Facebook est (presque) la pire introduction en Bourse de l'histoire

 |  | 638 mots
Lecture 3 min.
Scène de liesse au siège de Facebook, le 18 mai, sur l'écran géant du Nasdaq à New York. Copyright AFP.
Scène de liesse au siège de Facebook, le 18 mai, sur l'écran géant du Nasdaq à New York. Copyright AFP. (Crédits : AFP)
Le réseau social fête sa quatrième semaine de cotation ce vendredi en repli de 26%. Selon les statistiques de Dealogic, sa "performance" n'a été dépassée que par Giant Interactive Group, une société de jeux en ligne qui avait levé 1 milliard de dollars à l'automne 2007.

Le 18 mai, Facebook démarrait sa vie boursière. Un vendredi, lendemain d'Ascension, qui restera dans les mémoires de Mark Zuckerberg et des Facebookers mais aussi de nombreux courtiers et investisseurs. Dysfonctionnements du marché électronique Nasdaq, dégringolade accélérée du cours, scandale des informations communiquées aux seuls gros clients des banques introductrices, volumes d'échanges record : la jeune histoire boursière de Facebook a été animée et chaotique. Quatre semaines plus tard, l'action qui cote sous le symbole « FB » s'échange à près de 29 dollars, soit 9 dollars de moins que son prix d'introduction. A la clôture de jeudi soir, le titre a perdu 26% de sa valeur et 27 milliards de dollars de capitalisation, pour ne plus  valoir que 63 milliards de dollars.

Pour mémoire, au cours d'introduction, Facebook en pesait 90 milliards (hors stock-options comprises dans le calcul de valorisation avant l'IPO). Si le cours remonte doucement depuis dix jours, ce premier mois de cotation est une bien piètre performance. Mais ce n'est pas la pire de l'histoire, peuvent se consoler les actionnaires. Dont « Zuck », le multimilliardaire, qui a vu sa fortune amputée de plus de 4 milliards...

La pire IPO de la décennie selon Bloomberg
En effet, selon les données compilées par Dealogic rapportées par le « Wall Street Journal», Facebook arrive à la deuxième place des plus mauvaises IPO de l'histoire, derrière Giant Interactive Group, une société de jeux en ligne qui avait levé 1 milliard de dollars à l'automne 2007. A la différence de Facebook, qui était resté juste au-dessus de son prix d'introduction le premier jour grâce à l'intervention massive des banques introductrices, le titre de Giant Interactive avait bondi de 18% pour sa première cotation. Mais ensuite l'action de ce site s'était effondrée, chutant de 30% en un mois. Avant l'arrivée de Facebook, la pire IPO numéro deux revenait à une autre société chinoise Shanda Games, dont le cours avait reculé de 21% au cours du premier mois en 2004.

Le 25 mai dernier, au bout de cinq jours de cotation, l'agence Bloomberg avait décerné à Facebook le titre de « pire introduction de la décennie » en comparant son parcours à ceux des neuf autres plus grosses IPO aux Etats-Unis ces dix dernières années, en majorité des valeurs financières, à savoir Visa, Mastercard, HCA Holdings, Kinder Morgan, General Motors, Genworth Financial, CIT Group, Blackstone et MF Global: cette dernière avait réalisé la plus mauvaise performance avant Facebook, en reculant de 10% sa première semaine.

Le Nasdaq pointé du doigt par Facebook
Facebook va devoir regagner la confiance des investisseurs et la publication de ses premiers résultats trimestriels en tant que groupe coté, attendus courant juillet, aura valeur de test. Selon le « New York Times », le réseau social travaillerait à regrouper toutes les plaintes qui le visent et s'apprêterait à déposer un document auprès du tribunal fédéral du district nord de New York dans lequel il imputerait au Nasdaq une part de responsabilité, notamment au sujet des nombreux dysfonctionnements techniques survenus le premier jour, certains ordres n'apparaissant pas et certains investisseurs ne sachant pas s'ils avaient reçus des actions ou non.

Le Nasdaq a d'ailleurs provisionné 40 millions de dollars pour couvrir les pertes subies par plusieurs courtiers. Plus de 30 plaintes, dont plusieurs « class actions », ont été déposées contre Facebook et ses banques introductrices. La décision de relever le prix et d'augmenter de 25% le nombre d'actions vendues est perçue par de nombreux experts comme la principale raison du flop de cette opération de 16 milliards de dollars qui a permis à certains actionnaires de la première heure de se délester et au réseau social de récupérer plus de 7 milliards de dollars après impôts pour son développement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2012 à 16:42 :
63 Milliards de cotation pour une boîte qui représente à peine 3 milliards de CA pour dégager un petit 500 million de résultat net par an je trouve ça encore très survendu. Même si l'action perdait encore la moitié de sa valeur actuelle je trouve ça cher moi.
a écrit le 16/06/2012 à 14:59 :
Un message aux actionnaires de facebook : "MOUAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH"
a écrit le 16/06/2012 à 12:59 :
Je rappel juste au sceptique de FB qu'ils n'ont pas encore monétisé leur appli Iphone et le jour ils le feront je mets ma main au feu que l'action va grimper en flèche. Combien de temps ? là par contre je ne paris plus.
a écrit le 16/06/2012 à 9:48 :
Facebook ne passera pas 2015. Ce truc qui a des centaines de millions de membres et n'est toujours pas rentable, comment voulez-vous qu'il le devienne un jour ? Si une entreprise n'est pas rentable avec un stock de clients qu'elle n'a plus de marge pour faire croître, elle ne le sera jamais. Ciao Facebook.
Réponse de le 16/06/2012 à 12:58 :
FB est rentable, ils font des bénéfices. Par contre le problème que vous vouliez souligner je pense c'est le rapport entre bénéfice et valorisation boursière. FB vaut 63 milliards de dollars (et encore on ne parle que de la partie en bourse, Mark doit avoir un paquet d'actions sous son matelas) mais ne fait que quelques centaines (dizaines?) de millions de bénéfice.
Dans ce cas effectivement si quelqun décide de racheter la totalité de FB il lui faudra quelques bonnes dizaines d'années pour rentrer dans ses frais.
Réponse de le 17/06/2012 à 1:04 :
Non, je ne parlais pas de la valorisation, mais bien de la rentabilité : les bénéfices de facebook sont très faibles. Ce n'est pas une entreprise rentable.
Réponse de le 18/06/2012 à 10:02 :
les deux valeurs sont catastrophiques : PER comme Rentabilité opérationnelle. je ne vois pas bien la viabilité du business model de Facebook sur les prochaines années, d'ailleurs comme Truk je pense que l'avenir n'est pas radieux pour cette entreprise, pour Zuckerberg c'est une autre histoire....
a écrit le 15/06/2012 à 20:54 :
ben oui on peut pas gagner à tous les coups , je vais pas pleurer sur les perdants, ils espèraient faire la culbute, les voila servis mais pas le sens attendu LOL
a écrit le 15/06/2012 à 19:31 :
Les speculateurs prient a leur propre jeu,c assez amusant
a écrit le 15/06/2012 à 18:41 :
En même temps avec le nombre de personnes qui quitte ce réseaux actuellement, je pense que d ici 1 ou 2 ans le site va prendre un grand virage mais dans un fossé
Réponse de le 15/06/2012 à 18:54 :
c'est évident !! ce genre de gadget est amusant un moment pour échanger quelques photos et plaisanteries avec les copains , mais on s'en lasse vite
Réponse de le 16/06/2012 à 12:53 :
Vous vous en lassez vite (moi aussi d'ailleurs) mais vous oubliez que chaque jour de nouveaux jeunes prennent la place des anciens sur FB. Le gamin de 14 ans est loin d'être lassé lui. Après je n'ai pas les chiffres, effectivement peut être que le solde d'ouverture de compte FB est négatif.
Réponse de le 16/06/2012 à 15:47 :
l'autre question est de savoir combien le gamin de 14 ans est prêt à payer pour ce service, et combien les publicitaires sont prêts à payer pour pouvoir inonder ce même gamin de publicité. Pour ma part, tout ce qui est sur internet est gratuit ... sauf certains services d'info à haute valeur ajoutée ce qui n'est pas le cas de Facebook
Réponse de le 17/06/2012 à 10:28 :
dès qu'il sera payant, d'autres services semblable arriveront et c'est déjà le cas avec salam world ou encore le réseau soc des professionnels et j'en passe, avec les temps à venir, c'est l'opportunité pour certains de se lancer dans l'aventure des RS et offrir une alternative plus légère que FB.
Réponse de le 18/06/2012 à 18:19 :
oh oui la courbe s'infléchit vachement ils sont mal !
http://www.presse-citron.net/facebook-1-milliard-de-comptes-en-aout-2012
après un réseau qui compte 15% de la population mondiale, oui les annonceurs ont envie de payer pour ça
a écrit le 15/06/2012 à 18:16 :
Moi je trouve que c'est la meilleure "introduction" du siècle ... pour Facebook. Car enfin, ils ont quand même pris l'argent !
Réponse de le 15/06/2012 à 18:52 :
c'est clair, que réussir à introduire à 38$ un truc qui ne vaut rien, c'est plutôt une réussite éclatante :-)) .. bon après .. pour ceux qui ont acheté ... :-))
a écrit le 15/06/2012 à 18:14 :
une boite vendue avec un per estime a 100, c'est de l'attrape cou....., surtout si le bilan n'est pas constitue de lourds actifs physiques revendables et un price to book inferieur a 1.5; bulle internet quand tu me tiens... on ne va pas pleurer pour ceux qui ont achete ca, si?
Réponse de le 15/06/2012 à 20:59 :
Au que non !!! d'ailleurs mon banquier et mon avocat m'ont déconseillé de prendre de l'action FB ! ouf !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :