Lagardère voit Canal Plus en Bourse au Printemps 2011

 |   |  441  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Vivendi, a précisé le directeur financier de Lagardère, souhaite conserver ses liquidités pour racheter la participation du britannique Vodafone dans l'opérateur mobile SFR.

Le groupe Lagardère, spécialisé dans la presse écrite et l'édition, vendra sa participation dans Canal Plus à la faveur de l'introduction en Bourse du groupe de télévision payante au printemps 2011, a annoncé jeudi le directeur financier de Lagardère. Dominique d'Hinnin, qui s'exprimait lors d'une conférence sur les TMT organisée par Morgan Stanley à Barcelone, a précisé que l'actionnaire majoritaire de Canal+, Vivendi, n'avait jamais répondu à une proposition de prix envoyée par Lagardère cette année et qu'il n'y avait pas eu de négociations. "La direction de Canal+ travaille très activement dessus et je n'ai pas de raison de croire aujourd'hui que cela ne se produira pas", a déclaré le directeur financier. "L'introduction en Bourse aura lieu au printemps prochain", a-t-il ajouté.

Vivendi, a précisé le directeur financier de Lagardère, souhaite conserver ses liquidités pour racheter la participation du britannique Vodafone dans l'opérateur mobile SFR. Dominique d'Hinnin n'a pas voulu se prononcer sur la valeur de la participation dans Canal+. Les analystes l'ont évaluée entre 1,2 et 1,4 milliard d'euros. Cette estimation ne tient pas compte des résultats de 2010. Lagardère cherche à améliorer sa valeur boursière en cédant des participations minoritaires dans des activités non centrales pour lui.

Selon Dominique d'Hinnin, il y a de fortes chances que Lagardère restitue une partie du produit de ce type de cessions aux actionnaires via un dividende exceptionnel ou un rachat d'actions. Lagardère détient aussi 7,5% du groupe aéronautique EADS. Selon Dominique d'Hinnin, Lagardère ne vendra pas cette participation au cours actuel de 17-18 euros et attend d'avoir plus de certitudes sur le calendrier de livraison du nouvel appareil A350 d'EADS. D'importants retards du très gros porteur A380 qui avaient été annoncés juste après la vente par Lagardère de sa précédente tranche d'actions EADS en 2006 avaient donné lieu à une enquête pour savoir si le groupe de médias avait eu connaissance des retards avant de vendre sa participation dans l'avionneur. Lagardère a été blanchi dans cette affaire.

Prié de dire en marge de la conférence de Morgan Stanley si Lagardère pourrait être prêt à vendre cette fois, Dominique d'Hinnin a répondu: "Probablement pas pour les 12 à 18 mois qui viennent." Le directeur financier de Lagardère a estimé possible que le groupe dépasse ses objectifs de 2010, mais qu'il était prématuré de les relever. Le groupe a relevé en août sa prévision de bénéfice d'exploitation courant pour l'exercice, anticipant une baisse de 5% à 10% au lieu de 10% auparavant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :