Renault prend 40% de Challenges pour mettre des contenus dans la voiture autonome

 |   |  380  mots
Carlos Ghosn, patron de Renault. Confrontés à une transformation très rapide de leur modèle d'entreprise, les constructeurs automobiles tentent d'élargir leur palette d'activités au-delà de la seule conception, fabrication et distribution des véhicules. Par exemple, dans la presse.
Carlos Ghosn, patron de Renault. Confrontés à une transformation très rapide de leur modèle d'entreprise, les constructeurs automobiles tentent d'élargir leur palette d'activités au-delà de la seule conception, fabrication et distribution des véhicules. Par exemple, dans la presse. (Crédits : Reuters)
Le constructeur automobile entre au capital de l'hebdomadaire détenu par Claude Perdriel. Cette participation est justifiée par une stratégie innovante: proposer la lecture des contenus du journal dans ses voitures autonomes.

Renault a annoncé mercredi l'acquisition de 40% du groupe de presse Challenges, un investissement inédit pour un constructeur automobile destiné à développer les contenus pour la voiture autonome.

"Les Français et les Européens passent aujourd'hui en moyenne deux heures par jour dans leur véhicule. Claude Perdriel et Carlos Ghosn partagent une conviction forte : le développement de la voiture connectée et autonome va libérer du temps utile aux utilisateurs", explique Renault dans un communiqué.

Le groupe entrera au capital de Challenges à l'occasion d'une augmentation de capital du groupe de presse, qui rassemble cinq magazines (Challenges, Sciences & Avenir, La Recherche, L'Histoire et Historia). A l'issue de l'opération, prévue début 2018, Claude Perdriel restera actionnaire majoritaire avec 60% du capital.

Ce dernier, dans un éditorial publié ce 13 décembre sur le site de Challenges, justifie ce rapprochement par la situation difficile dans laquelle se trouve le titre, qui, malgré une augmentation des ventes de l'hebdomadaire et de la fréquentation du site, doit affronter les difficultés du secteur de la presse.

"Les nuages noirs s'amoncellent. Les marchands de journaux, ruinés, ferment. La coopérative qui nous distribue ne peut plus payer l'intégralité de notre dû. Sur internet, pour accepter de diffuser nos contenus, les grands groupes et les principaux intermédiaires prennent jusqu'à 70 % de nos recettes publicitaires", écrit Claude Perdriel.

Développement dans le numérique

Du côté de Renault, l'opération est présentée par un porte-parole du constructeur comme une première mondiale, avec un investissement qui doit permettre de financer le développement de Challenges dans le numérique et l'activité événementielle.

Confrontés à une transformation très rapide de leur modèle d'entreprise, les constructeurs automobiles tentent d'élargir leur palette d'activités au-delà de la seule conception, fabrication et distribution des véhicules.

Ils multiplient les partenariats avec des sociétés d'autres secteurs pour accélérer dans les technologies et les services innovants et dans la gestion des nouveaux modes de location ou d'utilisation des voitures.

Dans le cadre de son plan stratégique, Renault envisage de lancer des véhicules autonomes de niveau 3 (conduite possible sans les mains) à partir de 2021 et de niveau 4 (sans les yeux sur la route) à compter de 2022.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2017 à 11:35 :
Le précédent Messier/Vivendi n'a pas l'air de l'inquiéter Quand j'achète une voiture ou un forfait télécoms, je me fiche des "contenus"
a écrit le 13/12/2017 à 19:17 :
Étonnante stratégie. On se demande quasiment si c'est la vraie raison.
a écrit le 13/12/2017 à 18:23 :
Verdevoye doit être blême, obligé de dire du bien de Renault et délester vw, j' ai failli faire pipi sur moi ..!!
Réponse de le 14/12/2017 à 11:57 :
Toute la presse et les médias français disent du bien de Renault ! et savez vous pourquoi ? parce que Renault est le premier annonceur de France...et de quoi vivent les journaux ? pas facile d'être impartial.
Un journal spécialisé dans la photo expliquait qu'une grande marque d'appareil photo avait menaçait de lui supprimer son enveloppe publicitaire car il avait un peu trop critiqué son dernier appareil photo professionnel !
a écrit le 13/12/2017 à 16:00 :
Etonnant de voir C. Ghosn engager l' argent de l' entreprise automobile dans ce domaine.
Il aurait été plus judicieux qu' il fasse l' acquisition avec son argent personnel. Comme l' on fait Pinault, Niel, etc..
remarque ; M. Ghosn ferait bien d' arrêter la collaboration avec AG V (ancien de la Tribune aussi) et actuel spécialiste auto à Challenges, dont les articles partiels et partiaux sur Renault ont laissé des traces chez les lecteurs des rubrique auto.
Réponse de le 13/12/2017 à 18:25 :
C' est juste énorme Verdevoye démasqué partout et par tous, je croyais être le seul à l' avoir remarqué ..!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :