French Tech : la fabrique à licornes est lancée

 |   |  688  mots
Avec ces mesures, l'Élysée espère déclencher un effet boule de neige chez les investisseurs institutionnels, et ainsi multiplier la création de fonds d'investissement richement dotés.
Avec ces mesures, l'Élysée espère déclencher un effet boule de neige chez les investisseurs institutionnels, et ainsi multiplier la création de fonds d'investissement richement dotés. (Crédits : Julien de Rosa/AFP)
Les « zinzins », ou investisseurs institutionnels, ont promis d'injecter 5 milliards d'euros sur trois ans dans les pépites nationales. Un premier plan applaudi par les acteurs de l'écosystème.

« Il faut que la France ait 25 licornes en 2025. » Entouré d'entrepreneurs acquis d'avance à sa cause, Emmanuel Macron a affiché ses ambitions pour la French Tech. « Si vous voulez changer le monde, la France n'est pas la pire place pour le faire, et nous sommes en train d'y arriver », s'est même félicité le chef de l'État lors d'un discours à l'Élysée, mardi 17 septembre. Mais pour passer de 7 à 25 startups valorisées plus d'1 milliard d'euros, il va falloir régler le problème du financement du late stage, c'est-à-dire les gros tours de table de plus de 50 voire 100 millions d'euros, ceux qui font éclore les licornes de rang mondial.

Tournée des "zinzins"

Malgré les progrès des startups françaises - 2,8 milliards d'euros levés en 2017, 3,6 milliards en 2018, et plus de 5 milliards attendus en 2019 -, seuls quelques fonds...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :