Facebook en perte de vitesse aux Etats-Unis ?

 |   |  576  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le réseau social perdrait des utilisateurs aux Etats-Unis notamment, son premier marché en termes de chiffre d'affaires. Une mauvaise nouvelle qui inquiète à la veille de la publication de ses premiers résultats en tant qu'entreprise cotée la semaine prochaine.

Un destin à la Myspace guette-t-il inévitablement Facebook ? Le réseau social aux 900 millions de membres serait en train de perdre des utilisateurs dans les pays matures, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Danemark et en Turquie. C'est la conclusion d'un analyste de la firme d'investissement CapStone, qui a utilisé un logiciel propriétaire pour suivre l'évolution du nombre d'utilisateurs de Facebook dans 200 pays. Sur les 23 pays où le taux de pénétration du réseau social dépasse 50% de la population, la tendance est à la décrue ou à la stagnation du nombre de membres dans 14 d'entre eux. « Nous estimons qu'au cours des six derniers les utilisateurs américains ont diminué de 1,1% et de 0,7% sur les trois derniers mois » explique l'analyste. De quoi conforter les Cassandre qui prédisent à Facebook un ralentissement de sa croissance et de quoi alarmer les investisseurs, fébriles avant la publication des résultats du deuxième trimestre le 26 juillet, les premiers du réseau social en tant que société cotée, deux mois tout juste après son introduction le 18 mai dernier.

Baisse du nombre de visiteurs uniques selon ComScore
« Peut-être le niveau de pénétration aux Etats-Unis est-il arrivé à maturité, ce qui a des implications pour la croissance du chiffre d'affaires et celle du nombre total d'utilisateurs » a observé l'analyste, Rory Maher, dans un entretien à l'agence Bloomberg. Or 50% du chiffre d'affaires de Facebook provient du marché nord-américain (Etats-Unis et Canada) comme le précise le groupe de Menlo Park dans son prospectus visé par la SEC. L'action Facebook a d'ailleurs accusé le coup, chutant lourdement lundi (-8%) et encore légèrement mardi (-0,5%). Mercredi à 2 heures 30 de la clôture de Wall Street, l'action FB reprend 3% mais ne cote que 29 dollars, soit 24% de moins que son prix d'introduction de 38 dollars. Or les conclusions de CapStone concordent avec la dernière enquête de l'institut ComScore, publiée le 22 juin et montrant que le nombre de visiteurs uniques de Facebook aux Etats-Unis avait diminué en mai de 600.000 environ par rapport au mois précédent, à 158 millions (tout de même). En revanche, en termes de temps passé, les utilisateurs restaient en moyenne 380 minutes, soit plus de six heures par mois, soit deux minutes de plus qu'en avril. Facebook subit sans doute la concurrence d'autres réseaux sociaux comme Google +, Twitter mais aussi Pinterest ou Path. 

« Trop de musiciens dans les pages Fan »
L'an dernier, en juin 2011, une autre enquête du site « Inside Facebook » avait créé la polémique en affirmant que le réseau social avait perdu 6 millions d'utilisateurs américains en un mois, mais aussi 1,5 million au Canada et plus de 100.000 dans plusieurs pays comme le Royaume-Uni, la Norvège et la Russie. Dans le même temps, Facebook continue de croître à grande vitesse en Asie, par exemple « de 60,3% au Japon et de 20,3% en Inde ces six derniers mois » relève l'analyste de CapStone Investments. Mais l'expert s'inquiète d'un autre point : « la forte concentration des musiciens dans le Top des Pages Fan (85 sur 200) est un problème.» Trop de musiciens, comme sur Myspace ? D'une part, certains comme Lady Gaga pourraient créer leur propre réseau social, et d'autre part « il est probable qu'ils investissent moins en publicité que les marques » relève l'analyste. Facebook devra répondre à toutes ces inquiétudes la semaine prochaine, ainsi que sur la monétisation de son audience sur mobile, l'autre point d'interrogation à moyen terme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2012 à 18:12 :
Nous avons publié une page avec différentes analyse des réseaux sociaux pour mieux comprendre la segmentation et le business modèle de ce marché.

L'équipe Businesscoot.

http://www.businesscoot.com/le-marche-des-reseaux-sociaux-263/
a écrit le 19/07/2012 à 17:43 :
En fait c'est quoi Facebook ! Un ramassis d'abrutis qui publient leurs coordonnées et autres infos perso sans se rendre compte que lesdites données vont être exploitées à leur insu. Et ce ramassis de béotiens est tellement ignare qu'il va te dire " moi, je n'ai rien à me reprocher" :-)
a écrit le 19/07/2012 à 14:36 :
J'ai 4 comptes sur facebook : dieu sait combien de VRAIS comptes facebook existent.
a écrit le 19/07/2012 à 12:52 :
fin de la bulle, Goldman Sachs a pris ses bénéfices, Facebook peut disparaitre, ça n'a plus d'importance :-))
a écrit le 19/07/2012 à 11:17 :
Comme déjà posté il y a plus d'un an, selon moi, Faceboock n'existera plus dans 10 ans, car les seuls vrais utilisateurs sont les ados en majorité. Pour les autres, il s'agit simplement d'être présent pour voir. Côté rapport, faire de la pub sur faceboock ne rapporte rien aux annonceurs sauf de belles factures mais cela ne dure pas longtemps pour fuir ce support
a écrit le 19/07/2012 à 0:16 :
Selon moi, c'est surtout parce que Facebook néglige ses applications pour les smartphones que ces chiffres diminuent. Or, je crois qu'une grande partie des utilisateurs de réseaux sociaux les utilisent via leurs smartphones- notamment les moins de 25 ans. D'ailleurs, twitter l'a très bien compris, et twitter sera directement intégrer dans le prOchain IPhone ! Plus besoin d'application ni de quoi que ce soit... Et si vous voulez mon avis, c'est de cette façon que Twitter va détroner Facebook !!
C'est la fin des réseaux sociaux sur PC.
Réponse de le 19/07/2012 à 1:48 :
Sauf qu'aucune entreprise ne sait aujourd'hui comment faire du business avec twitter....
a écrit le 19/07/2012 à 0:06 :
Facebook, c'est déjà devenu ringard
Réponse de le 19/07/2012 à 10:07 :
+1
a écrit le 18/07/2012 à 22:15 :
Myspace achete par Murdoch a 450 millions d'euros et revendu 5 ans plus tard pour a peine 45 millions d'euros ... Les geeks ont la memoire courte sur les nombreux echecs du web (friendster ...)
Réponse de le 19/07/2012 à 16:28 :
En effet, La technologie et le monde vont très vite, ce qui marche un jour, peut vite décliner. Exemple, Myspace, Yahoo suplanté par Google, Second Life ... Même chose dans la téléphonie où Blackberry et Nokia ont toutes les peines du monde en ce moment.
Le même sort attend Facebook mais également bon nombre d'entreprises liées aux hautes technologies. (Samsung, Apple,...)
a écrit le 18/07/2012 à 21:51 :
Pschiiiiiiiiiiiiiiiiitttt................
a écrit le 18/07/2012 à 21:51 :
Ayant testé Caramail il y a trés longtemps .... j'ai une vision négative des réseaux sociaux; passer son temps à "discuter" au boulot en période creuse avec plusieurs autres ; eux aussi au travail ou des "gamines" aux histoires improbables est uniquement chronophage.Ma préference : My Space - et OUI j'adore la MUSIQUE elle même chronophage aussi mais on peut faire autre chose en l'écoutant d'une oreille distraite....
a écrit le 18/07/2012 à 21:46 :
les titres sont illisibles !!!
a écrit le 18/07/2012 à 21:34 :
Un scénario façon Myspace est hautement probable. Ce que n'évoque pas l'article, c'est la diminution des budgets publicitaires des gros annonceurs (constructeurs auto, téléphonie, marques de prêt à porter, etc...) sur FB. Déçus, ils investissent ailleurs. Déjà.
Ca sent le sapin pour FB...
a écrit le 18/07/2012 à 20:54 :
no problemo, man
les actions ont ete vendu a un bon prix ( avec un per a 100 !!) a des gogos cupides; tout va bien, on attend de voir qui va poursuivre qui avec dommages et interets pour cet investissement...
a écrit le 18/07/2012 à 20:47 :
Facebook n'est qu'une bulle qui va faire "pshit". Quand on en est encore au stade des inquiétudes sur la monétisation de l'audience... Donc comment faire du chiffre avec tout ça, c'est bien que quelque chose ne va pas ! On ne parle pas profitabilité ici, mais simplement de recettes... Ce réseau n'apporte rien et ne mène à rien, si ce n'est prouver une fois de plus que l'emballement vers ce genre de produit est plus que suspect et a permis à un petit nombre (dont le fondateur et sa clique) de s'enrichir sur le dos de millions d'autres personnes. Pour ceux qui ont investi là-dedans : vendez, tant que vous le pouvez, quitte à y laisser quelques plumes, avant qu'il ne soit trop tard !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :