Le Jour d'Après : "Nous avons besoin d'une France plus solidaire, plus écologique et plus souveraine" (Paula Forteza)

LE MONDE D'APRES. Une soixantaine de députés (LREM et opposition de centre et de gauche) ont lancé la plateforme participative Le Jour d'Après, qui vise à penser l'après-crise du coronavirus. Les citoyens ont jusqu'au 4 mai pour soumettre leurs propositions dans 11 thématiques phares. La députée Paula Forteza, co-organisatrice, décrypte pour La Tribune cette initiative.
Sylvain Rolland

9 mn

La députée Paula Forteza, cofondatrice de l'initiative transpartisane Le Jour d'Après.
La députée Paula Forteza, cofondatrice de l'initiative transpartisane Le Jour d'Après. (Crédits : DR)

Majorité et opposition -du centre et de la gauche- unies pour penser l'après-crise du coronavirus. Ce week-end, une soixantaine de députés ont lancé l'initiative "Le Jour d'Après", une plateforme participative en ligne qui appelle à l'intelligence collective de toutes les "forces vives" du pays, qu'il s'agisse de citoyens, de travailleurs, de personnes du monde associatif, de syndicalistes, d'experts ou encore d'élus. Aux grands maux les grands remèdes, l'objectif n'est rien de moins que de "réinventer notre modèle de société", autour de 10 thématiques phares : santé, travail, consommation, écologie, solidarités, éducation, numérique, démocratie, territoires et Europe. Un onzième thème, le financement de ces propositions, est aussi soumis au débat jusqu'au 4 mai.

L'initiative a été lancée par trois députés qui font partie des plus actifs dans l'Hémicycle : la spécialiste du numérique Paula Forteza (ex-LREM), l'écologiste Matthieu Orphelin (ex-LREM) et le macroniste Aurélien Taché. Mais le trio a su rallier au-delà des membres actuels ou repentis du parti présidentiel. Des députés écologistes, socialistes ou encore du MoDem composent la soixantaine de premiers signataires. Mis en ligne samedi 4 avril, le site Le Jour d'Après a débuté en fanfare : deux millions de connexions ont été enregistrées dans l'heure suivant le lancement, faisant "crasher" le serveur et forçant les équipes artisanales des trois députés-fondateurs à trouver de nouveaux hébergeurs. Ce lundi, plus de 4.700 personnes avaient créé un compte sur la plateforme, qui enregistre déjà environ 2.000 contributions citoyennes.

Entretien avec la cofondatrice de la plateforme, la députée ex-LREM Paula Forteza.

LA TRIBUNE - D'où vient l'idée de lancer cette plateforme participative pour penser dès à présent le monde d'après la crise du coronavirus ?

PAULA FORTEZA - Comme tout le monde, cette crise nous bouleverse. En tant que députés, nous voulons être prêts, dès la sortie du confinement, à proposer un modèle de société différent. La crise du coronavirus, qui nous a tous pris par surprise, est majeure car elle étale au grand jour les limites et les failles de notre modèle de développement. Elle nous apprend que la France n'est pas souveraine en matière de santé publique. Elle nous démontre que le service public de santé est à bout de souffle.

On découvre ce que c'est que de vivre dans dans des villes moins embouteillées, et donc moins polluées. On découvre aussi que le télétravail, jusqu'alors marginal et décrié, peut être efficace et bon pour la planète. De fait, le confinement de la population accélère à marche forcée la numérisation de la société, il faut donc réfléchir dès à présent à ce qu'on veut garder et ce qu'il faudra améliorer. La seule chose de sûre, c'est que nous ne pourrons pas revenir "comme avant". Cette crise doit être un déclencheur.

Pourquoi lancez-vous cette plateforme maintenant, alors que la France est toujours confinée et que le nombre de morts du coronavirus explose ?

Nous avons été critiqués sur les réseaux sociaux pour cette raison, mais je pense que le moment est propice. Evidemment, nous ne voulons pas détourner le regard sur le fait que l'urgence absolue est dans le soutien aux hôpitaux et aux personnes endeuillées. Mais une grande partie de la population est confinée et veut se sentir utile en contribuant à l'effort.

Le succès du lancement de la plateforme confirme ce besoin de réfléchir dès maintenant à l'après-crise. L'appétence des citoyens dépasse déjà de loin nos attentes. A titre de comparaison, une consultation citoyenne classique, qui dure deux ou trois mois, finit avec environ 10.000 contributions. Avec 2.000 propositions en à peine deux jours, cette consultation sera largement plus populaire, et tant mieux.

Comment expliquez-vous cet engouement au démarrage ?

La situation est exceptionnelle, beaucoup de gens sont angoissés, en colère et ont besoin d'agir. De plus, la démarche n'est pas politique, les 11 thématiques soumises à débat nous concernent tous et se fondent sur des constats largement partagés qu'on ne peut pas continuer comme avant dans de nombreux domaines. Nous avons besoin d'une société plus solidaire, plus écologique, d'une France et d'une Europe plus souveraines. Les gens se rendent aussi bien compte que les décisions prises depuis le début de cette crise, et celles que l'on continue de prendre, influencent le monde d'après. Le dispositif de chômage partiel, par exemple, c'est une très bonne chose qui montre que l'on a appris des erreurs de la gestion de la crise de 2008. On a compris que cette fois, il faudra en sortir par le pouvoir d'achat, par la demande, par le soutien aux entreprises de toutes tailles, plutôt que par le soutien à la finance et aux grands groupes.

Par contre, d'autres décisions majeures pourraient êtres prises, à la va-vite et sans consultation, par exemple sur le sujet du "tracking" des personnes pour suivre et gérer l'évolution du virus. Il s'agit d'un enjeu de société crucial car selon ce qu'on choisit, cela pourrait changer le paradigme vis-à-vis de nos libertés individuelles. Le tracking fera d'ailleurs l'objet de notre premier atelier en ligne. Le président de l'Arcep, Sébastien Soriano, expliquera ce qu'implique ce type de technologies et ce qui peut être fait ou pas avec les données des opérateurs télécoms tout en restant dans le cadre de la loi. Il est important de prendre du recul sur des décisions politiques qui se prennent dès maintenant.

Concrètement, comment fonctionne la plateforme ?

Il y a trois composantes, qui durent toutes jusqu'au 4 mai : la consultation citoyenne, des ateliers en ligne et un hackathon. Sur le volet consultation, nous avons identifié 11 thèmes dont 10 sur le fond et un dernier sur comment on finance ces mesures, car certaines propositions nécessitent le financement public, comme la revalorisation des salaires des personnels médicaux et des enseignants, la création d'un revenu universel etc.

Pendant ce mois d'émulation collective, il y aura aussi des ateliers en ligne. Chaque atelier est en fait un débat en ligne impliquant deux ou trois personnalités expertes et les citoyens. Sur une cession d'environ 40 minutes, il y aura 20 minutes d'introduction par le spécialiste et ensuite un débat avec les internautes via l'outil de visioconférence Zoom. Pour le débat, il est probable que nous utiliserons soit un tchat avec l'intervention d'un rapporteur pour sélectionner et mettre en avant les questions, soit une intervention directe par visioconférence, soit les deux. 11 ateliers sont prévus, un par thème, au rythme de deux ou trois par semaine. En plus de Sébastien Soriano, prévu pour débattre de la question du tracking des citoyens, il y aura aussi Laurent Berger [le secrétaire général de la CFDT, ndlr], Mathilde Bras [directrice opérationnelle de la Fondation Internet nouvelle génération ou Fing] ou encore Jacques Attali, entre autres.

Enfin, nous avons voulu mobiliser les communautés "techniques". Un hackathon permettra aux développeurs, datascientist ou amateurs de code de participer à des projets collaboratifs, sur la base des propositions postées sur la plateforme, car certaines peuvent se traduire en projets concrets très rapidement. Les projets développés seront présentés à la fin de la période de consultation.

Et après le 4 mai ?

Il faudra transformer cette émulation citoyenne collective en un grand plan de transformation sociale, économique, démocratique et écologique de la relance. A court terme, des propositions seront portées par les députés et intégrées par exemple dans le projet de loi de finances.

Vous avez déjà été confrontés à la saturation de vos serveurs. Sur quelle infrastructure technique repose la plateforme ?

Nous avons lancé Le Jour d'Après très rapidement, donc tout est très artisanal et développé en interne par mes équipes, avec le soutien de celles de Matthieu Orphelin et d'Aurélien Taché. Le coût se mesure en temps hommes de nos trois équipes, soit une dizaine de personnes qui gèrent l'animation, le design et les aspects techniques. Nous utilisons l'outil Decidim, qui est une civic tech barcelonaise que j'avais déjà utilisée pour le tirage au sort citoyen mis en place dans la campagne municipale de Cédric Villani à Paris. Decidim est l'une des civic tech les plus complètes du marché, elle propose beaucoup d'outils qui fonctionnent sous le mode du logiciel libre et ouvert et elle est parfaitement compatible avec le RGPD au niveau de la protection des données. Au niveau des serveurs, nous avons dû migrer suite à l'affluence du premier jour et nous sommes en train de stabiliser la situation.

La colonne vertébrale de votre initiative repose sur la construction d'une société "plus écologique, plus démocratique, plus solidaire". Parmi les 11 thèmes soumis à débat, beaucoup sont aujourd'hui très connotés à gauche, comme l'idée d'une consommation plus responsable, d'une solidarité européenne ou l'Etat-providence qui soutient plus fortement les services publics... La crise du coronavirus, c'est l'opportunité de redécouvrir, de s'approprier et de dépolitiser ces thématiques aujourd'hui incarnées par la gauche et pas vraiment par Emmanuel Macron ?

Ce sont surtout des propositions de bons sens et d'humanité. Matthieu Orphelin, Aurélien Taché et moi-même avons effectivement une certaine sensibilité de gauche, mais nous sommes vraiment dans une démarche d'unité nationale. Le débat public évolue. A la lueur de la crise, il semble y avoir un consensus ou du moins une volonté très largement partagée dans la population d'avoir de meilleurs services publics, un Etat plus fort, davantage d'écologie. Les députés signataires de tous bords politiques qui nous ont rejoints sont aussi d'accord avec cela. Il faut que tout le monde s'approprie et dépolitise ces thématiques car après la crise du coronavirus, le débat public ne peut plus porter sur "faut-il d'avantage d'écologie et de solidarités" mais plutôt sur comment on fait. La crise du coronavirus bouge les lignes du débat politique.

Sylvain Rolland

9 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 46
à écrit le 10/04/2020 à 17:25
Signaler
"dépolitiser le débat" alors qu'au contraire il faut que le politique reprenne sa place par rapport à l'économique et la finance. C'est bien la faiblesse du politique face à la mondialisation qui nous a amené là où nous en sommes!

à écrit le 08/04/2020 à 19:02
Signaler
Comment vivre après le coronavirus? déjà se rendre compte que la société est punie parce qu'elle à pèché, toute cette nation écrasée entassée dans des mégapoles sleurpant avidement la richesse de la province et tous les moyens économiques au même ...

à écrit le 07/04/2020 à 21:27
Signaler
plus plus plus. Un revenu de base universelle, la régularisation de tous les sans papiers jusqu'aux tropiques du cancer et du capricorne, repas gratuit à la cantine, gouter gratuit, logement à 1euro la semaine, la contraception gratuite, la procré...

à écrit le 07/04/2020 à 19:55
Signaler
Et mon Q c'est du poulet?

à écrit le 07/04/2020 à 19:06
Signaler
Après avoir fait des restrictions budgétaires sur la santé pour ne surtout pas taxer les riches, ce n'est pas à LREM de poser des questions au peuple. Ces gens là ont toutes les clefs en main pour voir ce qu'ils ont à faire. Après si ils ne veulent p...

le 07/04/2020 à 23:11
Signaler
Quelle set votre seuil de richesse, de revenu pour ne par appartenir au peuple ? Il y en a plein de gens qui se demandent s'ils font partie du peuple Français et ils attendent votre réponse avec empressement.

le 08/04/2020 à 1:07
Signaler
@tototiti "Quelle set votre seuil de richesse, de revenu pour ne par appartenir au peuple ? " Vous essayez de me discréditer en croyant mettre en lumière une supposée haine des riches de ma part. Il va falloir trouver mieux que ça.

le 09/04/2020 à 7:41
Signaler
@johnmckagan-Avez-vous consulte les documents budgétaires avant d'avancer "Après avoir fait des restrictions budgétaires sur la santé" ? Il ne faut pas relayer des fakenews c'est pas bien. Bon confinement

à écrit le 07/04/2020 à 17:00
Signaler
Lu dans un article publié le 7 avril : "les Français ont jusqu'au 4 avril" ...

à écrit le 07/04/2020 à 16:23
Signaler
On est passé d'une épidémie de "gilet jaune" a une pandémie invisible, ce qui a permis de confiné... le premier péril !!

à écrit le 07/04/2020 à 14:59
Signaler
Le Jour d'Après ... Macron doit se retirer, ses mensonges, ses blasblas, et ceux de la macronie ... ils se sont discrédité, après avoir été lus par défaut sur la base déjà de mensonges ... les menteurs Lrem Modem ... ex et actuels, .... dehors .....

le 08/04/2020 à 22:38
Signaler
@ Fred le 08/04/2020 à 10:55 : vous faites référence à l'extrème droite ... vous avez perdu la mémoire ou la raison ...! c'est bien la macronie qui a cogné sur les personnels de santé et les pompiers lorsqu'ils ont manifesté en 2018-2019, c'es...

à écrit le 07/04/2020 à 14:52
Signaler
Tout cela est du flan. Le titre donne déjà la ligne à suivre, et quand on va sur le site, les questions sont très orientées à gauche toutes. Bref de la politicaillerie habituelle.

à écrit le 07/04/2020 à 14:50
Signaler
et le jour d'après cela vous crèvera les yeux et vous arrachera les mains pour les mêmes raisons et avec votre bénédiction ou votre silence complice, salut oh socialoslremlepenolroetc....

à écrit le 07/04/2020 à 13:50
Signaler
Il en faut pas compter sur les néolibéraux de cette oligarchie euro-mondialiste qui ont créé le problème pour le résoudre. La politique est à Bruxelles et le pouvoir doit leur être retiré. Pour Chomsky « les démocraties européenne...

le 08/04/2020 à 10:19
Signaler
Chomsky l'americain aurait mieux fait de se taire ;La democratie et son avenir semblent vigoureuse aux USA ,tout en apparence ,en blabla mais la vérité est toute autre .Aux USA le taux de participation ne depasse pas 50 % ,un americain sur deux ne vo...

à écrit le 07/04/2020 à 13:39
Signaler
Message à double face : tous ensemble pour lutter contre la pandémie mais pendant que vous souffrez c’est «  moi et mon groupe «  qui continuons le débat sur le «  lendemain qui concerne tout un pays «  je conseille à cette élu de consulter un profes...

le 10/04/2020 à 17:31
Signaler
c'est de la base que viendront les solutions et non d'un groupe parlementaire. quand on voit comment ont été traités les différents mouvements sociaux en particuliers ceux de la santé, je doute que ceux qui ont soutenus le gouvernement hier et n'ont ...

à écrit le 07/04/2020 à 13:16
Signaler
La France souveraine daNS l' UE , Vaste blague. La souveraineté s' est définitivement perdue le jour où Sarkozy a fait rejouer le match par le traité de Lisbonne, évaporant les commandes à Bruxelles. De fait la France n' est plus...

le 07/04/2020 à 23:20
Signaler
A tout problème, une unique cause et bien sûr une unique solution - le sirop universel. C'est génial. Cela évite au moins de réfléchir, car réfléchir, ça fatigue. On pourrait même vous remplacer par un automate.

à écrit le 07/04/2020 à 13:05
Signaler
C'est une blague, le Jour d'Après, digne d'un titre de film de fiction. Ils n' ont vraiment rien d'autres à faire. Par exemple, se relever les manches et analyser la situation présente qui est grave. On ne s'occupe de l'après que quand les drames son...

à écrit le 07/04/2020 à 12:53
Signaler
Il y a cas, il faut qu'on... Yaka faux con!

à écrit le 07/04/2020 à 12:34
Signaler
Ces gens ne vivent pas dans le monde réel, c'est bla bla bla!. Il faut être lucide et non rêveur . Actuellement le dépistage des porteurs seints doit être le centre des interrogations , les personnes souvent le savent car ils ont contracté quelques p...

à écrit le 07/04/2020 à 12:18
Signaler
Peut-on encoure les croire alors que depuis des décennies ils ne cessent de détricoter...Tout... Rien ne leur a échappé, économie, finance, social, écologie, éducation... aujourd'hui, ils veulent nous faire croire qu'ils se sont trompés, qu'il faut ...

à écrit le 07/04/2020 à 12:08
Signaler
Ah bah on aura appris une chose : monsieur plus est une femme ! Ces gens se payent tellement de mots et avec la virtualité du web ils croient que tout se fait en un claquement de mâchoires ou comme dans minority report par un simple mouvement pres...

à écrit le 07/04/2020 à 11:51
Signaler
Une excellente initiative que de réfléchir au jour d'après. Mais il va falloir aussi être lucides: la France va ressortir au premier jour du déconfinement déjà lessivée, ayant dépensé énormément pour gérer la non-crise sociale du confinement. L'état ...

le 07/04/2020 à 15:14
Signaler
Exact.

à écrit le 07/04/2020 à 11:50
Signaler
C’est très bien que des personnes se remuent les méninges pour tenter de construire une utopie !!! Mais vu le poids que représente la France dans le concert mondial, il serait plus qu’étonnant que ce soit ces idées là qui orientent le futur de la pla...

le 07/04/2020 à 23:31
Signaler
Là, je suis d'accord avec vous. Nous avons effectivement un grand défaut. Nous croyons ferme comme le roc que nous sommes le phare qui guide le monde et que le monde entier n'attend que nos idées pour décider de futur de la planète.

à écrit le 07/04/2020 à 11:46
Signaler
Pour comprendre ce qui sera requis le jour d'après, il convient de faire le point : durant ces 15 dernières années, les politicards en place n'ont pas cessé de détruire le système de santé publique, tout comme ils ont organisé le déclin industriel...

à écrit le 07/04/2020 à 11:36
Signaler
Expliquez moi la contradiction entre France souveraine membre de l EU ? Nous assistons en ce moment à la désintégration de ce mythe. Être dans l' EU et vouloir être une nation souveraine implique la fin de l EU et du rêve fédéral car vouloir une mon...

à écrit le 07/04/2020 à 11:34
Signaler
Une plate-forme mise en place par des partis qui ont été incapables de gérer l'économie du pays, ont poussé à l'industrialisation du pays, ils continuent à se foutre de nous, non?

à écrit le 07/04/2020 à 11:32
Signaler
Dire que l'écologie nous protégerait des pandémies, cela sent la récupération, vieille méthode politicarde . On connaît déjà des écologistes qui ne veulent pas des vaccins, les pandémies frappaient déjà à des époques où l'humain n'avait pas atteint l...

à écrit le 07/04/2020 à 11:24
Signaler
En fin de compte, on est passé d'une épidémie de "gilet jaune" a une pandémie invisible, ce qui a permis de confiné... le premier péril !!

à écrit le 07/04/2020 à 11:04
Signaler
La réponse est dans le titre: voulons nous une nation responsable de ses décisions ou une fédération dons nous comptons pour le 1/27 ième. Reste la question de la qualité de nos élites.

le 07/04/2020 à 11:37
Signaler
Je fais le choix de l EU fédérale sans la moindre hésitation.

à écrit le 07/04/2020 à 11:03
Signaler
Mais voui mais voui, on va être vachement solidaire, et la marmotte mettra le chocolat dans le papier d'alu. Croyez y, parce que de toutes les façons rien ne changera sauf les mots.On a là les premiers essais de la com. "d'après".

à écrit le 07/04/2020 à 11:01
Signaler
C'est chouette, ça va dégouliner de bons sentiments. Demandons l'avis des gens qui demanderons au final que la facture soit payée par les autres !

à écrit le 07/04/2020 à 10:58
Signaler
haha, celle la elle est bonne la france de gauche qui a coule l'eco,nomie en general et l'industrie en particulier decouvre qu'elle n'a plus de souverainete, et plus d'imbeciles corveables a loisirs! evidemment que l'industrie que vous avez mise de...

le 07/04/2020 à 12:17
Signaler
Inversion accusatoire, c'est par ce que des fainéants de hauts vols, dirigeant d'entreprises qui ne font rien de leur dix doigts mais se payent de mots, d'ordres on trouvé fort intelligent pour leur cas personnels de vendre leurs vieux business indus...

le 07/04/2020 à 13:27
Signaler
"Ex-LREM ,des députés écologistes, socialistes ou encore du MoDem composent la soixantaine de premiers signataires" T'appel ça la gauche toi ,ah,ah .C'est comme les chaines d'infos en continu la semaine dernière qui classait Valls à gauche lors d...

le 07/04/2020 à 15:17
Signaler
Très juste.

à écrit le 07/04/2020 à 10:58
Signaler
Nous sommes d' accord à l' UPR qu' il va falloir supprimer les causes, à la fois l' UE qui nous pilote et qui a délocalisé nos ressources et revoir la mondialisation qui nous est imposée par l' oligarchie euro-mondialiste post M...

le 07/04/2020 à 11:45
Signaler
Sortir de l'UE et de l'euro pour revenir au franc reviendrait à ce que nous avons déjà connu : une monnaie de singe, des taux d'intérêts élevés avec l'impossibilité de financer les mesures nécessaires pour produire le plus possible en France. Nous se...

le 07/04/2020 à 17:19
Signaler
Contrôler la monnaie revient à contrôler un pays, la France ne possède plus sa maitrise des politiques financière et économique par contre elle contrôle le médical le social les politiques de redistribution et le nucléaire (peu rentable ou trop risqu...

à écrit le 07/04/2020 à 10:55
Signaler
Si le but est de faire comprendre aux dragons célestes, propriétaires du monde et de ses habitants, qu'ils doivent arrêter de détruire la planète et de massacrer son humanité c'est une excellente initiative même si peu probable d'arriver à convaincre...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.