Paiement mobile : 20 distributeurs américains s'associent pour contrer Google

 |   |  244  mots
Copyright Reuters
Une vingtaine de distributeurs américains, au premier rang desquels Wal-Mart et Target, travaillent ensemble à développer un système de paiements mobiles (sur téléphone portable) concurrent de ceux de Google et d'autres groupes technologiques, selon le Wall Street Journal. Des émetteurs de cartes de crédit travaillent en parallèle à encore un autre système.

"Plusieurs commerçants observent la première génération des solutions (de paiements mobiles) et ont décidé qu'ils devaient et pouvaient bâtir un meilleur système", a expliqué au quotidien le consultant Steve Mott, de la société BetterBuyDesign, qui travaille à ce projet.

La "course" pour développer le système qui s'imposera sur les téléphones voit s'affronter "les distributeurs, les banques, les émetteurs de cartes de crédit, les opérateurs téléphoniques et des entreprises technologiques", fait valoir le quotidien dans un article mis en ligne jeudi soir. L'enjeu pour les distributeurs serait de fidéliser leurs clients, alors que le marché des paiements mobiles est évalué à plus de 600 milliards de dollars en 2016.

Google a été l'un des premiers aux Etats-Unis à se lancer sur ce segment avec son application Google Wallet (portefeuille), et un dispositif de puce sans contact NFC intégré dans des téléphones Nexus pour régler des achats sur certains terminaux de paiements. Depuis lors, le spécialiste des paiements en ligne PayPal (groupe eBay) a annoncé qu'il était en train de tester, en collaboration avec la chaîne de magasins de bricolage Home Depot, un système permettant de payer en magasin en saisissant à la caisse un numéro de téléphone et un code secret, sans avoir besoin d'un combiné en mains.

Des émetteurs de cartes de crédit travaillent en parallèle à encore un autre système.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :