Alcatel-Lucent, rattrapé par son bilan, envisage de céder encore des actifs

Après le plan social de 5.490 suppressions de postes, dont 1.430 en France, l'équipementier télécoms, qui a brûlé 1 milliard de trésorerie depuis janvier, réfléchit à la vente d'activités comme les câbles sous-marins, les matériels de téléphonie pour entreprises ou les systèmes de radiofréquences pour assainir sa situation financière.

4 mn

Ben Verwaayen, directeur général d'Alcatel-Lucent. Copyright Reuters
Ben Verwaayen, directeur général d'Alcatel-Lucent. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Quatre ans après son arrivée à la tête d'Alcatel-Lucent, le directeur général Ben Verwaayen est obligé de reconnaître que l'équipementier télécoms est toujours en phase de «transformation»: l'entreprise a publié sa deuxième perte d'exploitation trimestrielle d'affilée et une perte nette de 112 millions d'euros au troisième trimestre (voir les résultats). «Heureusement, nous commençons le quatrième trimestre, qui est traditionnellement le plus fort», confie-t-il à La Tribune. «Fin 2011, nous avions dégagé un profit de 4%. J'avais dit que 2012 serait meilleur que 2011. C'est très dommage, nous sommes dans une situation totalement différente. Nous ne sommes pas les seuls à avoir des problèmes. Mais la situation du marché n'est pas une excuse», affirme-t-il. Problème: Alcatel-Lucent a brûlé 1,03 milliard d'euros de trésorerie depuis le début de l'année, dont 360 millions sur le seul troisième trimestre. Le groupe, qui espère revenir en situation de trésorerie nette positive en fin d'année, est obligé de prendre des mesures pour renforcer son bilan pour faire face aux 2,2 milliards de dettes à rembourser d'ici à 2015.

La vente des divisions câbles et entreprises rapporterait au moins 400 millions d'euros
«Nous étudions différentes alternatives», indique Ben Verwaayen, qui refuse de commenter les possibles «cessions d'actifs non stratégiques» envisagées. Pourtant les rumeurs fleurissent. En particulier sur les activités de câbles sous-marins et celles de matériels pour entreprises, qui ont été placées sous la supervision directe du directeur financier Paul Tufano en septembre. Ce dernier a indiqué lors d'une conférence téléphonique vendredi que parmi les alternatives possibles étaient envisagées une restructuration de la dette ou une injection de liquidités, y compris au travers de cessions d'actifs. Après la vente de Genesys (logiciels pour centres d'appels) à Permira pour 1,5 milliard de dollars l'an dernier, Alcatel-Lucent pourrait récupérer 250 millions d'euros de celle de la division Entreprises selon Oddo, beaucoup plus de l'optique sous-marine (600 millions d'euros). Goldman Sachs évalue de son côté le produit de la vente des deux actifs (entreprises et câbles sous-marins) à au moins 400 millions d'euros. Un bol d'oxygène permettant de relâcher la pression sur le bilan. Une autre activité, la filiale RFS (Radio Frequency System, née de la fusion de Kabelmetal, Cablewave et CPC) qui fabrique des câbles, antennes et systèmes de radiofréquences, ferait aussi partie des candidats possibles à une cession.

Le cash des brevets toujours attendu
A moins qu'une autre entrée de cash attendue depuis plusieurs mois par les analystes et les investisseurs se matérialise enfin: la monétisation des 29.000 brevets d'Alcatel-Lucent, qui pourrait rapporter plusieurs centaines de millions d'euros. «Nous avons eu des opportunités de conclure des transactions, mais à un prix qui n'était pas acceptable. Nous ne voulons pas accorder de licences à n'importe quel prix. Nous avons donc changé de tactique», explique Ben Verwaayen, qui a modifié son contrat avec son courtier RPX pour traiter en direct et n'exclut pas de se montrer plus offensif en attaquant des sociétés qui enfreindraient la propriété intellectuelle du groupe. En attendant, ce taux de «cash burn», inquiète les investisseurs: l'action Alcatel-Lucent a plongé de 6,4% vendredi à 0,77 euro et ne pèse plus que 1,8 milliard d'euros en Bourse. C'est le titre le plus vendu à découvert du marché parisien. Il a perdu les deux tiers de sa valeur depuis l'arrivée de Ben Verwaayen en septembre 2008.

Plan social: la France touchée «pas plus que nécessaire»
Sur le plan social, alors qu'Alcatel-Lucent va supprimer 1.430 postes en France sur 5.490 éliminés dans le monde dans le cadre du «Programme performance» de réduction de coûts, le directeur général affirme que «la France est touchée mais pas plus que nécessaire. Nous supprimons beaucoup de postes administratifs, or notre siège social est à Paris. Même après ces réductions, nous y aurons encore plusieurs milliers de postes» (environ 7.500). «Nous avons fait du bon travail du côté des réductions de coûts mais cela ne suffit pas. Il faut aussi améliorer le portefeuille de produits et le mix de contrats, mais à court terme cela se traduit par une baisse de la marge», fait-il valoir.
 

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 08/11/2012 à 10:33
Signaler
La leçon à tirer de tous ces errements c'est qu'il est plus que temps de changer de direction.

à écrit le 06/11/2012 à 16:14
Signaler
Il est devenu urgent de faire sortir ALU du CAC40 car il peut rester longtemps dans cette zone de "penny stock" et même en mourir tout en faisant les choux gras des spéculateurs. Quand on envisage de vendre les bijoux de famille c'est bradé et jamais...

à écrit le 05/11/2012 à 11:12
Signaler
Le futur de l'action est toujours donné à la baisse . Un cabinet la donne désormais à 0,45 euro. Le plan de restructuration ne semble pas suffisamment "ambitieux". Quant à un hypothétique plan de conquête il reste à inventer. Gageons que les salariés...

à écrit le 04/11/2012 à 10:36
Signaler
Quelle est la valeur des actifs à céder, activité Entreprises et câbles sous-marins 400 ou 800 millions ? Ce serait intéressant d'avoir la valorisation d'Avaya qui est issue de l'activité Entreprise de Lucent.

à écrit le 03/11/2012 à 21:22
Signaler
Serge Tchuruk, l'adepte de l'entreprise sans usine... Je ne comprenais pas à l'époque l'intérêt; lui non plus apparemment. Et dire que sur wikipedia , on le taxe d'homme d'affaire ....

à écrit le 03/11/2012 à 16:40
Signaler
Pierre Suard avait construit Alcatel...... Serge Tchuruk qui n'y comprenait rien, l'a mis en déroute, Patricia a raflé ce qui restait, et Ben s'occupe des funerailles, lui qui ne connait pas grand chose ! les trois derniers, malgré leur manque de pe...

le 03/11/2012 à 19:07
Signaler
votre commentaire est court mais tout est compris. Reste un sujet pourquoi aucun actionanire, syndicats ne portent pas devant les tribunaux les années Tchuruk et ses conseils d'administration, il y forcément dans notre code compliqué mais avec tellem...

à écrit le 03/11/2012 à 16:19
Signaler
20 ans qu'Alcatel se restructure, et 20 ans qu'Alcatel perd de l'argent année après année. 20 ans d'errements stratégiques, de théories foireuses (ah, le fameux "groupe sans usine" cher à Tchuruk !), d'insuffisance de R&D et de retard technologique q...

à écrit le 03/11/2012 à 15:16
Signaler
Alcatel a servi de voiture balai pour toute une partie de la vieille industrie européenne puis américaine : reprendre des entreprises, les réorganiser pour amortir leur descente, concentrer les équipes, vendre en retour aux groupes constitués pour le...

le 03/11/2012 à 15:56
Signaler
C'est donc vous le conseiller de Montebourg ?

le 04/11/2012 à 21:37
Signaler
Et oui, corso est également un patriote qui connaît parfaitement l'avenir glorieux de l'industrie française en spécifique et en général;-)

le 04/11/2012 à 21:37
Signaler
Et oui, corso est également un patriote qui connaît parfaitement l'avenir glorieux de l'industrie française en spécifique et en général;-)

à écrit le 03/11/2012 à 9:29
Signaler
Le plus sage serait de liquider..ALU n'aura été profitable qu'à des cadres trop grassement payés. Une destruction de valeur phénoménale pour les actionnaires.

à écrit le 02/11/2012 à 21:13
Signaler
Au vue des resultats d'alcatel depuis 10 ou 15 ans, le mieux est sans doute de vednre par appartement pour adosser les différentes activitées à des repreneurs, et de sauvegarder ensuite les brevets dans une structure adéquate. Cette société est en fa...

le 02/11/2012 à 21:34
Signaler
Cette société ne vaut plus rien ! Write off

à écrit le 02/11/2012 à 18:46
Signaler
Ah oui, Montebourg; Bientôt il va nous présenter les plans sociaux d'une manière ordonnée, sur cinq an. Pour que cela colle au quinquennat. Façon URSS.

à écrit le 02/11/2012 à 18:13
Signaler
On attend Montebourg. Il sait tout et a tout compris...

à écrit le 02/11/2012 à 17:52
Signaler
ALCATEL est un dinosaure par rapport à CISCO !!!!!

le 03/11/2012 à 11:40
Signaler
Contrairement à Cisco, Alcatel n'a pas su valoriser ses acquisitions US, Xylan, Packet Engines et TiMetra, dans le switching et les routeurs IP. La force de Cisco vient de son développement dans le marché entreprise du LAN qui a une taille plus impor...

à écrit le 02/11/2012 à 17:46
Signaler
ALCATEL... au fil du temps... ça toujours été une valeur pourrie .... donc aucune confiance !

à écrit le 02/11/2012 à 17:18
Signaler
Alcatel va finir comme Nortel: en faillite !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.