genre d'innovations, le li-fi donc, devrait bénéficier des aides de l'État étant donné que nous sommes dans un domaine d'utilité public.
Réponse de le 22/09/2016 à 9:40 :
Combien de temps pour que Lucibel soit absorbée par... Une boite US, Chinoise ? La France génère un nombre considérable d'innovations, elle est d'ailleurs classée n.3 par Thomson Reuters( classement de référence mondial des entreprises innovantes) pour les innovations, mais souvent, par la suite, elles nous échappent...qui d'ailleurs connait en France le classement Thomson Reuters ?
Réponse de le 22/09/2016 à 12:20 :
Oui mais il n'y a pas qu'en france, un ingénieur indien a inventé il y a plusieurs années le "leap motion", normalement remplaçant de la souris car laissant entrevoir bien plus de possibilités, le gars a refusé de vendre son brevet à une multinationale voulant monter lui même sa boîte, du coup la multinationale lui a mit des bâtons dans les roues et cette incroyable invention est en train de végéter parce que l'ingénieur avait osé défier les gros.

Il y a cet ingénieur chinois qui a inventé des vitres permettant de capter l'énergie solaire, j'aimerais bien savoir ce qu'il a bien pu se passer pour que l'on entende toujours pas parler de cette incroyable invention qui aurait du être déjà mise sur le marché.

Je pense également à cette jeune américaine qui a inventé le rechargement des batteries en quelques secondes, il faut toujours des heures pour charger nos batteries.

Il y a un peu plus longtemps il y avait un ingénieur français qui a inventé le moyen de faire du papier avec de la paille, rien de cela n'est apparu sur le marché. Et-c, et-c...

C'est la Loi des gros surtout et si les inventions, aussi innovantes soient elles ne conviennent pas à leurs marges bénéficiaires elles sont immédiatement relayées aux oubliettes.

Faut pas s'étonner par contre qu'avec des décideurs aussi avides et peu éclairés à sa tête notre économie sombre.
Réponse de le 22/09/2016 à 13:06 :
@citoyenblase : il ne faut pas trop lire le Figaro National (FN), l'économie française ne sombre absolument pas !!!
Réponse de le 23/09/2016 à 8:58 :
Maduf

C'est vous qui affirmez que l'économie nationale sombre, moi je parle régulièrement de l'économie mondiale. ET dans ce commentaire je parle d'innovations rachetées systématiquement par des gros ou bien détruites par eux s'ils ne peuvent pas gagner du blé dessus. Faut lire svp hein et arrêtez vos obsessions qui sont les vôtres et non celles de la majorité.

Il n'y a pas que la France vous savez ? Elle n'est même qu'une crotte de mouche comparée à la population et géographie mondiale.

Vous avez regardé de temps en temps un globe terrestre ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :