Steve Jobs "buzze" presque autant que le tsunami

 |   |  1003  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : La Tribune Infographie)
La mort du patron d'Apple a fait l'objet d'une couverture médiatique à peine plus faible que celle du tsunami au Japon. Et par rapport à l'affaire DSK, à la perte du triple A par les Etats-Unis et à la mort de Ben Laden ? Retrouvez notre infographie exclusive.

Pomme blanche sur fond noir. Partout dans le monde, journaux, sites internet ou bien encore blogs et tweets ont rendu hommage à Steve Jobs. Ce "bruit" médiatique autour du décès de l'ancien patron d'Apple, Cedrom SNI l'a mesuré sous toutes les coutures pour latribune.fr

En trois jours, la disparition du chef d'entreprise a presque autant fait parler d'elle que le tsunami au Japon. Les articles de journaux, de magazines, les médias internet et les sujets télévisés relatifs à Steve Jobs du 5 au 7 octobre compris représentent ainsi 16% de l'ensemble des sujets traités dans plus de 5.300 supports "scannés" à travers le monde. Cette proportion s'élève à 17,8% pour le tremblement de terre suivi du raz-de-marée au Japon entre le 11 et le 15 mars 2011.

En revanche, l'information sur Steve Jobs a plus fait parler que d'autres grandes dates de 2011. Comme l'arrestation de l'ancien président du Fonds monétaire international à New York le 14 mai (9,9%) ou encore la mort de Ben Laden le 1e mai (7,3% des articles). La perte du "Triple A" américain, quant à elle - et malgré ses effets sur les marchés boursiers - n'est le sujet principal que de 3% des articles sondés.

LA FRANCE TENUE EN HALEINE PAR "L'AFFAIRE DSK"

L'étude demandée à Cedrom SNI a réservé d'autres surprises. Nous avons en effet étudié l'évolution de cette couverture médiatique en France sur une semaine, cette fois, et non plus trois jours (voir le graphique ci-dessous). Il apparaît que la mort d'Oussama Ben Laden a immédiatement fait beaucoup de bruit. Bien plus que celle de Steve Jobs. Dans un cas comme dans l'autre, l'information a commencé de se propager en France le lendemain de leur disparition, à cause du décalage horaires et des heures de bouclage des journaux. Celle de l'ancien chef d'Al-Qaïda a alors fait l'objet de trois fois plus d'articles que celle de l'inventeur du iPhone. L'enjeu historique n'était pas tout à fait le même...

La perte du "Triple A" par les Etats-Unis et l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New-York sont deux cas un peu à part : ces deux événements ont été diffusés en France un samedi. Il a donc fallu attendre le lundi pour que commence véritablement leur "couverture médiatique" dans les journaux. Ce qui explique, au moins en partie, pourquoi le décès de Steve Jobs a bouleversé plus rapidement l'actualité.

En revanche, et ce n'est pas une surprise, les péripéties judiciaires concernant l'ex-patron du FMI ont tenu plus longtemps les Français en haleine. Dès le troisième jour ce sujet prenait la tête de l'actualité. "L'Affaire DSK" n'en était qu'à ses débuts.

Le tsunami au Japon, a approché en ampleur la présence de Dominique Strauss-Kahn dans les médias français, sans toutefois l'égaler. Surtout à partir du moment où la surchauffe et les explosions à la centrale de Fukushima ont fait craindre une catastrophe nucléaire mondiale.

Plus ponctuel, le sujet "Steve Jobs", est quant à lui retombé au bout de quelques jours.

LES MOTS : DE MICROSOFT, PIXAR OU STANFORD...

Pour pousser plus finement l'analyse, une étude lexicographique en anglais a également été menée sur ces milliers d'articles. Et de l'examen des noms d'entreprise et d'organisations les plus fréquemment associés à Steve Jobs, outre Apple bien sûr, le grand rival Microsoft est l'un de ceux qui revient le plus souvent. Avec tout de même 893 occurrences contre près de 3.000 pour le groupe de Cupertino.

Dans la liste de ces entreprises les plus citées, rien d'étonnant non plus à trouver Pixar, le studio d'animation dans lequel avait investi Jobs peu de temps après son départ d'Apple en 1985. En revanche Disney, qui en est depuis devenu propriétaire, ne figure pas dans ce top10.

Mais le plus marquant reste la mention fréquente de l'université de Stanford. Steve Jobs n'y a jamais étudié, contrairement au Reed College un peu moins cité. Oui, mais c'est dans l'établissement californien qu'en 2005, il a prononcé ce discours désormais célèbre où il revient sur son parcours pour conclure sur : "restez insatiables, restez fous". A l'occasion de sa disparition, la vidéo de cette allocution a battu des records d'audience (près de 20 millions de vues pour la vidéo officielle sur Youtube).

... AU "GENIE CREATIF"

De même, des "grands thèmes" peuvent être relevés. Sa maladie (1.330 occurrences) vient par exemple avant son statut de chef d'entreprise et de co-fondateur d'Apple (723 articles les mentionnent). Enfin se démarquent aussi les concepts "d'innovation" et de "génie créatif".

Conclusion : si le portrait, généralement laudatif, du personnage n'est pas resté très longtemps en tête d'affiche, il s'y est imprimé très vite, et très fort.
- - - -

Méthodologie

Pour cette étude, une première comparaison comptabilise le nombre d'articles, de dépêches et des transcription de journaux télévisés parus à propos de cinq événements (mort de Steve Jobs, celle d'Oussama Ben Laden, tsunami au Japon, dégradation de la note des Etats-Unis par l'agence Standard & Poor's, arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York) sur la totalité des sujets publiés dans la presse et sur Internet sur trois jours après leur annonce.

Plus de 5.000 titres de presse (quotidiens et magazines), fils de dépêches, sites internet, blogs référencés français et internationaux ont été "scannés". En France, des titres de la presse quotidienne régionale font aussi partie du corpus, ce qui peut expliquer une distortion comme par exemple la proportion relativement faible d'articles sur Dominique Strauss-Kahn (3,3%) "noyés" dans une masse de sujets divers, malgré une présence en "Une".

Nous avons aussi examiné le nombre d'articles de journaux, de magazines et de sites webs ainsi que les dépêches relatifs à ces cinq événements parus en France sur une période de sept jours après leur annonce.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :