Sur Facebook, les personnes âgées partagent plus de fake news que les jeunes

Des chercheurs américains ont analysé les partages de publication de 1.200 utilisateurs de Facebook en 2016 lors de la campagne présidentielle américaine, troublée par la propagation de fake news. Résultat : 11% des internautes de plus de 65 ans ont partagé des fausses nouvelles, contre 3% des 18-29 ans.
Anaïs Cherif
11% des internautes de plus de 65 ans ont partagé une fake news sur Facebook pendant la campagne présidentielle américaine en 2016, selon une étude de chercheurs de l'université de New York et de Princeton.
11% des internautes de plus de 65 ans ont partagé une fake news sur Facebook pendant la campagne présidentielle américaine en 2016, selon une étude de chercheurs de l'université de New York et de Princeton. (Crédits : Dado Ruvic)

Les jeunes sont-ils plus crédules que leurs aînés sur les réseaux sociaux ? Pas vraiment. Des chercheurs de l'université de New York et de Princeton se sont penchés sur le partage sur Facebook des fake news, ces fausses nouvelles apparues sur Internet lors du Brexit et popularisées lors de l'élection présidentielle américaine en 2016. Ils ont analysé les partages de publication d'environ 1.200 internautes ayant déclaré utiliser Facebook et ayant accepté de partager leurs données une fois l'élection américaine passée, détaille l'étude publiée le mercredi 9 janvier dans la revue spécialisée Science Advances.

Premier enseignement : partager des fake news reste un comportement relativement rare. « La très grande majorité des utilisateurs de Facebook, selon nos données, n'ont partagé aucune fake news en 2016 », note les chercheurs. Moins de 8,5% des sondés seulement ont partagé au moins un lien issu d'un site de fake news. Parmi eux, une plus grande représentation des Républicains (18% ont partagé une fake news) contre seulement 4% pour les Démocrates.

Plus étonnant, les internautes âgés de plus de 65 ans ont tendance à partager plus de fausses informations sur Facebook que les utilisateurs plus jeunes - quels que soient leur niveau d'éducation, leur sexe, leur race, leur revenu ou le nombre de liens qu'ils partageaient. L'âge semble donc être le critère qui prédit leur comportement mieux que toute autre caractéristique, y compris l'appartenance à un parti, souligne l'étude.

11% des internautes de plus de 65 ans ont partagé une fake news

Ainsi, 11% des internautes de plus de 65 ans ont partagé une fake news - contre seulement 3% pour les usagers entre 18-29 ans. Ils ont également deux fois plus partagé de fausses nouvelles que la catégorie d'âge 45-65 ans.

Si les chercheurs ne formulent pas clairement d'explications, ils avancent néanmoins deux hypothèses. D'une part, les personnes âgées ayant découvert Internet plus tard dans leur vie que les digital natives (la génération née avec Internet), n'auraient pas les compétences numériques nécessaires pour repérer un article de presse d'une fake news. D'autre part, « une deuxième possibilité tirée de la psychologie cognitive et sociale suggère un effet général du vieillissement sur la mémoire », avancent les chercheurs. Et de poursuivre :

« Sous cet aspect, la mémoire se détériore avec l'âge, ce qui nuit particulièrement à la résistance aux "illusions de vérité" et à d'autres effets liés à la persistance des convictions (...), en particulier en ce qui concerne les sources (d'information). La gravité de ces effets augmenterait théoriquement avec la complexité de l'environnement de l'information et la prévalence de la désinformation », note l'étude.

Anaïs Cherif

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 11/01/2019 à 14:11
Signaler
Élevé à l'époque de l'ORTF (et équivalent US), pas étonnant qu'ils prennent tout pour argent comptant. Pour le meilleure et pour le pire, cette époque est révolu - même si des média "mainstream" ont du mal avec ça.

à écrit le 11/01/2019 à 10:21
Signaler
Ben moi j'ai dû en partager plein, des fausses nouvelles, en 2018 ! Si fausses nouvelles veut dire autres infos que celles 'validées' par les médias mainstream ! Dans le genre 'le niveau de vie augmente', le nombre de chômeurs diminue', 'les gilets j...

à écrit le 10/01/2019 à 19:11
Signaler
Pas d'accord avec la seconde théorie, grotesque d'ailleurs, par contre il est évident que nos parents sont bien plus vulnérables du fait de leur manque d'habitude d'employer internet. Ils savent très bien l'intérêt qu'il y a dedans et c'est bien pour...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.