Vivendi : pas de nouveau patron...de la com

Une semaine après l'annonce du départ du président du directoire, Jean-Bernard Lévy, les rumeurs vont bon train sur son éventuel remplaçant. Le groupe de médias et de télécoms dément à La Tribune l'arrivée de l'ancien responsable de la communication de Nicolas Sarkozy Franck Louvrier.
Franck Louvrier, ex-responsable de la communication de Nicolas Sarkozy, ne viendra pas chez Vivendi, assure le groupe. Copyright AFP.
Franck Louvrier, ex-responsable de la communication de Nicolas Sarkozy, ne viendra pas chez Vivendi, assure le groupe. Copyright AFP. (Crédits : AFP)

« Nous démentons formellement l?arrivée de Franck Louvrier » confie à la Tribune le directeur de la communication de Vivendi, Simon Gillham, qui précise avoir vérifié auprès de Jean-René Fourtou, le président du conseil de surveillance.  « L?Express » affirme sur son site Internet vendredi après-midi que l?ancien responsable de la communication de Nicolas Sarkozy « pourrait prendre d?importantes fonctions » au sein du groupe de médias et de télécoms, plus particulièrement « à la direction de la communication. » Jean-René Fourtou, qui s?était investi personnellement dans la campagne de réélection de Nicolas Sarkzoy, aurait reçu plusieurs personnes qui y ont participé, dont Franck Louvrier. Les rumeurs vont bon train depuis que le président du directoire, Jean-Bernard Lévy, a quitté brutalement ses fonctions, jeudi 28 juin, en raison de « divergence sur l?évolution stratégique du groupe. »

Des noms circulent : Thierry Breton, Clara Gaymard, Yoel Zaoui
Alors que Jean-Bernard Lévy a définitivement quitté le siège du conglomérat, où il a offert son pot de départ jeudi soir, des noms circulent sur son éventuel successeur : Thierry Breton, l?ex-patron de France Télécom et PDG d?Atos, Clara Gaymard, la présidente de GE France, ou le banquier Yoël Zaoui, ex-coresponsable des fusions et acquisitions chez Goldman Sachs. Pourtant chez Vivendi, après les tensions des derniers mois, l?ambiance est plutôt à l?apaisement et Jean-René Fourtou souhaiterait prendre son temps et surtout ne pas se précipiter pour trouver un successeur à Jean-Bernard Lévy à la tête de Vivendi et de SFR. Le directoire, désormais resserré, à deux membres, comme chez Schneider ? dont le président du conseil de surveillance, Henri Lachmann, est proche de Jean-René Fourtou et siège au conseil de Vivendi - est dirigé de façon transitoire par Jean-François Dubos, l?ex-secrétaire général du groupe. Vivendi dément avoir mandaté un chasseur de têtes, comme l'affirme l'agence Bloomberg. La priorité est à la réflexion et à l'étude des diverses opportunités stratégiques.

L?énigme Vincent Bolloré
Vivendi ne commente pas, mais ne dément pas l?information selon laquelle Vincent Bolloré est monté à 2,8% du capital, comme l?a révélé le site Wansquare du Figaro. L?homme d?affaires breton détiendra un peu plus de 5% du capital de Vivendi dès que l?opération de rachat de ses chaînes Direct8 et Direct Star sera finalisée et fera alors son entrée au conseil de surveillance. Jean-René Fourtou l?a lui-même invité de façon informelle à rejoindre le conseil, ce que n?avait pas apprécié Jean-Bernard Lévy. Le rôle de Vincent Bolloré reste une énigme. Souffle-t-il de bons conseils à Jean-René Fourtou dans sa grande revue stratégique des actifs de Vivendi ? L?action Vivendi, qui avait nettement rebondi depuis jeudi dernier dans l?espoir de changements radicaux dans le groupe, a cédé 1,48% vendredi à 14,62 euros.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 06/07/2012 à 19:58
Signaler
Moi,je sais ce que vaut vivendi surtout lorsqu'il gérer la générale des eaux.Défois ont ce demandent comment certains arrive à ce refaire une santé économique et financière?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.