L'entrée en Bourse de Facebook serait, elle aussi, repoussée

 |  | 313 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Comme Groupon et Zynga, le réseau social aurait décidé de repousser son introduction en Bourse, affirme le Financial Times. Elle ne pourrait intervenir qu'à la fin 2012.

Facebook n'est visiblement pas pressé à faire son entrée en Bourse. Selon le Financial Times, le groupe dirigé par Mark Zuckerberg aurait en effet décidé de repousser son IPO ("initial public offer"), largement anticipée pour avril 2012. Citant des sources proches du dossier, le quotidien britannique affirme qu'elle n'interviendrait pas avant le mois de septembre 2012, "dans le but de maintenir les salariés concentrés sur le développement" plutôt que de penser aux gains qu'ils pourraient engranger en revendant les titres qu'ils détiennent.

"Ils n'ont aucune raison de se préciser, explique au FT Lise Buyer, une consultant ayant épaulé Google lors de son introduction en Bourse en 2004. La société n'a pas besoin d'argent. Il est plus facile de rester concentré sur vos objectifs quand vous n'êtes pas côtés. Il y a tellement de choses que vous n'avez pas à faire: vous n'avez pas à répondre aux appels téléphoniques des opérateurs ni à vous montrer à des conférences d'investisseurs". Et ce, d'autant plus que les conditions actuelles sur les marchés ne sont pas optimales.

Fin juin, Facebook était valorisé, sur le marché secondaire, à environ 70 milliards de dollars, sur la base du prix auquel le fonds d'investissement GSV était entré dans son capital. Cette valorisation fera de Facebook l'une des principales IPO de ces dernières années. Les dirigeants de Nyse-Euronext et du Nasdaq se livrent donc une intense bataille en coulisses pour attirer le groupe.

En début d'année, Facebook avait dépassé le cap des 500 actionnaires, l'obligeant, selon la réglementation américaine, à publier ses résultats trimestriels à compter du premier trimestre 2012. La réglementation ne force pas les entreprises ayant atteint la barre des 500 investisseurs à s'introduire en Bourse. Mais les analystes estimaient que le réseau social aurait pu le faire à cette occasion, voire même un peu avant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :