Groupon fait mouche malgré une piètre réputation

 |   |  366  mots
Copyright Reuters
Le cabinet OC & C estime que 77 % des clients du site américain de vente en ligne sont satisfaits. Son succès effraie.

Mieux vaut se méfier des idées reçues. Groupon ne mériterait pas la piètre réputation qu'il traîne sur la Toile. « 77 % de ses clients en sont satisfaits. C'est un bon score », note Jean-Michel Cagin, associé chez OC&C, en s'appuyant sur une étude menée par ce cabinet de conseil auprès de 600 clients et 130 commerçants ayant proposé une offre à prix cassé sur le site américain de vente en ligne Groupon. « Et, en moyenne, 90 % des commerçants déclarent avoir obtenu ce qu'ils attendaient des deals Groupon ; 65 % d'entre eux envisagent de recommencer », ajoute OC&C.

Cette étude bat en brèche l'idée répandue selon laquelle Groupon déçoit ses utilisateurs et essorent ses partenaires, petits restaurateurs et esthéticiennes en mal de clients. « Cette réputation peut s'expliquer par notre rythme de croissance », indique à « La Tribune » Frank Zorn, président de Groupon en France. En à peine dix-huit mois, le site ouvert dans 40 villes de France est devenu, c'est selon, la coqueluche du Web ou le concurrent à abattre. Car, alimentée par une newsletter quotidienne, son audience s'envole : 7,5 millions de personnes se connectent à Groupon.fr chaque mois, selon Mediamétrie. C'est plus que sur Sncf.com ou Fnac.com, deux dinosaures du Web tricolore. Son modèle économique et sa force de vente estimée à 200 personnes en France inquiètent les régies publicitaires de la presse quotidienne régionale. « Car, Groupon s'apparente à un investissement publicitaire dont on peut immédiatement estimer le retour sur investissement de manière tangible », observe Michel Sasportes, associé chez OC&C. Bref, son modèle serait « mécaniquement solide ». Le cabinet estime qu'il générerait 200 millions d'euros de ventes en France. Groupon n'a pas souhaité commenter ce chiffre.

« Jusqu'où ira Groupon ? » s'interroge maintenant OC&C. Sera-ce un feu de paille ? Ou une « success-story » à la Google ? Trois ans après sa création, le site aux 115,7 millions de membres n'a toujours pas dégagé de bénéfices. Mais, alors qu'il serait candidat à une introduction en Bourse, sa valorisation atteindrait déjà près de 20 milliards de dollars. « Soit plus 10 fois son chiffre d'affaires », s'étrangle Jean-Michel Cagin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2011 à 7:48 :
Découvrez des deals à prix imbattables pour des sorties, restaurants, bars,club,qui pourraient vous plaire !

http://www.meetindeal.com

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :