Jeux en ligne : déjà 14 millions d'euros de dépenses publicitaires

 |   |  274  mots
Six opérateurs de jeux en ligne, ont, selon une étude réalisée par Kantar Media, déjà investi en France 14 millions d'euros de publicité, entre le 8 et le 20 juin.

D'après une étude réalisée par l'institut d'études Kantar Media, la Française des Jeux, le PMU, Bwin, BetClic, Sajoo et Eurosportbet ont dépensé près de 14 millions d'euros de publicité en moins de 15 jours, du 8 au 20 juin.

Agréés par l'Autorité de régulation des jeux et paris en ligne le 8 juin, ces six opérateurs de jeux en ligne sont en effet autorisés à faire leur promotion. La Française des Jeux et le PMU, les deux opérateurs historiques qui détenaient le monopole jusqu'à présent, sont ceux qui ont consacré le plus gros budget publicitaire avec respectivement 27 et 24% du montant total déboursé. Vient ensuite l'opérateur Betclic avec 2,8 millions d'euros environ.

Ces six opérateurs ont largement privilégié la télévision comme support publicitaire (63%) devant la presse écrite (38%) et la radio (7%). Mais Kantar Media précise toutefois n'avoir pas pris en compte les premières campagnes d'affichage.

Pour le directeur marketing de Kantar Media, Eric Trousset, ce niveau d'investissements publicitaires est quasiment identique à celui engagés par les entreprises de renseignements téléphoniques (118 008, 118 218, ...) lors de l'ouverture à la concurrence de ce marché il y a quatre ans.

Les opérateurs habilités à proposer des paris sportifs, ont naturellement misé sur la Coupe du Monde pour doper leur activité. Aussi leurs dépenses devraient-elles, selon l'institut, enregistrer une légère décrue après la fin du Mondial, le 11 juillet. Entre temps, ceux ayant reçu leur licence de poker en ligne mais qui ne pourront pas démarrer avant la publication du décret d'application fin juin, auront pris le relais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :