Médias du Sud aurait enfin trouvé la martingale de la télévision locale

 |   |  623  mots
DR
DR
Avec trois chaînes de télévision locale à Montpellier, Marseille et Nîmes, Médias du Sud est le principal acteur de ce secteur qui, en France, cherche toujours son modèle économique. Ce petit opérateur indépendant a réussi à équilibrer ses compte et vise désormais une couverture régionale avec l'ouverture prochaine des appels à candidatures de Nice, Toulon et Perpignan.

La télévision locale est à la peine depuis ses débuts en France, dans les années 80. Les chaînes se sont multipliées en 30 ans et ont fini par mailler tout le territoire mais, à quelques rares exceptions près, aucune n'a trouvé de modèle économique viable. Et les programmes pâtissent trop souvent de financements ultra-serrés. Le budget annuel d'une chaîne de ville varie de 1 million à 4 millions avec des pertes de 30 à 40%, le plus souvent laborieusement financées par les collectivités locales... ou les actionnaires.

Un réseau régional

La société Media du Sud, basée à Montpellier, pense avoir trouvé la solution. "Pour qu'une télévision de ville soit rentable, elle doit être intégrée dans un réseau régional" explique Christophe Musset, fondateur et patron de Medias du Sud qui exploite déjà trois fréquences Nîmes, Montpellier et celle de Marseille, rachetée récemment à l'entrepreneur Bertrand Bigay, ex-patron de Cityvox. "Un réseau régional permet de toucher un nombre de téléspectateurs attractifs pour les annonceurs sans trahir l'esprit local des chaînes" poursuit Christophe Musset, dont l'objectif est de reprendre les fréquences de Nice et Toulon, abandonnée par Vincent Bolloré, ainsi que celle de Perpignan, que le groupe Sud-Ouest n'a jamais réussi à démarrer.

Avec ces six fréquences méditerranéennes regroupées sous la marque "TVSud", Christophe Musset toucherait plus de 10 millions de téléspectateurs potentiels et pourrait engranger des ressources publicitaires suffisantes pour financer des programmes attractifs et faire de ce réseau régional une opération rentable. L'appel à candidatures devrait être lancé dans les semaines qui viennent.

Des événements sportifs avec l'Equipe TV

L'équation est nouvelle pour la télévision locale : deux heures d'information locale pour chacune des chaînes de ville, comme l'impose le CSA, auxquelles viendraient s'ajouter des programmes régionaux diffusées par toutes les antennes : un format "info-talk" de 20h00 à 22h00 dans lequel sur un réseau pourrait mettre des moyens comparables à ceux d'une chaîne nationale, grâce à l'audience touchée. Et une tranche "tout info" en direct de 22h00 à minuit "pour toucher les cibles CSP +".

"Nous pourrons également retransmettre des évènements en direct sportifs ou culturels qui ont une dimension nationale. De nombreux sports de haut niveau souffre d'un manque d'exposition télé", explique Chrisophe Musset. Un accord a d'ores et déjà été conclu avec l'Equipe TV pour les trois chaînes de Médias du Sud. Une première retransmission d'Europa League de Basket Féminin a été diffusée simultanément sur les chaînes locales du sud et sur l'Equipe TV.

Convaincre le CSA

Reste à convaincre le CSA. Pour cela, le parcours de Christophe Musset reste son principal argument : fondée en 2006, sa société Médias du Sud a progressivement repris TéléMiroir (Nîmes) au Groupe Hersant Media, dont Christophe Musset était salarié, puis 7 TV (Montpellier) au groupe NRJ et enfin LCM à Marseille. La chaîne de Nîmes est à l'équilibre, celle de Montpellier le sera en fin d'année et la Chaîne Marseille devrait l'être courant 2013. Le réseau compte aujourd'hui 65 salariés dont 25 journalistes, réalise 5,9 millions d'euros de chiffre d'affaires et sera à équilibre en fin d'année.

Selon Christophe Musset, l'arrivée de recettes régionales, qui représenteraient entre 30 et 40% du chiffre d'affaires, contribuerait non seulement à l'équilibre de chacune de chaîne, mais rendrait le réseau profitable. Une perspective rassurante pour le CSA confrontée au monopole de France 3 en région suite au désengagement des groupes de presse et de communication du secteur de la télévision locale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2014 à 11:56 :
C'est une bonne initiative de regrouper toutes les tv du sud. Merci pour les téléspectateurs.Mais vs devriez ajouter une rubrique,pour que les gens puissent donner leur avis sur les programmes. MB Cdt jm
a écrit le 23/03/2012 à 23:00 :
Un grand mystère sur cette incroyable réussite, dans un secteur d'activités qui ne favorise pas l'accroissement des investissements publicitaires télévisuels !
a écrit le 15/03/2012 à 13:45 :
Médias du Sud... vers un nouveau Télé Monte Carlo ou France 3 méditerranée ?
a écrit le 15/03/2012 à 9:03 :
Il doit y avoir une erreur de chiffres quelque part dans la phrase "Le réseau compte aujourd'hui 5 salariés dont 25 journalistes."

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :