Vincent Bolloré en passe d’avaler les magazines de Prisma Media

 |  | 385 mots
Lecture 2 min.
Vincent Bolloré, le chef de file de Vivendi.
Vincent Bolloré, le chef de file de Vivendi. (Crédits : Reuters)
Vivendi, le géant des médias contrôlé par l’homme d’affaires breton, a annoncé ce lundi être entré en négociations exclusives pour mettre la main sur la maison-mère des magazines Femme Actuelle, Géo, Capital ou encore Gala.

Vincent Bolloré veut encore étendre son empire dans les médias. Vivendi, dont il tient les rênes, a annoncé ce lundi être entré en négociations exclusives avec l'éditeur Gruner + Jahr, filiale de l'allemand Bertelsmann, pour lui racheter l'intégralité du groupe de presse Prisma Media. Il s'agirait d'une très grosse prise pour le géant français des médias, qui a déjà la main sur le groupe Canal +, le poids lourd de l'édition Editis et le spécialiste de la communication Havas. Vivendi ne précise pas le montant de l'opération, encore soumise à diverses autorisations réglementaires.

Prisma Media possède un large éventail de magazines grand public comme Femme Actuelle, Géo, Capital ou encore Gala et Télé-Loisirs. Il possède une large audience dans l'Hexagone. Selon Vivendi, « plus de 42 millions de Français sont en contact chaque mois avec une marque du groupe, que ce soit en feuilletant un magazine, en surfant sur le Web, sur un mobile ou sur une tablette ». Dans son communiqué, le groupe de Vincent Bolloré affirme que cette acquisition « s'inscrirait parfaitement dans [sa] stratégie », en « complétant utilement le spectre de ses activités existantes ». « Elle offrirait également d'intéressantes opportunités de collaboration au sein du groupe », poursuit-il. On pense, par exemple, à des liens plus étroits entre les titres de Prisma Media et Havas.

Cette emplette intervient dans un contexte de recomposition dans la presse française. A un peu plus d'un an de la présidentielle, les milliardaires Vincent Bolloré et Bernard Arnault, le patron de LVMH, affichent un fort appétit pour les médias. En octobre dernier, le dernier, déjà propriétaire des Echos, du Parisien et de Radio Classique, a raflé 40% du capital de Challenges, qui comprend le magazine économique du même nom, Historia ou encore Sciences et Avenir. Vincent Bolloré et Bernard Arnault se livrent en outre une féroce bataille pour le contrôle de Lagardère. Outre ses boutiques d'aéroports et le champion de l'édition Hachette, cet ancien fleuron du capitalisme français possède encore plusieurs médias influents susceptibles d'intéresser les deux hommes, à savoir le JDD, Paris Match et Europe 1.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :