Jeu vidéo en direct : Microsoft attaque Twitch (Amazon) en recrutant son meilleur influenceur

 |   |  1576  mots
Le streamer le plus populaire de Twitch, Tyler Ninja Blevins, quitte la plateforme pour rejoindre Mixer, la plateforme concurrente de Microsoft.
Le streamer le plus populaire de Twitch, Tyler "Ninja" Blevins, quitte la plateforme pour rejoindre Mixer, la plateforme concurrente de Microsoft. (Crédits : Chaîne YouTube de Ninja)
Hier, Tyler "Ninja" Blevins, la plus grande star de la plateforme Twitch (filiale d'Amazon), a annoncé qu'il n'apparaîtrait plus qu'en exclusivité sur Mixer. Cette plateforme, détenue par Microsoft depuis 2016, marque un grand coup pour s'affirmer comme concurrent sérieux sur le marché de la vidéo en direct. L'entreprise se mêle ainsi à une bataille dominée par Amazon (Twitch), dans laquelle Google (via YouTube) et Facebook se sont déjà engagés.

Coup de tonnerre dans le milieu du divertissement vidéoludique. Tyler "Ninja" Blevins, le plus gros influenceur de Twitch, la plateforme de vidéo en direct de Amazon, se produira à l'avenir exclusivement sur Mixer, la plateforme de Microsoft, a-t-il annoncé dans une vidéo postée sur ses réseaux sociaux. Ninja est un streamer : il diffuse en direct ses parties de jeux vidéo, face caméra, tout en animant la discussion avec sa communauté. Il joue principalement au très populaire Fortnite, et est devenu grâce à ce jeu le visage le plus célèbre de Twitch. De son côté, la filiale d'Amazon n'avait jusqu'ici que très peu de concurrents et était en situation de quasi monopole sur son marché.

Au deuxième trimestre, elle concentrait 72,2% du temps de visionnage sur les plateformes de direct avec plus de 2,7 milliards d'heures, d'après StreamElements. Son dauphin, YouTube Live, pointait loin derrière avec 19,5% du temps de visionnage, et Mixer ne réalisait que 3% de l'audience du secteur. Mais c'était avant cet investissement surprise de Microsoft pour amener sa plateforme, acheté en 2016, sur le devant de la scène. En s'offrant l'exclusivité sur les streams de Ninja, l'entreprise de Bill Gates s'est lancé sérieusement dans la guerre des plateformes de streaming en direct. Sur le ring, quatre mastodontes : Amazon (Twitch), Google (YouTube Gaming), Microsoft (Mixer) et Facebook (Facebook gaming).

Microsoft s'offre le plus gros influenceur de Twitch

Pour comprendre l'ampleur du coup réalisé par Microsoft, il suffit de mesurer la présence en ligne de Ninja. Tyler Blevins fait partie des trois plus gros influenceurs au monde dans le secteur du jeu vidéo. Son poids sur les réseaux sociaux est colossal : 4,6 millions d'abonnés Twitter, 14,4 millions d'abonnés sur Instagram, et 22 millions d'abonnés sur YouTube, où ses vidéos ont été vues plus d'1,9 milliards de fois. Mais ce n'est même pas là qu'il excelle le plus : sur sa chaîne Twitch, il "streame" devant plus de 50.000 spectateurs en moyenne. En mars 2018, il avait réunit une audience de plus de 650.000 personnes lors d'un direct avec plusieurs personnalités, dont le rappeur canadien Drake. Récemment, dans une émission avec son homologue français Corentin "Gotaga" Houssein, l'américain de 28 ans avait révélé qu'il avait atteint un pic de plus de 260.000 abonnés payant (à 4,99 dollars) à sa chaîne Twitch.

Lire aussi : Jeu vidéo : le direct et les influenceurs, poules aux œufs d'or des studios

Ces chiffres lui ont permis de signer des partenariats avec des grandes marques. Uber Eats, Redbull ou Samsung ont misé sur lui pour leurs campagnes de publicité. Surtout, sa communauté est assez importante et sa popularité assez haute pour qu'il ne dépende pas du traffic ramené par Twitch, et puisse prendre son indépendance. Hier soir, juste après l'annonce, l'abonnement à la chaîne Mixer de Ninja était gratuit, contre 7,99 dollars en temps normal. En une poignée d'heures, et sans qu'il ne joue, elle a dépassé le cap des 100.000 abonnés. De son côté, l'application Mixer se hissait en tête des téléchargements gratuits sur l'App Store. Ni Microsoft ni le joueur n'ont pour l'instant communiqué sur le montant de leur partenariat. Pour rappel, Reuters révélait en février que l'éditeur d'Apex Legends avait payé Ninja un million de dollars pour quelques dizaines d'heures de jeu, et des messages sur ses réseaux sociaux.

Coup dur pour Amazon

Il s'agit d'un premier revers majeur pour Twitch. Dans les quelques heures qui ont suivi l'annonce, la plateforme retirait l'accréditation du compte de Ninja. Avec plus de 2,2 millions de streamers mensuels, Twitch peut se passer de l'Américain pour faire de l'audience. Il n'était même plus le plus regardé, dépassé par Turner Ellis Tenney aka "Tfue" et Michael "shroud" Grzesiek. Mais c'est tout de même le visage de la plateforme, le joueur le plus connu, qui s'en va.

"C'est une victoire pour Ninja, une énorme victoire pour Microsoft et Mixer, et une grosse défaite pour Twitch. Twitch, première plateforme de streaming au monde et haut-lieu du jeu vidéo et de l'eSport n'est pas parvenue à garder sa plus grande star", a tweeté le consultant Rod Breslau à la suite de l'annonce.

Tyler Blevins s'était exprimé en décembre auprès du New York Times, sur la pression exercée par la concurrence sur Twitch. ll faisait près de douze heures de stream par jour, et ne prenait quasiment jamais de vacances. Les joueurs craignent de s'absenter, par peur d'être vite remplacé par d'autres auprès de leur communauté. Ce stress est en partie lié au modèle économique de la plateforme. Les streamers partagent tous les revenus qu'ils génèrent avec Twitch. Ils peuvent diffuser des publicités, récolter des dons de la part des spectateurs.

De plus, ces derniers peuvent s'abonner à leur chaîne, à partir de 4,99 euros par mois, pour montrer leur soutien et avoir accès à quelques avantages sur la messagerie en direct qui accompagne le stream. Les streamers sont donc poussés à attirer le plus d'audience pendant le plus de temps possible. Si d'autres plateformes comme YouTube Live ou Mixer parviennent à se hisser au niveau de Twitch, les streamers pourront faire jouer la concurrence. A l'heure actuelle, ils ne touchent que 50% du prix lors d'un abonnement à leur chaîne - ce montant peut être renégocié à la hausse pour les joueurs les plus populaires. Nombre d'entre eux complètent leurs revenus en postant sur YouTube des rediffusions ou des "best of" de leur chaîne Twitch.

"C'est une grande victoire pour la communauté du jeu vidéo avec les plus grandes entreprises tech mondiales, qui investissent tous plus dans le streaming de jeux vidéo, offrant plus d'options aux streamers pour gagner leur vie", a relevé Rod Breslau.

Amazon ne détaille pas les revenus qu'il tire de sa plateforme de vidéo en direct, acquise pour 970 millions de dollars en 2014. Mais l'entreprise de Jeff Bezos est en plein boom : entre 2017 et 2018, le temps de visionnage sur son site a augmenté de 58% à 570 milliards d'heures visionnées. Surtout, elle est amené à prendre une place croissante au sein du groupe. Twitch est aussi un canal d'entrée supplémentaire pour Prime, l'offre premium de Amazon, qui compte plus de 100 millions d'abonnés, et qui lui permet de récolter des milliards de données clients. Les détenteurs d'un compte Prime peuvent s'abonner gratuitement à une chaîne. Les streamers incitent donc leur public jeune à demander d'utiliser le compte Prime de leur parents pour s'abonner à leur chaîne.

Lire aussi : Pourquoi les GAFAM se lancent dans les jeux vidéo en streaming

Une bataille au-delà du jeu vidéo

Face à la domination de Twitch, YouTube a dégainé en premier, via son service YouTube Gaming, lancé en 2015. L'idée : garder sur sa plateforme ses principales figures, qui s'exportent sur Twitch pour le direct. Mais la filiale de Google a mis du temps à se mettre au niveau technologique. Elle n'a, par exemple, que très récemment intégré un module d'abonnement similaire à celui de son concurrent. En revanche, elle peut compter sur sa masse de vidéastes populaires pour faire décoller la vidéo en direct. Avec le lancement de son service de cloud gaming Stadia, YouTube compte désormais créer de nouvelles synergies, et permettre de connecter les deux services en quelques clics. Les développeurs ont par exemple prévu d'intégrer la possibilité pour les streamers d'inviter facilement les spectateurs sur leurs parties, entre autres fonctionnalités.

Du côté de Facebook, la vidéo en direct a été lancée en 2016, sans la verticale jeu vidéo. En 2018, l'entreprise de Mark Zuckerberg a décidé de suivre la tendance du marché et ouvert son propre concurrent de Twitch, Fb.gg, intégré au réseau social, avec un modèle économique similaire à l'original. Si le jeu vidéo reste la principale porte d'entrée vers ces plateformes, d'autres formes de divertissement y voit le jour, au point que Twitch est aujourd'hui décrit comme une nouvelle forme de télévision. On y trouve des émissions thématiques sous la forme de tables rondes, des émissions d'actualité mais aussi des émissions politiques. La chaîne française Accropolis par exemple, commente en direct les débats de l'Assemblée Nationale.

Le gouvernement a d'ailleurs bien cerné la popularité de ces services auprès des jeunes. En février, dix ministres s'étaient relayés pour débattre chacun une heure avec des vidéastes et un public de jeunes. Ce "grand débathon" était diffusé simultanément en direct sur la chaîne Twitch de Accropolis et sur la chaîne YouTube de HugoDécrypte. Trois mois plus tard, juste avant les élections européennes, le président Emmanuel Macron avait accordé sa seule interview à... HugoDécrypte, en direct sur YouTube. Avec le rachat de Twitch en 2014, Amazon a pris une avance conséquente sur le marché de la vidéo en direct, même si Google et Facebook ont tenté de lui emboîter le pas. Microsoft a fait subir à la plateforme un de ses premiers échecs et va désormais tenter de se hisser à sa portée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/08/2019 à 9:02 :
De nature curieux, je me laisse tenter par la lecture des commentaires. Tout ce qui est nouveau dérange, tout ce qui n’est pas compris dérange. Aujourd’hui, le divertissement est choisi et non pas subi (Télévision). Le business modèle est différent. L’impact sur l’audience est différente. La taille de l'audience est différente. Ainsi, il est toujours très drôle de voir le stéréotype du « français » dans la critique, la denigration. Le français est drôle. Le français vit dans son passé. Le français est un français, on le reconnaît comme cela.
a écrit le 05/08/2019 à 16:04 :
En attendant d'avoir un vrai choix, comme compositeur je ne sors plus rien depuis quelques années. Alors le concept d'influenceur qui est nébuleux, car seul le nombre de vues ou de j'aime finalement n'est en rien un intérêt pour ceux qui créent !!!
Et puis cela me rassure que les plus grands musiciens et jazzman soit si peu visible, car effectivement si la culture est a présent une question d'influenceur, la forme et le fond n'ont plus de différences.
Et il est vrai que concéder du temps pour la création en sachant que toutes ces plateformes sont des accords entre multinationales, vaut mieux regarder car la matière prend du temps a construire, l'image est question de diffusion.

Je pense aussi d'ici moins de 10 ans des plateformes qui aurons un fond et une déontologie (je rêve la), serons peut être présente??!!!
Et puis lorsque l'on est indépendant, une video histoire de se montrer, mais sinon ce qui compte est moins la visibilité que la création, non?
a écrit le 05/08/2019 à 6:42 :
Passer plus de douze heures/jour a jouer sur un ecran !
Vite, aller voir un psy et ils sont des millions dans ce cas.......
a écrit le 04/08/2019 à 10:23 :
Comment peut-on être assez stupide pour accorder un quelconque crédit à ces opportunistes sans aucune réelle connaissance des sujets qu'ils abordent ?!
a écrit le 02/08/2019 à 20:05 :
Belle image de notre civilisation où les gesticulations d'un clown devant un écran de jeu deviennent un enjeu économique. Ca laisse méditatif à défaut de rêveur. Du pain et des jeux rien de nouveau sous le soleil....
Réponse de le 03/08/2019 à 16:17 :
Votre remarque complètement inutile en dit long sur la mentalité française.
Un clown ? Gesticulations ?
Il est révolu le temps ou il fallait aller à la mine pour une bouchée de pain.
Sortez, ouvrez les yeux le monde évolue à grands pas !

Ps : A titre informatif monsieur le journaliste, tous les streameurs ne touchent pas uniquement 50% des abonnements. Ce contrat de rémunération est négociable en fonction de vos points d'abonnés.
Renseignez vous également la prochaine fois :)
Réponse de le 05/08/2019 à 22:54 :
Si vous trouvez la remarque inutile, pourquoi perde du temps à la lire et à y répondre, voyez, je trouve la votre passionnante, pleine de finesse et d'une grande profondeur de réflexion quant aux activités humaines. La contribution de ce pitre (pardon influenceur) m'a certainement échappée, j'en suis confus, alors que les mineurs remontaient entre autre du charbon qui avait une utilité plus immédiate....Quant à la bouchée de pain, renseignez vous sur le monde où vous vivez, vous serez surpris: les salaires dans notre beau pays ne sont pas portés à l'inflation...
Réponse de le 12/08/2019 à 22:09 :
Ça existe depuis longtemps. En particulier sous le nom de "star system".
Ou bien, on en met 22 sur une pelouse, avec un seul ballon.

"L'image de notre civilisation" ? Elle n'a pas vraiment changé…
a écrit le 02/08/2019 à 18:33 :
De quoi vous parlez ? De quelle économie s'agit il ? En france où nous sommes toujours au 18ème siècle c'est très exotique !

Il faudrait diffuser en direct live sous forme de serious gaming la journée type d'un fonctionnaire francais ! Ca ferait un tabac, c'est comme une nature morte de Rembrandt (le rien) ou rubens (alors) !
a écrit le 02/08/2019 à 15:42 :
Les nouveaux idoles sont attirés par toujours plus de liberté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :