Coronavirus : les fake news, ce fléau à juguler en plus de la pandémie

 |   |  766  mots
Le service de factchecking de l'AFP a publié pas moins de 140 articles en anglais vérifiant de fausses affirmations les plus virales.
Le service de factchecking de l'AFP a publié pas moins de 140 articles en anglais vérifiant de fausses affirmations les plus virales. (Crédits : Kacper Pempel)
Si des personnes créent et partagent délibérément du contenu mensonger, à des fins conspirationnistes, "beaucoup" relaient des affirmations sans savoir qu'elles sont fausses et donc sans "malveillance", souligne Claire Wardle, experte de la mésinformation. Une mésinformation qui "touche absolument tout le monde, y compris des personnes éduquées", fait savoir la spécialiste.

Théories du complot, traitements inappropriés ou faux conseils de prévention: la propagation éclair de fausses informations en tout genre sur le nouveau coronavirus nuit au combat des autorités pour endiguer la pandémie.

Dès février, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a alerté sur l'"infodémie massive" qui entourait le Covid-19, à savoir une surabondance d'informations, qui ne sont pas toujours vraies ou exactes.

Preuve de ce flot depuis le début de l'épidémie, le service de factchecking de l'AFP (AFP Factuel) a publié pas moins de 140 articles en anglais vérifiant de fausses affirmations les plus virales, 52 en espagnol et 53 en français.

Lire aussi : Coronavirus : Internet infesté par les arnaques et les fake news

"On voit les mêmes canulars apparaître en Asie, en Europe, aux États-Unis, en Amérique latine, à quelques heures de différence", explique à l'AFP Cristina Tardaguila, directrice associée du réseau international de factchecking IFCN, dont les membres présents dans 45 pays mettent en commun leurs articles.

"On a gagné des batailles", avec des faux qui ont cessé de tourner, a assuré Mme Tardaguila, "mais on est en train de perdre celle concernant les faux traitements et les fausses préventions". Car, à défaut d'un traitement médical contre le coronavirus, les faux remèdes (prendre de la cocaïne, boire de l'eau de javel), les fausses recommandations (ne pas utiliser de gel désinfectant car il est cancérigène), faux numéros d'urgence ou encore faux tests de dépistage pullulent sur les réseaux.

 "Vitesse de réaction"

Si des personnes créent et partagent délibérément du contenu mensonger, à des fins conspirationnistes - comme ces vidéos prétendant que le virus a été créé en laboratoire - ou encore commerciales - comme les faux remèdes à vendre, "beaucoup" relaient des affirmations sans savoir qu'elles sont fausses et donc sans "malveillance", a souligné auprès de l'AFP Claire Wardle, experte de la mésinformation. Avec la mise en place de mesures de confinement dans plusieurs pays, le phénomène s'intensifie.

"Beaucoup de gens sont à la maison, seuls, alors tout le monde s'envoie des messages parce que les gens sont effrayés et veulent aider", a souligné l'experte. Et spécificité de cette crise sanitaire mondiale, qui a fait plus de 9.800 morts dans le monde depuis son apparition en décembre: la mésinformation "touche absolument tout le monde, y compris des personnes éduquées".

Pour Emanuele Capobianco, directeur de la Santé pour la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix Rouge (IFRC), loin d'aider, ce partage d'informations non vérifiées a eu un "impact très négatif sur la vitesse de réaction" des sociétés face à l'épidémie, alors que "la vitesse est un facteur critique pour contenir une épidémie".

De fausses informations sur ce virus apparu en Chine ont aussi provoqué la stigmatisation de groupes. En France, la communauté franco-chinoise s'est inquiétée dès janvier des amalgames xénophobes, à l'instar du journal régional le Courrier Picard qui titrait fin janvier "Alerte jaune" avant de s'excuser.

Selon Tarik Jasarevic, porte-parole de l'OMS, "la stigmatisation peut conduire les gens à cacher la maladie pour éviter la discrimination" ou encore "les empêcher de demander des soins de santé immédiatement".

Plateformes poussées à l'action

Vivement critiquées, les plateformes sont poussées à agir pour casser la viralité des fausses informations et à mettre en avant des informations provenant de sources faisant autorité, telles que les centres de contrôle des maladies et l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Sur Google, en tête des recherches sur le coronavirus apparaissent les informations de l'OMS.

Facebook s'est mobilisé sur différents fronts: la valorisation des informations fournies par des sources compétentes, la lutte contre la propagation de contenus nocifs (publicités pour des prétendus remèdes, fausses informations) et le soutien aux services de santé avec des fonds et des outils informatiques.

"Le niveau d'appels passés via WhatsApp et Messenger a doublé par rapport à d'habitude" dans les zones les plus touchées par la pandémie, a constaté mercredi Mark Zuckerberg, le patron du réseau social.

WhatsApp, où a circulé de nombreux messages de "chercheurs" ou de "personnes en contact avec le gouvernement", a annoncé une subvention d'un million de dollars pour soutenir les membres de l'IFCN. Les conversations y étant privées, la messagerie aux deux milliards d'utilisateurs constitue un défi majeur dans cette lutte contre la mésinformation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2020 à 7:56 :
Les fadaises et autres balivernes viennent souvent d'ignorance de notre monde ou de l'actualité, or l'ignorance est le plus grand des mépris.
A lire certains commentaires ici, on a vraiment l'impression que plusieurs personnes devraient profiter du temps de confinement pour passer par correspondance le diplôme pour être ministre.
Certains savent tout et peuvent le passer en VAE ! :-)
Réponse de le 21/03/2020 à 11:51 :
C’est sûrement de la critique positive ?
Autant nomme les personnes ça ira plus vite pour le changement et demande de VAE 😂
a écrit le 20/03/2020 à 21:13 :
Le problème c'est moins les fake news, que leur vecteur. Que les réseaux (essentiellement a-sociaux) servent à s'envoyer des photos (dont on n'a que f...) et ça ne sera pas plus ... que les dimanches après midi avec les diapos de la tante Louise. Mais (et ça fait plaisir à MZ, car le business model marche à fond: le pognon arrive en masse) ça incite un monde de frustrés qui, plutôt que de se réunir sur les rond-points parce que les cafés on disparu, s'auto déclarent experts en tout (et surtout n'importe quoi). Et que les "followers" (c'est particulièrement explicite) se donnent de l'importance en les relayant "pour sauver l'humanité".
C'est d'ailleurs marrant de parcourir les commentaires ici; et de voir ce qu'on y trouve. Edifiant !
a écrit le 20/03/2020 à 20:44 :
Les fake news virales et le SARS-cov-2 sympa ont le mérite d'inciter chaque individu à rechercher la vérité, scientifique ou émotionnelle. Dommage que la classe gouvernante les utilisent pour asseoir et renforcer leurs pouvoirs. Qui sont donc aujourd'hui les citoyens exemplaires comme De Gaulle, condamné à mort par contumace en 1940. Le film vient de sortir mais les salles de projection sont fermées.
a écrit le 20/03/2020 à 19:50 :
Nous proposer le confinement médiatique et la coupure des réseaux sociaux pour faire la chasse au fake, semble être en droite ligne a ce que l'on nous propose actuellement!
a écrit le 20/03/2020 à 19:25 :
La bien-pensance du soviet-suprême se rebiffe, comme toujours avec le ridicule qu'on lui connait et avec quelques métros de retard, fort heureusement.
a écrit le 20/03/2020 à 17:32 :
autant d'absence de réactions dès la parution de ce virus, m'interroge. On a laissé ce virus se propager volontairement. Ce n'est pas une fake news. Je n'en connais pas l'origine, ni le pourquoi, je suis contre toutes théories de complot. Mais là, nous vivons une période incroyable. Ils ont laissés volontairement ce virus circuler, depuis janvier dès personnes ce sont élevées contre la non fermeture des frontières le seul rempart tardif , elles n'avaient que cette parade. J'espère sincèrement, que tous ces gens seront punis et s'ils ne le sont pas nos propos doivent les poursuivre
a écrit le 20/03/2020 à 16:54 :
c'est un fléau si l'on part du principe ou semble t'il l'information , la vrai paraît t'il, que le monsieur a fait d'autres choix sans le dire.

La fake news est de nous dire que nous confiner et en même temps obliger des gens a travailler.

Du coup, comme tout est crédibilité, la fake news est proportionnelle a la crédibilité de ceux qui nous gouvernent, non?
a écrit le 20/03/2020 à 16:37 :
Cet article est il de l'ordre de l'info ou du fake? Entre les infox et les info. la population prend "le juste milieu" pour faire la part des choses!
a écrit le 20/03/2020 à 15:51 :
3.300 morts d'accident routier en 2018 seulement en France, contre près de 10.000 morts du virus dans le monde entier, et c'est le confinement mondial.. n'y a t-il pas là une sur réaction, due à la nouveauté du virus, par rapport à la banalité des accidents de la route ?
Réponse de le 20/03/2020 à 17:32 :
Churchill disait que les statistiques étaient comme les bikinis, elles en montraient beaucoup mais cachaient l’essentiel ! L’essentiel ici, c’est que même en réduisant la vitesse à 80, on ne diminue la mortalité que de quelques centaines et on se paye les gilets jaunes, tandis qu’en prenant des mesures draconiennes les expériences asiatiques montrent qu’on maitrise la pandémie Au prix d’un ralentissement économique.
Si on ne fait rien, probablement 60 à 70 pct de la population sera contaminée soit 40 à 50 millions de personnes en France. Les chiffres de la mortalité associée à la contamination ne sont pas fiables aujourd’hui puisque faute de tests on ne sait combien d’entre nous sont contaminés. Quand bien même ce ne serait qu’une forte grippe dont le taux de létalité est de l’ordre du 1 pour mille on parlerait quand même de 50 000 victimes...
Et on sait que le Cov19 est bien pire qu’une grippe, on ne sait juste pas combien pire.
A cela s’ajoute que tout cela se produirait en quelques semaines ou au mieux mois.
Avec le nombre de lits dont nous disposons avec respirateurs ( environ 5000) et sachant qu’un malade reste 1 à 3 semaines en réanimation, nous pourrions secourir qu’un nombre infime des patients si nous laissons faire que la population d’auto immunise devienne majoritaire comme voulait le faire en Angleterre ce génie de Boris Johnson...
Non, les accidents de la route sont aussi une malédiction, mais ne ríen faire contre le Covid 19 serait un drame d’une toute autre ampleur pour les plus vieux et fragiles d’entre nous. Soyons disciplinés. Il y va de la survie de beaucoup d’entre eux.
a écrit le 20/03/2020 à 15:15 :
"Fake news" ? Kesako ? Vous vouliez sans doute écrire "bobard", ou alors calembredaine, sornette, fadaise, ragot, rumeur, etc ... Les mots ne manquent pas à notre langue.
a écrit le 20/03/2020 à 13:07 :
"La première victime d'une guerre, c'est la vérité."

Rudyard Kipling
Réponse de le 20/03/2020 à 14:40 :
Pourquoi nous sommes en guerre?

Je ne vois pas des nations qui s’envoient des bombes sur la tronche mais plutôt une humanité non préparée a une pandémie mondiale, malgré le «  trop gros ego sur- dimensionné «  des scientifiques de l’IA , ah c’est vrai nous étions à la «  pointe de la technologie « ....
Sans blague!?
Nous comptons des morts par milliers et même pas le droit d’avoir un deuil digne d’un humain...

Même «  en temps de guerre »
Les humains enterreraient «  leurs morts «  dignement et à toutes les époques mêmes à la préhistoire.

Non ce n’est pas une guerre.
A vous ,
La balle est dans votre camp
Réponse de le 20/03/2020 à 15:30 :
Ce n'est pas moi qui ait assumé que ce soit une guerre c'est le petit bientôt moustachu...
a écrit le 20/03/2020 à 12:57 :
a l'instant sur BFMTV l'info suivante : si vous avez des symptômes restez chez vous et reposez vous cela devrait suffire pour vous guérir : le virus n'est donc dangereux que pour les gens malades et qui ont donc un mauvais système immunitaire !!! pour les autres aucun danger !!!
Réponse de le 20/03/2020 à 13:58 :
De toutes manières, l'équation est la suivante.

soit tu guéris tout seul, soit tu meurs, parce que le système sera saturé dans quelques heures et qu'un patient sur 7 seulement sera intubé d'ici une semaine. Donc aller à l'hôpital ne changera rien.

Avantage de mourir chez toi, tu auras l'occasion de dire adieu à tes proches avant que l'administration n'envoie un camion militaire récupérer ton cadavre.

Dans tous les cas, tu seras enterré comme un chien, sans cérémonie, sans amis, et presque sans famille.

C'est fou comme avec Macron l'humanité a pu régresser au stade des pre-humains.
a écrit le 20/03/2020 à 12:45 :
il y a une autre fake news qui circule et c'est celle des médecins qui disent qu'il n'y a aucune solution pour faire face au coronavirus. Or de nombreux médecins or public précise que la présence d'un bon système immunitaire permet de tuer le virus : pourquoi personne ne vérifie cela ???
Il y a d'autres médecins qui précisent que certaines plantes pourraient lutter contre le coronavirus, pourquoi personne ne vérifie cela ????
curieusement tous les médecins qui parlent à la télévision sont exclusivement issus du système hospitalier pourquoi ne pas écouter ceux du privé ou ceux des solutions parallèles ???
Y aurait-il un bon médecin ou un mauvais médecin ???
Il reste clair qu'en demandant à un seul type de médecin on laisse aller les fausses nouvelles
Réponse de le 20/03/2020 à 13:36 :
"'il n'y a aucune solution pour faire face au coronavirus" si, un bon système immunitaire, en vente dans les bonnes pharmacies (sur ordonnance). :-)
Bon système veut aussi pouvoir dire tomber malade mais en ressortir vivant, pas toujours l'éviter (ceux qui se tricotent des masques, si pas malades d'ici juillet diront "c'était efficace" sauf que ça manque de tests scientifiques pour tester l'efficacité, pas la "baraka" de ne pas y avoir été exposé). "Aucune solution" veut dire qu'on n'a pas, pas encore, un traitement à donner de suite, garanti efficace suite à des essais cliniques adhoc randomisés, etc ou de vaccin pour traiter tout le monde et être protégés. Le traitement c'est souvent vs les problèmes qui sont là, pas le mal qui les provoque (comme un garagiste qui répare souvent un défaut sur un modèle de voiture, faute de pouvoir demander au constructeur de corriger la conception de la pièce faible (modèle plus fabriqué)).
Les diverses thérapeutiques, une fois abouties (y a 4 pistes différentes en // en France, je crois, ailleurs sais pas, hors chloro et hydroxychloroquine aux USA ordonnés par Trump) apporteront une réponse pour le covid-19. Vaccin un jour peut-être, mais le candidat retenu, efficace, demandera un an à être fabriqué en masse.
"certaines plantes pourraient lutter contre le coronavirus" il faut lancer des études agréées, et voir sur quels critères ces médecins les suggèrent (intuition, homéopathie, espoir sans consistance : il faut essayer en vrac (50 000 molécules connues sont à tester en 'screening', ça prend du temps, et in vitro (labo, boites Pétri) pas toujours bon in vivo (humain)).
Je propose l'ail (mais suis pas médecin) périodiquement, pour assurer une distance de sécurité sanitaire partout. :-)
a écrit le 20/03/2020 à 12:21 :
Bonjour,

Souvent ces fakes News viennent des contacts que nous connaissons bien donc les barrières de la méfiance se baissent , je pense que une fois pour toute , de notre côté «  faudrait stopper des informations inutiles en tant de crise «  et aller à l’essentiel, nous ne sommes vraiment «  rien » ici sur terre .

Cordialement
Bon week end
a écrit le 20/03/2020 à 12:19 :
qui décide ce qui est fake news ou pas?

En dehors des cas tellement grossiers que le doute n'est pas permis, il y a toute une frange entre le noir et la blanc.

Le complotisme est une tournure d'esprit malsaine mais ça reste une opinion, alors est ce que ça doit rentrer dans le délit d'opinion?
Réponse de le 20/03/2020 à 12:39 :
Un «  fait » visible à l’œil n’est pas forcément vérité ou mensonge , tout dépend de quel angle vous regardez et a qu’elle niveau .
Il existe plusieurs niveaux de vérité :
La votre
La mienne
Celle des autres
La vérité de conscience
La vérité universelle
Mais toutes ces vérités sont légitimes

Qu’est ce qu’une fake News
A mon sens il n’y a pas de fumée sans feu , prêchez des demi- vérités , pour sonder le terrain , beaucoup d’humain font ça , mais en réalité , ils ne comprennent pas «  qu’ils se mentent à eux - même »
Une personne «  clean et clair » tombera toujours au point de départ mais certains qui jouent avec les informations fakes News se mordront leur propre queue.
Voilà «  en gros le tableau »
L’Art des Fakes News...
Réponse de le 21/03/2020 à 10:30 :
Je ne peux pas vous suivre sur la pente fangeuse du relativisme.

Un fait n'est jamais une vérité ou un mensonge. C'est une observation.

Par contre, ce qui est toujours discutable c'est l'interprétation qui en est donné.

Il n'y a pas de vérité absolue, ce qui ne veut pas dire qu'on doive mettre sur le même plan ce qui est démontrable par le raisonnement, la répétabilité, l'expérience scientifique, et la conviction ou l'intuition sans argument basée sur des préconçus non démontrables (ce qui ne veut pas dire que l'intuition n'a pas de valeur).

La notion de fake est indissociable de celle de trucage et de falsification. Le trucage pouvant provenir d'une modification de l'élément de base (ex: photo modifiée) ou des éléments de contexte (date et lieu de prise de la photo).

Prétendre que les avions qui se sont écrasés sur le WTC ont été pilotés par la CIA n'est pas une fake news... c'est un interprétation (volontairement?) erronée d'un fait de base réel et indiscutable.

Le premier problème des fake news c'est qu'elles ne mènent à rien.
On peut toujours prétendre que les pommes tombent des arbres à cause des illuminati, ça ne permettra pas de lancer les fusées sur la lune, alors que la théorie de la gravitation, si.

Le second c'est qu'il y a des gens qui y trouvent un intérêt au dépends de ceux qui y croient, mais là on rentre dans le champ de la croyance, qui n'est plus du ressort de l'information mais de la psychiatrie. Toute volonté affichée de réprimer les "fake news" provoquera un renforcement du complotisme.
a écrit le 20/03/2020 à 12:16 :
Au moyen-âge, les juifs persécutés pour être accusés d'empoisonner les puits. Rien de nouveau sous le soleile en matière de désinformation!
a écrit le 20/03/2020 à 11:56 :
Bref messe des médias de masse habituelle:"La véritable et seule information à assimiler c'est nous qui la diffusons et nous seuls"

A savoir ce que nous disait l'ORTF dès sa création.

ça commence à manquer sérieusement d'argumentations les gars tout ça hein vu que tout le monde sait qu'il y a énormément de fakes sur internet mais tout le monde comprend également que les bonnes informations, certes en moins grande quantité que les mauvaises, sont mille fois supérieures en qualité que ces médias de masse moralistes à souhait.

Et même pas sûr que ce commentaire passe, déjà, ce ne serait pas le premier à se faire censurer en République Oligarchique.

Commentateur cherche phénomène sur lequel il serait un peu plus complexe à penser svp, merci.
Réponse de le 20/03/2020 à 15:26 :
@ multipseudos

Comme tu es faible mon pauvre ami si tu savais comme c'est triste de te voir dans cet état.

Ressaisis toi mais c'est vrai que cloitré ton cas ne devrait pas s'arranger.

Signalé c'est pour ton bien

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :