Pourquoi les dépenses sur l'App Store vont exploser d'ici 2022

 |   |  608  mots
Lancé en juillet 2008, l'App Store (magasin d'applications d'Apple) a enregistré 170 milliards de téléchargements entre juillet 2010 et décembre 2017.
Lancé en juillet 2008, l'App Store (magasin d'applications d'Apple) a enregistré 170 milliards de téléchargements entre juillet 2010 et décembre 2017.
L'App Store, le magasin d'application d'Apple, fête ses dix ans. Bilan : plus de 4,5 millions d'applications ont transité sur la plateforme, pour un total de 170 milliards de téléchargements. Un business juteux pour la firme à la pomme. Rien qu'en 2017, les utilisateurs ont dépensé 42,5 milliards de dollars sur l'App Store.

[Papier publié le 02/06, mis à jour le 11/07 à 12h19]

Apple ne cesse de l'afficher : la firme à la pomme veut chouchouter sa division services. Au-delà de la production d'iPhone et de Mac, la société de Cupertino met l'accent sur ses services - d'Apple Music à iTunes, en passant par Apple Pay et l'App Store. Son magasin d'applications, qui en totalise désormais 2 millions, fête ses dix ans. Une décennie où les applications sont passées de simple gadget à un élément incontournable du quotidien pour qui possède un smartphone. Conséquence : les dépenses des consommateurs ont explosé sur l'App Store depuis 2015, alors que les téléchargements ralentissent, souligne une étude publiée début juin par App Annie, société proposant une plateforme d'analyse de données sur les applications mobiles.

Plus de 170 milliards de téléchargements ont été effectués sur l'App Store entre juillet 2010 et décembre 2017. Rien qu'en 2017, 30,5 milliards de téléchargements ont été réalisés - contre 26,2 milliards en 2015. Sur la même période, les dépenses des consommateurs ont presque doublé. Elles sont passées de 21,5 milliards de dollars en 2015 à 42,5 milliards l'année dernière.

Des dépenses tirées par les jeux... et les abonnements

Si les jeux occupent la première place du podium (totalisant 31% des téléchargements pour 75% des dépenses en 2017), les applis avec abonnements intégrés tirent la consommation depuis deux ans. Dans le top 5 des applis les plus lucratives en 2017 - hors jeux - se trouvent Netflix, Tencent vidéo, l'application de rencontres Tinder, le "Netflix chinois" iQIYI et la plateforme de streaming audio Pandora.

"Apple affiche une volonté très claire d'avoir une offre haut de gamme sur son store. En 2016, la société a commencé à faire la promotion d'applications à forte valeur ajoutée, comme Netflix ou les applications de rencontres, détaille auprès de La Tribune Thierry Guiot, directeur général d'App Annie pour l'Europe du Sud. Ces applications créent un cercle vertueux : en étant pointues, elles misent sur une relation dans la durée avec l'utilisateur. Elles déploient donc un système d'abonnements qui permet une monétisation pérenne et plus forte en valeur absolue."

En 2016 toujours, les options de monétisation ont aussi été élargies et les abonnements ouverts à des catégories d'apps supplémentaires. Ce qui a entraîné 50% de croissance des dépenses de 2016 à 2017 — meilleur taux de croissance annuel depuis 2011.

75,7 milliards de dollars dépensés sur l'App Store en 2022

Cette tendance devrait se poursuivre dans les années à venir - au point d'atteindre les 75,7 milliards de dollars dépensés sur l'App Store en 2022 (+80%), selon l'étude de App Annie. Outre l'augmentation des terminaux, Apple va profiter de la demande des pays émergents. "Dans les marchés matures (France, États-Unis...), les utilisateurs arrêtent de télécharger de manière compulsive. En revanche, ils passent plus de temps sur les appli, donc mécaniquement, les revenus générés explosent", précise Thierry Guiot. En moyenne, chaque utilisateur passe environ 3 heures sur des applications par jour.

"Au contraire, les économies émergentes sont au tout début de la courbe de téléchargement - comme en Inde, au Mexique, au Brésil... L'Inde commence tout juste à monétiser. Dans les années à venir, ils devraient suivre le même schéma que celui des marchés matures", avance Thierry Guiot.

La région Asie-pacifique porte déjà le marché, avec 59% des dépenses consommateurs et 49% des téléchargements en 2017, contre environ un tiers des dépenses et des téléchargements en Amérique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2018 à 9:26 :
On voit bien aussi que ces nouveaux chefs d'entreprise d'internet ont bien plus d'idées et de dynamisme que l'ancienne oligarchie qui ne voit plus son avenir que dans l'achat de politiciens et la fraude fiscale.
a écrit le 03/06/2018 à 23:50 :
Perso , je n’achète pas , plus Apple. On voit Apple faire pub sur les écoles, alors qu'elle fait tout pour ne pas les financer via des montages fiscaux douteux.. Voila le vrai visage de cette société.. Qu'apple verse des impots comme tout le monde, au lieu de faire payer les citoyens pour les biens qu'elle utilise. Un reveil de tous est nécessaire envers ce genre de société.
Réponse de le 04/06/2018 à 11:53 :
"Qu'apple verse des impots comme tout le monde,"

Oui voilà, comme Arnault, Mulliez, Lagardère et-c...

"Paradise Papers" https://fr.wikipedia.org/wiki/Paradise_Papers

Les fables capitalistes sont totalement rincées par la réalité les gars hein, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :