Eric Besson peaufine sa conférence post-eG8 Forum

 |   |  462  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le ministre de l'Economie numérique avait promis une conférence à l'automne qui ferait suite à l'eG8 du printemps de Nicolas Sarkozy. Il accueille le 21 octobre prochain des chefs d'entreprises, des représentants de Facebook, Twitter et Google, la commissaire européenne Neelie Kroes, et des blogueurs.

Le lieu sera moins clinquant, la liste d'invités moins prestigieuse et l'événement bien plus modeste, mais Eric Besson tient à habiter sa fonction de ministre de l'Economie numérique. Comme promis au printemps, il prépare un colloque sur le Net, baptisé "Nouveau Monde 2.0: concrétisons l'Internet du futur". Une façon de reprendre la main après l'eG8 Forum, un événement 100% Elysée. Juste avant le sommet du G8, le chef de l'Etat avait invité les stars mondiales de l'Internet - de Mark Zuckerberg (Facebook) à Eric Schmidt (Google) en passant par Rupert Murdoch (News Corp), dans les jardins des Tuileries, pour discuter de l'avenir du numérique et donner des idées aux dirigeants du G8.

Pas de grands patrons sauf Stéphane Richard

L'objectif de la conférence de la semaine prochaine, qui se tiendra à Bercy, est d'assurer un suivi après les débats de l'eG8 et la réunion de l'OCDE sur la régulation du Net qui s'est tenue en juin dernier à Paris. Selon les documents consultés par La Tribune, le ministre a convié à la fois des chefs d'entreprise, des hommes politiques, et des blogueurs. Bien que les patrons des géants du Net ne fassent pas le déplacement, Facebook, Google et Twitter sont représentés via leurs vice-présidents, respectivement Elliot Schrage, David Drummond et Katie Stanton. Jean-Pierre Courtois parlera au nom de Microsoft, Robert Pepper pour Cisco. Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a aussi été convié.

Au programme : un débat sur la démocratie 2.0

Côté régulation, la commissaire européenne Neelie Kroes a répondu favorablement à l'invitation du ministre. Le président du Conseil national du numérique, Gilles Babinet, n'a évidemment pas été oublié. Des représentants politiques de tous les continents (Brésil, Kenya, Suède, Japon, Maroc...) assisteront et participeront aux débats. Les festivités débutent jeudi soir par une conférence débat sur « la démocratie 2.0 ». Autour de la table, Twitter, Google, mais aussi quatre bloggeurs tunisiens. Le lendemain, se tiendront trois sessions plénières. La première est intitulée « Innovation, amie ou ennemie des réseaux », la seconde est consacrée à la compatibilité du modèle économique d'Internet avec la vie privée, et la troisième porte sur le combat contre la fracture numérique. Enfin, ministres et chefs d'entreprises se réuniront à huit clos pour évoquer la sécurité des réseaux.

L'événement d'Eric Besson précède celui du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, qui se tiendra, lui, dans le cadre du G20. Lors du forum d'Avignon de novembre, les ministres de la culture se réuniront pour évoquer le droit de propriété intellectuelle à l'heure d'Internet. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2011 à 17:56 :
On invite des patrons pour parler de démocratie ? Et pour la sécurité, on reste en huit clos ? Tout cela n'est pas très rassurant ...
a écrit le 12/10/2011 à 22:01 :
Quelle farce ! Ce n'est plus du foutage de tête mais carrément du cynisme. Besson qui organise un "colloque sur le Net, baptisé Nouveau Monde 2.0: concrétisons l'Internet du futur". Mais ce n'est pas le futur, c'est le présent !

Encore un article qui décrit une situation aberrante et totalement surréaliste. Je connais très bien les telcos, et non, Stéphane Richard n'est pas un grand patron (juste un parachuté, au même titre qu'Albanel et tant d'autres). Ceci est ridicule, nos dirigeants sont totalement à la masse, ils ne comprennent plus rien à rien dans ce monde où tout va si vite.... sauf quand il s'agit de protéger leurs intérêts !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :