Invité par l'extrême droite italienne, Elon Musk réaffirme sa position sur l'immigration

En visite samedi à Rome, le sulfureux milliardaire a repris la thèse du « Grand remplacement » devant une foule conquise à Musk.
(Crédits : POOL)

Invité dans un rassemblement politique d'extrême droite, Elon Musk s'est déclaré « très favorable à l'immigration légale », affirmant que les pays devraient accueillir toute personne honnête et prête à travailler dur. Il a reconnu cependant qu'il n'était pas possible d'évaluer qui remplissait ces caractéristiques sans contrôle, concluant :

« Augmentons l'immigration légale, mais nous devons mettre un terme à l'immigration clandestine ».

« Des gens disparaîtront »

Le milliardaire était l'invité vedette du festival politique d'Atreju, organisé par le parti d'extrême droite Fratelli d'Italia (FDI) de la Première ministre Giorgia Meloni, pour discuter de la lutte contre l'immigration clandestine.

Le bouillant milliardaire a également averti que la migration ne pouvait pas remplacer la croissance démographique, estimant que sans une augmentation du taux de natalité, « des gens disparaîtront ».

Elon Musk a ainsi souligné le faible taux de fécondité en l'Italie, un sujet de préoccupation majeur pour le parti de Mme Meloni, jugeant que cela représentait un risque pour les entreprises souhaitant investir.

Interrogé pour savoir si l'Italie était un bon endroit où investir, il a répondu que oui, mais a ajouté : « Je m'inquiète du faible taux de natalité ».

« Si une entreprise veut investir en Italie, y aura-t-il suffisamment de personnes pour y travailler ? », s'est-il interrogé.

Au journaliste qui l'interrogeait et disait que ce serait un problème dans 50 ans, M. Musk a rétorqué que cela pourrait se produire « encore bien plus tôt ».

« Je suis d'accord, c'est un bon endroit pour investir et un pays merveilleux. S'il vous plaît, faites plus d'Italiens, c'est ce que je dis », a conclu le milliardaire.

L'« idéologie wokiste » des annonceurs

Elon Musk a affirmé que les annonceurs revenaient sur la plateforme X (ex-Twitter) après un exode. Interrogé sur les annonceurs qui ont abandonné sa plateforme, inquiets d'un accroissement des publications d'extrême droite, d'une hausse de la désinformation et du harcèlement pointés par nombre d'observateurs, depuis qu'il l'a rachetée en octobre 2022, Musk a déclaré :

« Je pense que X ira bien, et nous voyons déjà des annonceurs revenir vers X. »

Il a ajouté :

« Les annonceurs s'inquiètent toujours pour leur marque... Mais je pense que c'est un problème à court terme », jugeant que certains de ceux qui avaient quitté X étaient infectés par un « virus woke » (militantisme qui vise à promouvoir et défendre toutes les minorités, NDLR).

Mme Meloni, qui se dit elle aussi opposée à l'« idéologie woke », est arrivée au pouvoir l'an dernier grâce, entre autres, à sa promesse de mettre fin à l'immigration illégale.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 16/12/2023 à 23:56
Signaler
Pas très cohérente, sa position sur l'immigration, son avis ne vaut pas grand chose

à écrit le 16/12/2023 à 18:36
Signaler
« Des gens disparaîtront » C'est à mourir de rire. Il faut lui dire que tous les jours des gens ne naissent pas et ce depuis des millions d'années ! Par contre je ne suis toujours pas arrivé à me faire une idée stable de ce qu'était le wokisme, beauc...

le 16/12/2023 à 19:11
Signaler
Au siècle derniers l'argument choc consistait à traiter son contradicteur de coco , de socialo ou facho , aujourd'hui l'injure suprême c'est wok ou wokisme .N'en cherchez pas le sens , ceux qui l'emploient seraient bien incapables d'en donner une dé...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.