Le procès des suicides à France Télécom débutera le 6 mai

 |   |  235  mots
Une vague de suicides, tentatives de suicides et dépressions avait frappé l'entreprise de 2006 à 2009, année où le plan NEXT a été stoppé après qu'une salariée a sauté par la fenêtre devant ses collègues.
Une vague de suicides, tentatives de suicides et dépressions avait frappé l'entreprise de 2006 à 2009, année où le plan NEXT a été stoppé après qu'une salariée a sauté par la fenêtre devant ses collègues. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le procès des anciens dirigeants de France Télécom, dont la responsabilité est mise en cause dans une vague de suicides d'employés de cette entreprise, aura lieu à partir du 6 mai 2019 au tribunal correctionnel de Paris, a-t-on appris mercredi de sources syndicale et judiciaire.

La date est désormais connue. Le procès des anciens dirigeants de France Télécom dont la responsabilité est mise en cause dans une vague de suicides d'employés de cette entreprise aura lieu à partir du 6 mai 2019 au tribunal correctionnel de Paris, a-t-on appris mercredi de sources syndicale et judiciaire.

Les juges d'instruction ont ordonné, en juin dernier, le renvoi en correctionnelle de l'ancien PDG Didier Lombard et de six ex-cadres de France Télécom, devenu Orange, pour harcèlement moral et complicité de harcèlement moral. Orange sera également jugé en tant que personne morale. Il est prévu que le procès s'étale sur 21 audiences, jusqu'au 2 juillet 2019, selon la convocation. Il couronnera près de neuf ans de procédure.

Orange conteste les accusations contre l'entreprise

Didier Lombard, devenu PDG de France Télécom début 2005, avait engagé un plan de restructuration draconien. Une vague de suicides, tentatives de suicides et dépressions avait frappé l'entreprise de 2006 à 2009, année où le plan NExT a été stoppé après qu'une salariée a sauté par la fenêtre devant ses collègues.

Les syndicats CFE-CGC et SUD, parties civiles, souhaitent un procès pour l'exemple. Orange conteste les accusations portées contre l'entreprise et son ancienne direction. L'avocat de Didier Lombard, Me Jean Veil, a pour sa part jugé "absurde" le renvoi de son client en correctionnelle.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2018 à 13:35 :
Le taux de suicidé est en augmentation.

Malheureusement des gendarmes ...

Le sénat devrait faire voter l’obligation d’installer des caméras dans tous les locaux des entreprises ( sinon sanctionner par des amendes et prison )( tous les commerces) y compris ( cafétéria et locaux de rangement et livraisons)

Pour lutter contre la violence, l’harcèlement au travail fait aux apprentis, stagiaires, salariés

Protéger les populations est le devoir des sages.
a écrit le 27/09/2018 à 10:13 :
"Suicides à France Télécom : le rappel des faits" http://www.lefigaro.fr/societes/2016/07/07/20005-20160707ARTFIG00115-suicides-a-france-telecom-le-rappel-des-faits.php
a écrit le 27/09/2018 à 6:42 :
Voilà une affaire montée de toute pièce. Jamais à France telecom le nombre de suicides ramené à ses effectifs n'a dépassé le nombre de suicides total de travailleurs dans la population active. Autrement dit même au pic de cette soi-disant vague de suicides on s'est moins suicidé à FT qu'ailleurs. Le vrai procès qui doit être mené c'est celui de cette manipulation médiatique et syndicale.
a écrit le 26/09/2018 à 22:33 :
Il y a eu cette année autant de suicidés Orange que l’année où lombard a dû démissionner, les petits chefs toxiques promus par lombard pour mettre en œuvre le plan suicide sont toujours en place, ont même été encore promus depuis, et étaient comme des lions en cage ne demandaient que ça de remettre le couvert
Réponse de le 27/09/2018 à 11:00 :
"Il y a eu cette année autant de suicidés Orange que l’année où lombard a dû démissionner"

Quelles sont vos sources ?

Et sinon vous savez que les suicides médiatisés, ce n'était pas la même année que la démission de Didier Lombard ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :