Perte des droits de la Ligue 1 : l’avenir incertain de Canal+

 |   |  775  mots
Poids lourd des contenus au niveau européen, Mediapro n’a pas hésité à casser à tirelire (780 millions d’euros par an) pour décrocher les meilleurs lots du dernier appel d’offres.
Poids lourd des contenus au niveau européen, Mediapro n’a pas hésité à casser à tirelire (780 millions d’euros par an) pour décrocher les meilleurs lots du dernier appel d’offres. (Crédits : Reuters)
La semaine dernière, la chaîne cryptée s’est fait chiper les droits du championnat français de football pour la période 2020-2024 par l'espagnol Mediapro. Si la direction de la chaîne française s’est voulue rassurante en affirmant que rien n’était encore joué, certains jugent que Canal+ pourrait, dans le scénario du pire, se retrouver dans une impasse et perdre 40% de ses abonnés.

La nouvelle a sonné comme un coup de tonnerre. Mardi dernier, la Ligue de football professionnelle (LFP) a indiqué, au terme de son appel d'offres pour les droits de la Ligue pour la période 2020-2024, que Canal, diffuseur historique de la compétition, avait fait chou blanc. La chaîne cryptée, pour qui le ballon rond constitue important aimant à abonnés, s'est fait devancer par un nouveau venu : l'espagnol Mediapro. Ce poids lourd des contenus au niveau européen, filiale du groupe ibérique Imagina - lequel est, depuis le mois de février, propriété du fonds chinois Orient Hontai Capital - n'a pas hésité à casser à tirelire (780 millions d'euros par an) pour décrocher les meilleurs lots de l'appel d'offres.

Chez Canal+, qui a déjà perdu les droits de la Ligue des champions pour la période 2018-2021 au profit d'Altice/SFR, la perte de la L1 constitue-t-il un accident industriel ? Non, a claironné la direction ces derniers jours, assurant que Mediapro n'aurait d'autres choix, étant donné le montant déboursé pour ces droits, que de négocier avec eux concernant, notamment, la sous-licence d'un lot premium. Démonstration :

« Pour notre métier - la télévision payante -, il n'y a pas de logique économique au-delà d'un peu plus du contrat en cours (la chaîne cryptée paye aujourd'hui 540 millions par an, Ndlr), a jugé Maxime Saada, le président du directoire de Canal+, dans un entretien à L'Equipe jeudi dernier. Ils (les dirigeants de Madiapro) ont dépensé 780 millions d'euros ; avec les coûts de lancement de la chaîne et ceux de production, cela fait 850 millions d'euros. Si on prend un prix d'abonnement à 15 euros par mois, qui est celui de BeIN, vous enlevez la TVA et les commissions versées aux distributeurs, cela vous rapporte 10,69 euros. Pour rentabiliser 850 millions d'euros, il vous faut sept millions d'abonnés. Là où en six ans, BeIN avec la L1, la Liga, la Serie A, les coupes d'Europe, la NBA, la Coupe du monde et l'Euro a réussi à en mobiliser 3,5 millions. »

« C'est une tempête dans un verre d'eau microscopique »

Ainsi, toujours dans les colonnes de L'Équipe, Maxime Saada « ne [voit] pas bien comment Mediapro peut se passer de Canal ». Toujours concernant la perte de la L1, Vincent Bolloré, premier actionnaire de Vivendi, la maison-mère de Canal+, s'est voulu rassurant. « C'est présenté comme la fin du monde, mais pardon, c'est une tempête dans un verre d'eau microscopique », a-t-il déclaré vendredi, selon Les Échos.

Quoi qu'il en soit, chez Mediapro, on se dit serein quant à la capacité du groupe à rentabiliser des droits si chèrement acquis. En fin de semaine dernière, Jaume Roures, son fondateur, a indiqué qu'il lancerait une nouvelle chaîne dédiée à la L1, qui a vocation à être proposée à tous les opérateurs français, notamment auprès de Canal+. Mieux, il a même indiqué que cette chaîne pourrait être vendue autour de 25 euros par mois. Un montant qu'il estime juste. « On ne va pas faire une chaîne à 50 ou 100 euros : on n'aurait pas d'abonnés », a-t-il déclaré. Jaume Roures a estimé son nombre d'abonnés au lancement à 3,5 millions. Mais à l'en croire, il dispose des armes, avec son expérience et ses droits, pour rendre la L1 plus attractive, et attirer jusqu'à cinq millions d'abonnés.

Remise en cause du modèle de Canal+

Reste que l'offensive de Mediapro remet directement en cause le modèle de Canal+. Certains analystes estiment que la chaîne a, d'une certaine manière, eu raison de ne pas surenchérir sur les droits de la Ligue 1, ce qui permettra à la chaîne de se renforcer dans d'autres créneaux. Analyste chez Natixis, Jérôme Bodin juge ainsi que la chaîne cryptée pourrait générer, sans le foot français, « jusqu'à 540 millions d'euros supplémentaires d'économies par an ». Ce qui lui donnerait « les moyens de transformer en profondeur son modèle, et de mieux adapter son offre à la structure du marché, avec l'importance grandissante de la fiction », et l'exigence de disposer d'une « taille mondiale » dans ce domaine.

En revanche, Bruno Hareng, analyste chez Oddo, affirme que Canal+ pourrait payer au prix fort cette perte de la L1. Selon lui, environ 2 millions des 4,9 millions d'abonnés à Canal+ le sont pour le football. Ainsi, selon lui, Canal+ pourrait se retrouver dans une situation critique si ces 2 millions de clients (40% de sa base) devaient s'évaporer. Les négociations à venir entre Canal+ et Mediapro seront, quoi qu'il en soit, cruciales pour l'avenir de la chaîne cryptée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :