Selon le patron d'Apple, l'App Store deviendrait "un grand bazar délétère, si Epic Games était entendu

A la barre du tribunal d'Oakland en Californie, dans le cadre du procès intenté à Apple par Epic Games pour abus de position dominante, Tim Cook, le patron d'Apple a défendu le modèle des applications mobiles de la firme à la pomme. Selon lui, si les applications étaient autorisées plus librement sur les smartphones, comme le souhaite Epic Games, l'App Store, le magasin d'applications sur les iPhone, deviendrait "un grand bazar aux effets délétères".
Tim Cook,le patron d'Apple
Tim Cook,le patron d'Apple (Crédits : Reuters)

Alors que le procès intenté par Epic Games contre Apple pour l'abus de position dominante sur le marché des applications se poursuit, Tim Cook, le patron d'Apple, est venu défendre à la barre du tribunal d'Oakland (Californie), le modèle des applications mobiles de la firme à la pomme.

Lire aussi 6 mnApple vs Epic Games : trois choses à savoir sur ce procès crucial pour l'économie des applications

Selon, lui, si les applications étaient autorisées plus librement sur les smartphones, comme le souhaite Epic Games, l'éditeur du jeu vidéo Fortnite, l'App Store, le magasin d'applications sur les iPhone, deviendrait "un grand bazar aux effets délétères".

Pour rappel, Apple a sorti l'an dernier de l'App Store le jeu Fornite après avoir constaté qu'il permettait aux joueurs de contourner le système de paiement de l'App Store, et d'échapper ainsi au prélèvement automatique d'une commission de 30%. Si Fortnite n'est plus disponible sur l'App Store, les joueurs peuvent toujours jouer sur les consoles ou sur PC, fait valoir Apple. Pour autant, être déréférencé de l'App Store est évidemment préjudiciable. Apple compte un milliard d'iPhone actifs dans le monde, et l'App Store propose 1,8 million d'applications.

Modèle économique

Estimant que les règlements d'Apple enfreignent les lois antitrust dans la mesure où la firme à la pomme contrôle le seul moyen de distribuer des applications sur les iPhone et iPad en imposant aux développeurs son système de paiement pour les achats de biens numériques au sein des applis, Epic Games demande donc à la justice d'autoriser des magasins alternatifs et de simplifier l'accès pour les développeurs d'application. Un scénario qui n'est pas sans danger selon Apple.

"Nous ne pourrions plus garantir la protection de la confidentialité et de la sécurité" des données des utilisateurs, a assuré Tim Cook. Sans le processus de vérification des applis, l'App Store deviendrait "un grand bazar aux effets délétères", a-t-il ajouté. "Ce serait aussi terrible pour les développeurs, qui ont besoin que le magasin soit un lieu sûr et de confiance".

C'est tout le modèle économique des applications mobiles qui se joue à ce procès.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 24/05/2021 à 14:37
Signaler
Je suis utilisateur linux, ubuntu, edubuntu mais tous les autres c'est similaire, nous avons une logithèque et moyen de se servir ailleurs comme chez Apple, imaginons un instant que ce jugement fasse jurisprudence et qu'on ne puisse plus jamais fair...

à écrit le 22/05/2021 à 14:27
Signaler
Avec 1.8 millions d'applications, c'est déjà le "Grand Bazar".

le 22/05/2021 à 15:02
Signaler
Le bazar c'est l'open source (cf. Eric S. Raymond) et Apple n'est pas un grand contributeur de l'open source mais préfère en profiter comme Microsoft... business is business!

à écrit le 22/05/2021 à 10:20
Signaler
L'argument de Tim le cuisto serait recevable si la commission n'était pas aussi astronomique ! 30% ils prennent ! pour quelque chose qu'ils n'ont pas créés! le principe est recevable, sécurisation, les faits confinent à l'extorsion de fond ! Af...

le 22/05/2021 à 14:22
Signaler
L'argument de Tim Cook est carrément recevable car le store d'Apple se doit d'être irréprochable au regard du segment premium de ses produits n'en déplaise à Epic Game dont le store médiocre n'a pas convaincu les développeurs malgré sa commission ...

le 24/05/2021 à 18:40
Signaler
La commission pourrait même être de 50%... si Apple laissent les développeurs libre de distribuer leur applications en dehors du store.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.