"Les amendes de la Cnil contre Amazon et Google ne sont pas que symboliques"

 |  | 539 mots
Lecture 3 min.
Me Sabine Marcellin, avocate experte en droit du numérique, protection des données et cybersécurité du cabinet DLGA.
Me Sabine Marcellin, avocate experte en droit du numérique, protection des données et cybersécurité du cabinet DLGA. (Crédits : DLGA)
5 QUESTIONS À. La Cnil, le gendarme français de la vie privée numérique, vient d'infliger des amendes de 100 et 35 millions d'euros d'amende à Google et Amazon pour non respect de la législation sur les cookies (traceurs publicitaires). Ces amendes, bien qu'à relativiser vu la puissance économique de ces acteurs, demeurent importantes, et remplissent aussi un rôle pédagogique, estime Me Sabine Marcellin, avocate experte en droit du numérique, protection des données et cybersécurité au sein du cabinet DLGA.

LA TRIBUNE - 100 millions d'euros pour Google, 35 millions d'euros pour Amazon : les sanctions prises par la Cnil sont d'une ampleur inédite en Europe, en tout cas en ce qui concerne Google. Comment qualifieriez-vous ces amendes et comment expliquer l'importance des montants réclamés ?

SABINE MARCELLIN - Cette amende atteint plus l'image des GAFAM que leur compte en banque, mais elle demeure importante et n'est pas que symbolique.

D'une part, parce que les montants réclamés par le régulateur ne sont pas négligeables. Et, bien que cette amende soit à relativiser vu la puissance économique de ces opérateurs, elle demeure bien supérieure à ce qui...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2020 à 15:44 :
En effet c'est pour les punir d'abord et avant tout, les punir d'oser arriver aussi compétitifs et performants au sein d'une UE à l'encéphalogramme plat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :