En se rapprochant des auteurs, YouTube déclenche la grogne des producteurs

 |  | 232 mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Les producteurs d'oeuvres audiovisuelles 'estiment injustement écartés du mécanisme de rétribution prévu par un accord récemment signé entre YouTube et trois sociétés d'auteurs.

Les producteurs de cinéma veulent braquer les projecteurs sur l'accord conclu le 25 novembre dernier entre YouTube, la plateforme de diffusion de vidéos et trois sociétés d'auteur (SACD, SCAM et ADAGP). Dans les grandes lignes, ledit accord dont les détails sont à ce jour confidentiels, assure aux créateurs des oeuvres diffusées sur le site une rémunération.

Pour les producteurs, cet accord manque de transparence. Dans leur communiqué publié ce mardi, trois organisations de producteurs (ARP, SPI et UPF) s'étonnent que les sociétés d'auteurs "tentent ainsi d'impliquer le secteur cinématographique et audiovisuel français dans un pacte mondial avec le géant américain qui n'a d'autres contreparties que le versement d'une rémunération que les commentateurs qualifient de symbolique et qui, de fait, n'est pas communiquée". Plus de lumière leur semble indispensable sur le contenu de ces accords.

Mais ce dont s'étonnent également les organisations de producteurs, c'est d'avoir été tenu à l'écart de ces négociations. Insistant sur le fait de n'avoir "nullement été contactées par Google", la maison-mère de YouTube, préalablement à la signature de cet accord, elles exhortent les pouvoirs publics à éclairer le contenu de ces accords en matière de vidéo à la demande". D'autant plus que  "seule l'autorisation des producteurs de ces oeuvres donne le droit de les exploiter", rappellent-ils.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2010 à 7:33 :
Les "poules aux oeufs d'or" doivent rester la propriété des producteurs et de tout un système qui vit confortablement des droits (voir le salaire annuel du dirigeant de la SACEM).
On peut comprendre que les principaux bénéficiaires s'inquiètent d'accord entre les créateurs (à l'origine de la valeur) et Google ou ils seraient carrément mis sur la touche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :