Digital Services Act (1/2) : comment l'Europe s'attaque à la haine en ligne et à la désinformation

 |  | 1356 mots
Lecture 7 min.
Margrethe Vestager, vice-présidente de la Commission européenne en charge du numérique et de la concurrence, le 7 octobre 2020.
Margrethe Vestager, vice-présidente de la Commission européenne en charge du numérique et de la concurrence, le 7 octobre 2020. (Crédits : Reuters)
La Commission européenne doit présenter le 9 décembre le "Digital Services Act", un "package" de deux grands règlements visant à moderniser la régulation d'Internet. Le premier volet de ce texte se concentre sur l'encadrement des plateformes et des réseaux sociaux, pour mieux lutter contre la haine en ligne et la désinformation. L'Union européenne ne devrait pas toucher au statut d'hébergeur de ces plateformes, mais mise sur des obligations inédites de transparence des algorithmes et de coopération avec les régulateurs. Décryptage.

Big bang législatif en vue à Bruxelles. Depuis des mois, l'Union européenne prépare le Digital Services Act, ou "loi sur les services numériques", dont le contenu sera dévoilé le 9 décembre. Dans la lignée du RGPD, qui a changé la donne en ce qui concerne la protection des données personnelles, ce nouveau règlement majeur a la lourde mission de s'attaquer de front aux défis posés par les géants d'Internet, à commencer par les fameux Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon). Haine en ligne, désinformation sur les réseaux sociaux, domination écrasante sur des pans entiers de l'économie numérique...

"Les nouveaux usages créés par les géants du Net ont profondément changé la société et l'économie. Ces entreprises sont devenues si puissantes que la régulation du XXè siècle n'est plus adaptée pour encadrer les énormes défis sociétaux, économiques et démocratiques qu'elles posent", expliquait en octobre Cédric O, le secrétaire d'Etat à la Transition numérique et aux communications électroniques.

Le Digital Services Act devra donc poser les nouvelles règles du jeu dans le monde numérique. Il s'agit en fait d'un "package" composé de deux grands textes. Le premier va définir la responsabilité des grandes plateformes au sujet notamment des fléaux que sont la haine en ligne et la désinformation sur les réseaux sociaux. Le deuxième texte va dépoussiérer le droit de la concurrence, qui n'a pas réussi jusqu'à présent à empêcher les Gafa de se constituer des empires qui ne cessent de s'étendre. Avec ces deux volets, le Digital Services Act va ainsi mettre à jour la directive e-commerce, en vigueur depuis 2000... Une...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2020 à 16:47 :
Et qui va juger ce qui relève de la désinformation et des fausses nouvelles? N'est-il pas préférable de laisser circuler tout et n'importe quoi de façon à ce que le citoyen devienne plus vigilant et apprenne à ne pas croire n'importe qui et n'importe quoi, qu'il soit son propre décodeur et arrête de se comporter en mouton?
a écrit le 02/12/2020 à 13:43 :
Et que compte faire l'Europe contre les outils de désinformation utilisés par la presse ? Nous sommes abreuvés à longueur de journée d'informations tronqués ou biaisés. Les anti-complotistes se comportent eux-même comme des complotistes. Lequel à commencé le premier d'ailleurs ? Quand un chef d'état dit que toutes le paroles des citoyens ne se valent pas, on est pas loin de comprendre que tous les votes ne se valent pas non plus, ce qui serait anti-démocratique. En démocratie, c'est la sommes des votes qui fait foi, peut importe la "qualité" de chacun d'eux : pour la liberté d'expression, c'est pareil.
a écrit le 02/12/2020 à 1:35 :
Et quel organisme corrigera la désinformation gouvernementale et avec quelles sanctions ???...Le nuage de Tchernobyl; masques inutiles ou dangereux; pas 15% de fraudes sociales soit 45 à 50 milliards € /an officiellement, Les plus importants milliardaires français, en bons citoyens, financent la presse à perte pour la joie et la beauté de soutenir une information libre et indépendante sans contraintes politiques ni économiques ;-) Les Bisounours ont marché sur la lune avant les Américains... Encore ?
a écrit le 01/12/2020 à 21:24 :
En voilà une belle excuse pour supprimer la liberté d'expression, et supprimer tout débat et toute opposition ! Et tout ça pour notre bien, naturellement ...😁
a écrit le 01/12/2020 à 15:40 :
Comment FB, Twitter et autres peuvent-ils contrôler les écrits qui se chiffrent par des centaines de milliers par jour. Sont-ils vraiment responsables des possibles insanités écrites ? A mon humble avis, ce sont ceux qui écrivent qui sont les fautifs.
Si j'achète une voiture neuve, homologuée, le constructeur n'est pas responsable des conséquences de mes actes si je conduis comme un dingue.
Cordialement
PS: je ne suis pas membre, ni actionnaire de FB, TWitter et autres.
Réponse de le 02/12/2020 à 3:30 :
Les médias sociaux n'ont aucune obligation de publier des propos litigieux au regard de la loi pas plus que les journaux papiers d'ailleurs.

Le problème des médias numériques c'est qu'ils ont joué la carte du misérabilisme pour gagner en part de marché au détriment des médias traditionnels grâce à une impunité de publication car quoi que prétendent leurs représentants ce sont bel et bien des éditeurs de contenu avec mise en forme pour attirer sa clientèle soumise à la publicité en ligne.
a écrit le 01/12/2020 à 14:07 :
Très bien ! Il ne reste plus à l'UE que de prier la presse mainstream d'UE et surtout de France d'arrêter de colporter des fakes news à la pelle concernant la prétendue élection de M. Biden à la présidence des USA. De même de faire preuve d'honnêteté en ce qui concerne les agissements de la police française vis à vis de BB
a écrit le 01/12/2020 à 13:06 :
wow
le titre laisse reveur!
faut commencer par definir ce qu'est la haine en ligne....tout le monde a bien vu quel etait l'objectif de ' la lutte contre la haine en ligne en france'; y a eu un article dans le point la dessus ( j'ai plus le numero, desole)
donc en gros on a le droit d'etre haineux, mais seulement quand on est auto autorise, c'est a dire qu'on a la bonne religion, la bonne couleur de peau, et/ou qu'on vote pour le bon parti et que donc on detient la morale
pour les autres tous les propos sont consideres comme haineux car immoraux ( oui, ca ressemble bizarrement a la mentalite de la NSDAP, effectivement) et racistes, donc bourres de haine et d'intolerance
en matiere de propagande, certains osent tout ' et ca a ca qu'on les reconnait'
d'ailleurs personne n'a porte plainte pour racisme contre les politiciens francais qui ecrivent des livres sur le poison bismarck ( ce qu'on peut comprendre en terme de morale et de constatation que les juges independants sont du bons partis, donc independants)
a écrit le 01/12/2020 à 10:49 :
On peut espérer qu'ensuite que ce comité Théodule s'attaquera a cette bouillie intellectuelle qu'est le politiquement correct. Abrutissante technique de communication qui rend indigeste
toutes les informations stéréotypées et répétées en boucle à longueur de journée.
a écrit le 01/12/2020 à 10:10 :
On a compris, tout ce qui n'ira pas dans le sens voulu par l'Union européenne sera considéré comme de la désinformation. Ils ne vont pas se gêner.
a écrit le 01/12/2020 à 9:31 :
La particularité c'est que c'est toujours les médias qui sont en cause et que la vérité comme le mensonge y circule allègrement! Faire la part des choses c'est "éteindre" le médium!
a écrit le 01/12/2020 à 8:26 :
C'est bizarre comme nos politiciens voient des problèmes là où le peuple français et européen n'en voit pas, tandis que les problèmes que nous subissons de plein fouet, la crise, le chomage, la baisse des salaires, le logement hors de prix et-c... ben là systématiquement ils ne le voient pas.

Leur petit monde, leurs petites vies, leurs petites habitudes, leurs petits vices, leur pathologique peur et-c... bref ils ne pensent qu'à leurs intérêts ! Sale vieille europe, tu nous fais honte à sans arrêt te faire distancer et insulter ceux qui te battent à plate couture.
Réponse de le 01/12/2020 à 9:46 :
un bon politicien maitrise bien des paroles mensongères ! mais les électeurs ne sont pas dupes .. ils viennent d instaurer la taxe covid sur nos mutuelles de 2.60% §
Réponse de le 01/12/2020 à 9:56 :
Merci pour l'info mais bon la vache ça n'en finira donc jamais... -_-
Réponse de le 01/12/2020 à 10:13 :
" mais les électeurs ne sont pas dupes "

Heu... ce sont les élections qui nous ont mené à la situation actuelle hein et rien d'autre, merci.

Les souris votent pour les chats.

ET si je peux pas et-c...
a écrit le 01/12/2020 à 8:09 :
L'europe et ses lois a la noix.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :