Télécoms : de nouveaux pylônes pour résorber les zones blanches

 |   |  318  mots
En janvier, l'Etat a renoncé à 3 milliards d'euros sur la vente de licences aux opérateurs téléphoniques, en échange de leur engagement à investir pour résorber les zones blanches.
En janvier, l'Etat a renoncé à 3 milliards d'euros sur la vente de licences aux opérateurs téléphoniques, en échange de leur engagement à investir pour résorber les zones blanches. (Crédits : Reuters)
Les opérateurs télécoms ont commencé à installer les nouveaux pylônes multi-opérateurs, dans le cadre de l'accord de résorption des zones blanches de la 4G conclu avec le gouvernement en janvier, a indiqué lundi la Fédération française des télécoms.

C'est le début d'un chantier très attendu. Les opérateurs télécoms ont commencé à installer les nouveaux pylônes multi-opérateurs, dans le cadre de l'accord de résorption des zones blanches de la 4G conclu avec le gouvernement en janvier, a indiqué lundi la Fédération française des télécoms (FFT). Les premiers pylônes, qui seront utilisés conjointement par les quatre opérateurs, ont été inaugurés jeudi dans les Deux-Sèvres, dans les communes de Béceleuf et Fenioux. Deux autres pylônes ont été inaugurés lundi dans les communes d'Antin et Fréchède (Hautes-Pyrénées).

En janvier, l'Etat a renoncé à 3 milliards d'euros sur la vente de licences aux opérateurs téléphoniques en échange de leur engagement à investir pour résorber les zones blanches. Près de 485 sites financés à 100% par les opérateurs doivent être équipés dès 2018, et 5.000 au total à terme.

Simplification des démarches administratives

Si les opérateurs commencent à accomplir leur part de l'accord, l'Etat doit aussi faire de même en simplifiant les démarches administratives pour le déploiement de réseau, a par ailleurs souligné la fédération française des télécoms. "Or les premières simplifications inscrites dans le projet de loi Elan (Evolution du Logement, de l'Aménagement et du Numérique) ne sont pas suffisantes", a regretté la fédération française des télécoms (FFT), dans son communiqué.

Selon elle "il faut en moyenne entre 18 et 24 mois (...) entre le dépôt du projet de construction d'un pylône et son allumage définitif", alors que le délai est divisé par 5 en Allemagne ou au Royaume-Uni. Selon la fédération, ces pylônes multi-opérateurs qui commencent à être déployés sont une première technique, "sans équivalent dans les autres pays".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2018 à 17:51 :
Et pas un seul pylône TDF dans le lot... Ils vont rater la vache dans le couloir :-)
a écrit le 03/07/2018 à 19:18 :
Les licences attribuées aux opérateurs depuis l'origine du mobile leur faisait obligation de couvrir TOUT le territoire, sous un certain délai...
A chaque fois, ils ne le font pas, et re-marchandent pour payer moins cher...
Pile je gagne, face tu perds...
On va se laisser enfumer longtemps comme ça encore ?
a écrit le 03/07/2018 à 10:48 :
Bonjour,
Il sera matériellement impossible aux opérateurs privés de tenir ces délais. D'ici la fin de l'année si 50 sites seront construits cela sera le bout du monde et combien seront réellement "allumés" par les opérateurs, 5-10-15? Aujourd'hui, un lobbying intense est fait autour de la fibre, alors que la fibre recule en Corée, pays pionner en la matière. Notre pays confond le support et le service. Fibrer pour fibrer est une hérésie économique. Hors zone urbaine, il serait pertinent économiquement de construire 1 pylône par commune ou par secteur géographique afin d'offrir une solution radio fibrée efficace qui durerait 4-5-6 ans, avant de pouvoir basculer sur la 5G! Il est plus pertinent de fibrer tous les pylônes 5-10-15 000 en France que fibrer les millions de foyers. Nous allons vers des objets connectés à très grande échelle, voiture comprise. Il est donc prioritaire de stopper le fibrage de masse, pour être en cohérence avec un pragmatisme technologie efficient!
a écrit le 03/07/2018 à 8:26 :
Et une idée pour essayer de les enjoliver ces pylônes affreux c'est pour quand svp ?

On enterre les lignes électriques pour construire ces verrues.
Réponse de le 03/07/2018 à 10:15 :
Il faudrait copier la Finlande, des pylônes de 300m de haut avec les antennes (de toute sorte) pour arroser une région, comme ça y en a moins.
En ville certains préconiseraient de petites antennes moins puissantes mais plus nombreuses pour mieux couvrir la surface.
La téléphonie par satellite, c'est idéal, on ne voit pas l'antenne, trop éloignée. :-)
Le pire de tout ça est qu'une fois tous fibrés, ça ne les fera pas disparaitre, le téléphone fixe passera par une box (fibrée), mais pas le GSM 3-4-5G, aérien toujours.
Construire un monument, bâtiment factice pour accueillir les antennes sans choc visuel du pylône ?
Réponse de le 03/07/2018 à 11:09 :
La vidéo qui a fait le buzz d'un technicien qui monte réparer une antenne relais à 450 mètres de hauteur n'est donc pas en France ?

EN tout moi qui habite à la campagne je peux vous dire que c'est horrible toutes ces antennes dans le paysage, un véritable massacre...

L'idée des ballons me semble bonnes également.
Réponse de le 03/07/2018 à 19:21 :
Même (et surtout) dans les coins reculés il traine encore quelques petites églises et chapelles en état pitoyable. Le clocher gagnerait amplement a se transformer en voix du seigneurs, 4G ou 5G :-)
Couverture locale, fibrage du bâtiment pour assurer le débit de la BTS, et voila.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :