Rendez-vous médicaux : Doctolib choisit l'Allemagne pour ses premiers pas à l'étranger

 |   |  249  mots
Outre le développement en Europe, Doctolib veut maintenir son leadership en France.
Outre le développement en Europe, Doctolib veut maintenir son leadership en France. (Crédits : Reuters)
Le groupe démarre sa stratégie de développement européen en Allemagne. Doctolib espère profiter d'un marché où les habitants font partie de ceux qui consultent le plus régulièrement les professionnels de santé.

Après une levée de fond de 18 millions d'euros en octobre, le site de prise de rendez-vous médicaux en ligne Doctolib a annoncé mardi 31 mai avoir choisi l'Allemagne pour son premier déploiement en Europe. "Doctolib souhaite faciliter l'accès aux soins des 83 millions d'Allemands", assure la startup française dans un communiqué.

Dix personnes et d'une cinquantaine de "médecins ambassadeurs" vont travailler dans cette antenne berlinoise, explique la plateforme.

"La richesse de son écosystème de startup mais aussi la diversité de son univers médical ont fait de l'Allemagne un choix évident pour nous permettre de grandir au-delà de nos frontières", a expliqué Stanislas Niox-Chateau, président-cofondateur de Doctolib.

Mais l'ouverture d'une antenne dans le pays a d'autres intérêts pour la startup française. Le directeur général pour l'Allemagne, Simon Krüge, souligne que les Allemands font partie des européens voyant le plus souvent les professionnels de santé. Selon des données compilées par l'OCDE en 2014, un Allemand consulte un professionnel de santé 9,7 jours en moyenne, contre 6,7 en France ou encore 6,1 au Royaume-Uni.

Objectif : 6 pays étrangers d'ici à 2017

Par ailleurs, la startup espère se développer dans cinq autres pays européens d'ici à 2017.

Outre le développement en Europe, Doctolib veut maintenir son leadership en France. Il revendique 4 millions de patients en France chaque mois sur son site et plus de 7.000 praticiens en février. Il devance Mondocteur qui assure travailler avec plus de 3.500 professionnels de santé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :