Pinterest pourrait doubler sa valeur, à 11 milliards de dollars

 |   |  239  mots
Pinterest ne divulgue pas son nombre d'utilisateurs, mais rien qu'aux États-Unis la société Comscore les estimaient en janvier à 75,8 millions, soit 37% de plus qu'un an plus tôt.
Pinterest ne divulgue pas son nombre d'utilisateurs, mais rien qu'aux États-Unis la société Comscore les estimaient en janvier à 75,8 millions, soit 37% de plus qu'un an plus tôt. (Crédits : AFP)
Le réseau social qui permet d'épingler des photos pourrait boucler dans les prochaines une levée de fonds de 500 millions d'euros, d'après le Wall Street Journal.

Le réseau social américain Pinterest, qui permet d'"épingler" des photos représentant ses centres d'intérêt sur un profil en ligne, discute d'une nouvelle levée de fonds de 500 millions d'euros qui ferait grimper sa valorisation à quelque 11 milliards de dollars (9,63 milliards d'euros), affirme mercredi 18 février le Wall Street Journal.

La valeur multipliée par deux

Des sources proches du dossier ont précisé au quotidien économique que l'opération pourrait être bouclée dans les prochaines semaines.

La valorisation retenue de 11 milliards pour l'ensemble de l'entreprise représenterait un peu plus du double des 5 milliards de dollars auxquels Pinterest avait été évalué lors d'une précédente levée de fonds de 200 millions de dollars en mai.

     | Lire Pinterest, les débuts d'une success-story

Un modèle basé sur la publicité

Pinterest ne divulgue pas son nombre d'utilisateurs, mais rien qu'aux États-Unis la société Comscore les estimaient en janvier à 75,8 millions, soit 37% de plus qu'un an plus tôt, rappelle le WSJ.

La startup, fondée en 2010 et basée à San Francisco en Californie, compte aujourd'hui plus de 500 salariés et a des bureaux à Londres, Paris, Berlin, Tokyo et Sao Paulo. Elle avait commencé à dégager des revenus l'année dernière en ouvrant sa plateforme à des publicités, prenant la forme de contenus sponsorisés par des annonceurs sur le modèle de ce que font d'autres réseaux comme Facebook ou Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2015 à 10:24 :
de consulter ses propres photos qui auraient été piquées par le Web.. c n'est plus de l'impérialisme...c'est du totalitarisme et finalement quelque part du vol institutionnalisé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :