Les données personnelles de 540 millions d'utilisateurs de Facebook accessibles sur des serveurs Amazon

 |   |  406  mots
Encore une fois, le réseau social est mis à l'index pour son manque de vigilance vis-à-vis de la protection des données personnelles de ses utilisateurs.
Encore une fois, le réseau social est mis à l'index pour son manque de vigilance vis-à-vis de la protection des données personnelles de ses utilisateurs. (Crédits : Dado Ruvic)
Noms, commentaires, likes, adresses e-mails, domaines d'intérêts, mots de passe... les données de centaines de millions d'utilisateurs de Facebook ont été affichées à la vue de tous sur des serveurs de stockage décentralisé ("cloud") d'Amazon, rapporte, ce jeudi, la société de cybersécurité UpGuard.

Un nouveau scandale au palmarès de Facebook. L'entreprise de sécurité informatique UpGuard a découvert que les données (des informations comme les noms, les commentaires, les « j'aime », e-mails, domaines d'intérêts, mots de passe,etc) de plus de 540 millions d'utilisateurs de Facebook étaient librement accessibles sur Internet. Selon CNBC, le premier réseau social a confirmé que ces données avaient été stockées sur des serveurs Amazon, ajoutant que Facebook travaillait avec le géant du commerce électronique pour faire en sorte que ces données ne soient plus visibles.

Le Monde rapporte que les données étaient stockées sans protection sur un serveur, par l'entreprise mexicaine Cultura Colectiva, qui diffuse sur Internet des contenus « lifestyle ». Toujours selon le quotidien national, cette entreprise récoltait ces données, croit savoir UpGuard, pour analyser les réactions des utilisateurs à ses posts Facebook, afin de prédire quels futurs contenus s'annonçaient les plus prometteurs.

Comme un air de Cambridge Analytica

Ces données étaient en accès libre pour une durée indéterminée. Cela représente une grave violation de la protection des données personnelles et un risque majeur pour la sécurité des utilisateurs concernés. Ces données ont peut-être été utilisées pour alimenter en douce des bases de données marketing. Et les mots de passe en clair ont peut-être servis à des pirates pour accéder à d'autres comptes. Les personnes concernées ne peuvent malheureusement rien faire, à part changer leurs mots de passe.

> Lire aussi : Facebook : les leçons manquées de Cambridge Analytica

Cette découverte est une conséquence directe de la politique de partage de données de Facebook. Comme l'a révélé le scandale Cambridge Analytica, le réseau social a autorisé ses partenaires durant des années à récupérer les données personnelles Facebook de leurs utilisateurs ainsi que de leurs amis. Facebook n'a limité ce partage qu'en 2014. Le problème est que toutes ces données ne sont plus sous le contrôle de Facebook. Il est impossible aujourd'hui d'en garantir la protection.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2019 à 10:44 :
J'ai eu un compte Facebook quelques mois, je l'ai peu utilisé et finalement je l'ai fermé. Pas confiance. Je m'en passe très bien et surtout je ne suis plus obligé de supporter le fatras de bêtises, d'inepties, bref de couillonades que véhicule ce réseau.Bye Bye Facebook et au passage : US Go Home.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :