SFR met son futur plan social sur le compte de Free

 |   |  478  mots
La CFDT redoute plus de 500 suppressions d'emplois chez l'opérateur qui compte 10.000 salariés. Copyright Reuters.
La CFDT redoute plus de 500 suppressions d'emplois chez l'opérateur qui compte 10.000 salariés. Copyright Reuters. (Crédits : DR)
Les organisations syndicales ont révélé que la direction de l'opérateur envisage un "plan d'adaptation". La CFDT craint qu'il y ait plus de 500 suppressions d'emploi.

« La direction de SFR vient d'annoncer aux organisations syndicales qu'elle mettrait en place un PSE (plan de sauvegarde de l'emploi NDLR) d'ici à la fin de l'année 2012 », ont révélé vendredi matin les représentants de la CDT de l'opérateur dans un communiqué. La direction de SFR a répondu par un démenti alambiqué : « contrairement aux informations parues en presse ce jour, SFR n'a pas présenté aux organisations représentatives du personnel de projet d'adaptation des structures de l'entreprise - aujourd'hui à l'étude - au nouveau contexte du secteur des télécoms. » Pas de PSE mais un « plan d'adaptation » est donc officiellement envisagé.

L'arrivée de Free Mobile comme justification
Pourtant, le terme de PSE a bien été prononcé, selon Olivier Lelong, le délégué syndical central de la CFDT chez SFR. « Il n'y a pas eu d'annonce formelle en comité d'entreprise mais le responsable des relations sociales a eu des entrevues avec chacune des organisations syndicales séparément la semaine dernière pour préparer les esprits » explique-t-il. La direction, qui discutait depuis le mois de février de mesures d'accompagnement de départs dans le cadre d'une GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences), « a annoncé la semaine dernière qu'elle changeait son fusil d'épaule et arrêtait ces discussions pour mettre en place un PSE », qui prendrait plutôt la forme d'un plan de départs volontaires.

« SFR justifie ce PSE par l'arrivée de Free sur le marché mobile et espère supprimer ainsi plusieurs centaines d'emploi » ajoute le syndicat dans son communiqué. La CFDT estime que « le chiffre de 500 suppressions d'emplois pourrait être dépassé », sur un total de 10.000 salariés. La direction ne leur a pas communiqué une évaluation ni les postes qui pourraient être touchés, même s'il est probable qu'il s'agisse des activités ayant trait aux services mobiles grand public. L'annonce de cette réorganisation serait envisagée pour « début juillet », en même temps que le plan stratégique que doit présenter la filiale de Vivendi. Mais le nouveau PDG, Michel Combes, qui a été nommé le 2 mai, ne prendra ses fonctions que le 1er août.

« Un coup de com' » pour doper le cours ?
« C'est un coup de com' pour faire monter le cours » considère un syndicaliste. « C'est très bien pour le cours de Bourse, les rumeurs de licenciements ! » réagit d'ailleurs spontanément un cadre dirigeant de l'entreprise. Pourtant, le cours de Vivendi était la deuxième plus forte baisse du CAC 40 vendredi à la mi-journée (-3% à 12,6 euros). La CFDT fait valoir qu'un plan social, « même de grande ampleur, ne permettrait pas de protéger la marge de l'entreprise puisque la masse salariale représente moins de 5% du chiffre d'affaires », si l'on exclut les prestataires ou « assistances techniques externes. »
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2012 à 16:20 :
Je n'avais pas du tout entendu parler de cette nouvelle...a cause de Free,mais biensur....
a écrit le 12/05/2012 à 11:13 :
en 2008, SFR a fermer ses centres d'appel de Poitiers , Toulouse et Lyon : à ma connaissance, SFR vient d'ailleurs d'etre condamné pour cela cette année !
Et en 2008, c'était déjà de la fautes de Free ???????
Réponse de le 12/05/2012 à 20:37 :
Je pense que tous ceux qui ont été virés en 2008 des centres d'appel SFR de Lyon, Poitiers et Toulouse parce que SFR voulait gagner plus, vous le diront !!!!!!
Réponse de le 13/05/2012 à 11:19 :
Ce sont les consommateurs qui veulent payer moins ... notamment nous en ce moment !!
a écrit le 12/05/2012 à 10:04 :
Biensur et les actionnaires y sont pour rien et on va voir en fin d année que le patron c est augmenté de 20% non mais ils nous prennent vraiment pour des idiots mdr!!!
a écrit le 12/05/2012 à 7:46 :
Ah la beauté de la novlangue:
- licenciements devient Plan de Sauvegarde de l'Emploi (on détruit les emplois pour les sauvegarder!)
- précarité devient flexibilité (on ne se réfugie même plus derrière la flexisécurité à la danoise)
- ....
a écrit le 12/05/2012 à 7:41 :
Cette entreprise fait 2,4 milliards d'euros de profits en 2012. Non pas de CA, mais bien de profits. Il y a sans doute de la marge pour absorber le choc Free sans licencier. Par conséquent, il aurait été utile que la journaliste nous informe sur la réalité de la relation cause-effet avancée par SFR.

Il est dommage que les articles, la plupart du temps, se contentent de : X a dit, et Y a dit pour sa part que. On ne sait qu'en penser, il n'y aucun travail d'investigation là dedans.

Madame l'auteur, les profits de SFR lui permettaient-ils de supporter l'arrivée de Free sans licencier ?

Par ailleurs, pour quelle raison SFR n'a t-elle pas pu retenir ses clients en proposant un avantage autre que le prix. Par exemple, la qualité du service ?
Réponse de le 12/05/2012 à 16:31 :
Vous confondez L' Humanité et La Tribune... la journaliste est "seulement" journaliste ici et non pas éditorialiste...
Réponse de le 13/05/2012 à 6:38 :
@Client
Vous avez en partie raison. Oui, on peut considérer qu'il s'agit de rapporter les faits, tels qu'ils existent en distinguant le fait du commentaire et en s'abstenant de commentaire parce qu'il ne s'agit pas d'un éditorial.

Mais non, si l'on considère que le journalisme est nécessairement de l'investigation et ne consiste pas seulement à rapporter les communiqués de presse de l'entreprise et de ses syndicats (auquel cas un article n'était pas nécessaire, il suffirait d'une section Communiqués de presse dans le journal).

Les syndicats indiquent que SFR tire motif de l'arrivée de Free pour justifier ces licenciements . Il n'est pas nécessaire d'être l'Humanité (personnellement je suis plutôt très à droite) pour poser la question : est-ce vrai ? La question n'est pas de savoir si les licenciements sont justifiés (ce qui serait un jugement politique ou moral que le journaliste n'a pas à faire) mais est -ce qu'effectivement comme l'affirment les syndicats, SFR a utilisé ce motif, j'aimerais le savoir et cela me semble relever du journalisme et non de la politique.

Si tel est est bien le motif avancé par SFR, qu'est-ce que cela signifie ?
L'entreprise est-elle vraiment menacée ou non par Free ?
Autrement posé, lorsque l'on examine ses comptes, SFR joue t-elle sa survie ce qui l'oblige à ces licenciements ou fait-elle plutôt un arbitrage entre maintien de l'emploi et maintien des dividendes. Elle a parfaitement le droit de le faire, mais il faut rappeller qu'il s'agit par ailleurs d'une entreprise qui a un discours public fort en matière de responsabilité sociale. L'entreprise est-elle en cohérence avec ses engagements sur ce point ?


Tout cela me semble très objectif et pas politique du tout.
Réponse de le 13/05/2012 à 11:18 :
Je ne sais pas si vous travaillez dans un entreprise privée ... mais moi oui ... Et de façon proche du monde syndical ... je peux vous dire que dans ce petit monde il n'y a quasiment que la Cgt qui est écoutée par les médias ... Et leurs discours sont toujours les mêmes ... totalement anti entreprise !!! ... Ne croyez pas une seconde qu'ils vont aider les salariés ... Ils aident leur cause politique ... d'ailleurs ils en ont même oublié de rester neutre politiquement en appelant à voter pour le pouvoir maintenant en place ... Tenter de les connaitre un peu mieux, et vous verez qu'ils sont anti entreprise ... (ce n'est même pas seulement anti capitalistes ... lorsque vous êtes recruté vous recevez 6 mois de formation intensive pour apprendre à lutter contre les enfoires de patron ... en plus ce sont des firmations au frais des entreprises ... CFESS et autres ...!!!!)
Réponse de le 13/05/2012 à 21:16 :
Ben, vous avez posé des questions et écrit pour terminer : (...) "Tout cela me semble très objectif et pas politique du tout."

Poser des questions est déjà un acte politique ce qui n' a rien de répréhensible au contraire !

Bien avant vous affirmez aussi que : "le journalisme est nécessairement de l'investigation"

Idem, là encore - et concernant ce genre de sujet trés sensible- l' investigation ne peut être que politique, le journaliste étant aussi un être de chair et de convictions...

La non investigation fait du journaliste un simple porte parole - et à la lecture de cet article, et sans attendre un article plus approfondi bien utile, vos remarques sont juste, cela ressemble à un simple résumé de communiqués de presse.

Mais au vu des différents articles de madame Cuny la qualification de simple porte parole n'est pas juste au vu de l' ensemble de son travail, car il y a au fil de ses articles sur ce sujet ,- sujet que je suis sur plusieurs médias - un travail d' investigation dont l' objet n'est pas in fine, au contraire du journal concurrent, de distribuer gracieusement de discrets mais efficaces (??) coup de brosses à reluire aux opérateurs historiques depuis l' arrivé d' un quatrième opérateur.... le tout afin de préserver les parts de marchés de ses trois là...

L'article se termine par "La CFDT fait valoir qu'un plan social, « même de grande ampleur, ne permettrait pas de protéger la marge de l'entreprise puisque la masse salariale représente moins de 5% du chiffre d'affaires », si l'on exclut les prestataires ou « assistances techniques externes. » " La direction de SFR réagira peut être car c'est un chiffre clef. C'est aussi une façon pour la journaliste de lancer le débat... de toutes les façons politique !

--> Un article intéressant : Free Mobile : l'ANFR valide la couverture et dit pourquoi le gros du trafic passe par Orange


http://www.businessmobile.fr/actualites/free-mobile-l-anfr-valide-la-couverture-et-dit-pourquoi-le-gros-du-trafic-passe-par-orange-39771481.htm
a écrit le 11/05/2012 à 23:05 :
Et Bouygues.. c'est pour quand.??.... mince alors,.... tout ceci c'est la faute au futur ex président qui a eu son "accident vagal" et qui a laissé sa place à Mr Fillon juste à l'instant où le dossier Free était en attente de ... poubelle....mais qui a été récupéré et signé ....Merci Mr Fillon par contre.. le témoin de mariage de NS a sacrément eu les boules ...! lui qui voit les "romanichels" s'installer sur les pelouses de son chateau..
a écrit le 11/05/2012 à 21:27 :
aucun freenaute dispo pour dire que ceux qui travaillent chez sfr, ' c'est des pigeons'?... bon, je repasse un peu plus tard...
Réponse de le 12/05/2012 à 11:15 :
Je pense que tous ceux qui ont été virés en 2008 des centres d'appel SFR de Lyon, Poitiers et Toulouse parce que SFR voulait gagner plus, vous le diront !!!!!!
Réponse de le 12/05/2012 à 11:15 :
Je pense que tous ceux qui ont été virés en 2008 des centres d'appel SFR de Lyon, Poitiers et Toulouse parce que SFR voulait gagner plus, vous le diront !!!!!!
Réponse de le 12/05/2012 à 13:14 :
Comment ça c'est des pigeons ???
Réponse de le 12/05/2012 à 15:57 :
j'aurais plutôt choisi le terme de 'citrons', mais churchill voulait sans doute rebondir sur le terme employé lors du lancement de Free mobile, pour évoquer les clients SFR !!!
a écrit le 11/05/2012 à 19:52 :
Et oui..! les joies de la concurrence libre et non faussée...du libéralisme.... de la saine course au " pouvoir d' achat "n'est ce pas...Mais qu'elle est belle la guerre economique !
Réponse de le 11/05/2012 à 20:20 :
Il faut dire également que SFR a remporter récemment un appel d'offres national de l'Etat et qu'il a du casser ses prix pour y parvenir. Il faut bien que quelqu'un paye quelques part.
a écrit le 11/05/2012 à 19:50 :
Normal. Sarkosy avait aussi dit que ce serait de la faute de Hollande s'il perdait. Le problème, c'est les autres.
a écrit le 11/05/2012 à 19:13 :
C'est "Le Pompon" !
comme pub ! on aura tout vu !... " votre lettre de licenciement ... mais c'est free pas nous !!!"
a écrit le 11/05/2012 à 19:08 :
"SFR met son futur plan social sur le compte de Free".... pourquoi pas non plus sur le compte de la météo !!!!!!!!!!!? ou Hollande ... ou sarkozy ?
a écrit le 11/05/2012 à 18:27 :
C'est la concurrence, à la direction de SFR de plancher sur des offres qui pourraient attirer voir retenir les consommateurs !
a écrit le 11/05/2012 à 17:36 :
Quel toupet! Une entreprise qui ne sait pas gérer le présent (efficacité dans les processus de travail, coûts compétitifs, souplesse d'adaptation, etc.), développer de nouvelles offres commerciales ou technologiques pour le moyen/long terme prend effectivement un grand coup sur la tête dés que le marché est chahuté par l'arrivée d'un nouveau développement, d'un concurrent, etc. C'est ce qui arrive à SFR. Ce n'est pas à Free à qui il faut qu'elle s'en prenne, mais à elle même...Ca m'en dit long sur ce qu'était la robustesse et la compétitivité de SFR...
a écrit le 11/05/2012 à 16:56 :
Bien sur que c'est Free qui est responsable chez SFR des prix élevés, de la mauvaise gestion, des hauts salaires des dirigeants, du sur-emploi .. etc etc. J'ai l'impression de revenir en arrière quand Free a fait "le coup" avec France Télecom.!!! Par contre, merci à Free d'avoir fait baisser les tarifs .. baisse de qualité..? on verra après leur mise au point dans 1 an quand ils auront accès au 900 Mhz....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :