Face à "l'imam Google", Hadopi est la solution, selon Xavier Bertrand

 |   |  466  mots
Il y a l'imam Google, qui mobilise un certain nombre de jeunes aujourd'hui, avant même d'aller dans les mosquées, a déclaré Xavier Bertrand.
"Il y a l'imam Google, qui mobilise un certain nombre de jeunes aujourd'hui, avant même d'aller dans les mosquées", a déclaré Xavier Bertrand. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Dans un discours extrêmement ferme, le député-maire Les Républicains estime que les géants de l'Internet devraient consacrer "1% de leurs bénéfices" à la mobilisation contre la radicalisation. Selon lui, le gouvernement français devrait changer la mission de l'Hadopi pour lui demander de traquer les sites qui véhiculent le terrorisme.

Après les attentats de Paris, la France s'interroge sur la radicalisation des jeunes, sur Internet ou dans les mosquées, et sur les moyens de lutter et de la prévenir. Interrogé sur Europe 1 à ce sujet vendredi 20 novembre, le député-maire Xavier Bertrand (Les Républicains) estime que la solution implique les géants de l'Internet, qu'il faut davantage contrôler :

"Vous avez parlé des mosquées tout à l'heure, mais il y a 'l'imam Google', qui mobilise un certain nombre de jeunes aujourd'hui, avant même d'aller dans les mosquées. C'est sur Internet qu'ils trouvent le moyen de se radicaliser."

Le  député de l'Aisne (Les Républicains) a ensuite estimé qu'il était temps que "ces multinationales, présentes sur notre territoire, archi-milliardaires, qui ne paient pas d'impôts, se sentent aussi mobilisées", suggérant qu'ils consacrent "1% de leurs formidables bénéfices à se mobiliser".

Dans une enquête publiée jeudi dans son hebdomadaire, L'Obs a constaté la forte présence sur Internet des imams radicalisés, auteurs de "vidéos léchées sur Youtube", possédant des pages Facebook aux milliers de fan (jusqu'à 175.000 pour certains) et qui "ont tout copié du stand-up sur la forme".

Pour Xavier Bertrand, le gouvernement français et à l'Hadopi (Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet) doivent agir :

Il faut que "le gouvernement demande dès maintenant à Hadopi d'arrêter les fonctions traditionnelles d'Hadopi sur le téléchargement illégal et que l'on mette tous les moyens d'Hadopi aujourd'hui [...] pour traquer les sites et pour mettre hors d'état de nuire tous ceux qui se servent de Google, des réseaux sociaux, pour véhiculer le terrorisme", a-t-il déclaré.

L'état d'urgence offre des solutions

Des mesures de l'état d'urgence, adoptées jeudi par l'Assemblée nationale et examinées ce vendredi par la Sénat, sont destinées à lutter contre ces formes de radicalisation. Elles prévoient notamment la possibilité pour le ministère de l'Intérieur d'"assurer l'interruption de tout site Internet provoquant à la commission d'actes de terrorisme ou en faisant l'apologie", mais elles facilitent également la dissolution d'associations "radicales".

Lors de l'examen du test à l'Assemblée nationale jeudi, le Premier ministre Manuel Valls en a aussi profité pour annoncer la création d'une "structure pour jeunes radicalisés".

"Les premiers admis pourront être des repentis, que nous mettrons à l'épreuve afin de mesurer leur volonté de réinsertion dans la durée »,
 a-t-il expliqué.

En revanche, il est hors de question que les djihadistes français de retour de Syrie ou d'Irak se retrouvent dans ces structures. "Leur place est en prison. Un centre de déradicalistion ne peut pas être une alternative à l'enfermement carcéral", a-t-il déclaré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2015 à 11:43 :
Je lisais: daech enfant monstrueux d'internet. Les réseaux sociaux ne sont qu'un des moyens utilisés par ces terroristes. L'utilisation restrictive de textes du 7° siècle, les soutiens financiers des pétro-dollars locaux, les "erreurs ??" Américaines, la politique des yeux fermés locale et Européenne ont créé un cancer qui essaime des métastases mondiales. Plus l'abandon sociétal des jeunes au seing de ghetto. Car pour former ces terroristes il faut aller à l'école en Syrie, car pour diriger le califat il faut des cadres (formés par nous). Internet n'y est pour rien
a écrit le 21/11/2015 à 8:58 :
Encore un "grand malade" qui aspire à un régime à la chinoise !
a écrit le 20/11/2015 à 11:25 :
Le prétendant au trône de la région du Nord à une idée d'une seul coup d'un seul et après avoir réfléchi longuement .
Réponse de le 20/11/2015 à 11:38 :
S'il comprend le fonctionnement de tous les autres systèmes publics aussi bien que la Hadopi, alors on est rassuré quant à la certitude de nous faire envoyer dans le décor en un minimum de temps...
Réponse de le 20/11/2015 à 12:09 :
Allez, après deux à trois bières Ch'ti, ça va s'arranger !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :