NBCU International TV Production va produire des séries US pour TF1

 |   |  636  mots
De gauche à droite : Fabrice Bailly, Directeur des programmes TF1; Sophie Leveaux, Directrice Artistique des Acquisitions TF1; Joerg Graf, Head of Acquisition RTL;  Michael Edelstein, NBCUniversal International Television (NBCU - ITVP);  Benoit Louvet - Executive Vice President Acquisition, TF1;  JoAnn Alfano, EVP Script Programming, NBCU ITVP
De gauche à droite : Fabrice Bailly, Directeur des programmes TF1; Sophie Leveaux, Directrice Artistique des Acquisitions TF1; Joerg Graf, Head of Acquisition RTL; Michael Edelstein, NBCUniversal International Television (NBCU - ITVP); Benoit Louvet - Executive Vice President Acquisition, TF1; JoAnn Alfano, EVP Script Programming, NBCU ITVP (Crédits : Emma Kane)
Les futures séries américaines de prime time de TF1 encore plus spécifiquement adaptées aux envies des téléspectateurs français? C'est l'esprit de l'accord conclu lundi par le groupe français lundi avec NBCUniversal International Television Production ( NBCU-ITVP). Associant également le groupe allemand privé RTL, ce partenariat prévoit la production sous deux ans, de trois nouvelles séries policières et médicales à 2 ou 3 millions de dollars l'épisode. TF1 bénéficiera aussi des recettes liées aux ventes mondiales.

C'est un accord inédit de coproduction internationale que TF1 et le groupe allemand RTL ont finalisé mi-avril avec NBCUniversal International Television Production ( NBCU-ITVP).Via ce partenariat, annoncé dans le cadre du marché international des programmes de télévision, le Mip TV, qui se tient cette semaine à Cannes, le studio américain, connu pour des fictions telles que  New York, police judiciaire ou Dr. House, va produire des séries originales américaines, policières et médicales, spécifiquement pour les deux chaînes privées européennes dont la ligne éditoriale n'est pas très éloignée.


Sécuriser le flux des programmes

Une manière pour elles de continuer à alimenter en séries américaines les grilles de leurs antennes à l'heure où le genre dit "procédural", qui se caractérise par des épisodes bouclés et non sous forme de feuilleton, a moins la cote outre-Atlantique. Tandis que Mentalist, diffusé avec succès sur TF1 n'a pas été renouvelé aux Etats-Unis par CBS, d'autres titres vont donc voir le jour en Europe sans avoir été préalablement commandées par un network américain.

Initiée par NBCU-ITVP, cette alliance, qui prévoit la production dans les deux prochaines années de trois nouvelles séries de 12 ou 14 épisodes de 52' et au budget de 2 à 3 millions de dollars par épisode, est le premier de cette importance que signe le studio américain. Tous les projets pourront courir sur plusieurs saisons. Ils seront écrits et tournés en Amérique du Nord, avec une distribution américaine et seront "élaborés avec la volonté de séduire un large public".

" Cet accord est le fruit des relations privilégiées que nous entretenons avec les deux groupes en Europe, confirme Michael Edelstein, président de NBCU-ITVP. Nous cherchions à faire évoluer notre collaboration. C'est la première fois que nos partenaires contribueront directement à la production de séries américaines."



Droits exclusifs et partages de recettes

Alors qu'il y a un an, TF1 n'avait pas renouvelé son output deal sur les séries distribuées par NBCUniversal, sa collaboration avec le studio américain prend aujourd'hui une autre forme. Comme RTL dans les territoires germanophones, le groupe  détiendra en outre sur plusieurs années les droits exclusifs de ces programmes dans les territoires francophones ( sauf Maghreb et Afrique).

"C'est un partenariat gagnant-gagnant qui nous offre un accès direct à des séries sans passer par la case très formatée des networks américains se réjouit Benoit Louvet, directeur général adjoint de TF1, en charge des acquisitions et du négoce des droits. Nos investissons un tiers dans le budget de production, mais nous récupérerons un tiers des recettes mondiales liées aux ventes internationales assurées par NBCU. En comparaison avec un simple accord d'achat de programmes, c'est une prise de risque calculée."



Très satisfait de ce "partenariat industriel innovant", qui  "devrait permettre à moyen terme "d'améliorer la profitabilité" de ses programmes, TF1 anticipe cependant les éventuelles critiques que pourraient lui adresser les producteurs français et le monde de la création. Le groupe se défend de tout rejet de la fiction nationale, qui reste un pilier de la grille de TF1. "Nous aimerions au contraire conclure le même type d'accord avec des partenaires français mais la législation ne nous le permet pas car cela entrerait dans la part de production dépendante ( productions internes) , qui ne doit pas dépasser 25 % de nos investissements" regrette Benoît Louvet, favorable à une évolution de la législation.

À Cannes, les trois partenaires ont commencé de suite à travailler avec une première réunion mardi matin du comité éditorial mis en place. Objectif: sortir une première série TV au printemps 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :