SFR grille la concurrence dans la course à la 4G

 |   |  1017  mots
(Crédits : DR)
L'opérateur est le premier à lancer une offre commerciale grand public de la 4e génération de téléphonie mobile, à Lyon, dès cette semaine. Il espère faire remonter les prix par rapport au nouveau standard imposé par Free autour de 20 euros.

Dans la course que se sont livrés les trois opérateurs historiques depuis six mois, c'est SFR qui l'emporte au finish. La filiale de Vivendi est le premier opérateur à lancer la 4G commercialement ce jeudi dans une ville de France, Lyon. «La 4G, nous ne la lançons pas que pour les entreprises ou quelques happy few, mais pour tous les publics», fait valoir le PDG, Stéphane Roussel, en référence à son concurrent Orange, qui a lancé la 4G dans quatre villes la semaine dernière, dont Lyon, mais seulement pour ses clients entreprises avec une seule offre pour tablette, mais aussi à Bouygues Telecom qui mène depuis juin une expérimentation à Lyon avec quelques centaines d'utilisateurs sans offre commerciale. Silence radio du côté de Free Mobile qui a communiqué jusqu'à présent sur un lancement «en 2013». Aux yeux de Stéphane Roussel, «c'est déterminant pour nous d'être le premier sur la 4G en termes d'image, en interne et en externe, pour montrer que l'on met toute notre énergie sur le réseau.» Le PDG rappelle que SFR était déjà «le premier à lancer la 3G en juin 2004», à l'époque dans trois villes (Paris, Lyon, Toulouse). Il est cependant conscient que l'opérateur ne sera «pas tout seul pendant un an»: Orange ouvrira son offre grand public 4G en avril, dans dix villes. Outre Montpellier le 18 décembre, SFR ouvrira Lille, Marseille, Strasbourg et Toulouse au premier semestre 2013.

«A Paris au mieux à l'automne 2013»
Mais à Paris ce sera «au mieux à l'automne 2013, fin 2013», reconnaît Stéphane Roussel, du fait du retard pris dans les discussions avec la mairie, débloquées mi-septembre. A Lyon, les boutiques SFR, habillées pour l'occasion de banderoles «Lyon déjà 4G», commercialisent d'ores et déjà trois smartphones compatibles (Galaxy SIII de Samsung, HTC One X et Razr HD de Motorola, entre 80 et 200 euros avec subvention) et des forfaits démarrant à 49,99 euros par mois (avec engagement de 24 mois). Ce sont les abonnements «formules carrées» classiques: il n'y a pas de surcoût pour la 4G. Mais ce sont les forfaits haut de gamme (avec illimité voix et SMS) de l'opérateur: la 4G ne sera par exemple pas proposée dans les séries Red, l'offre low-cost de SFR vendue uniquement en ligne. «La 4G c'est un peu comme le passage du noir et blanc à la couleur, c'est de l'instantané incroyable», s'émerveille Stéphane Roussel. Comme avec la 3G et la «visio» (un flop retentissant, faute de terminaux adaptés à l'époque), l'opérateur met en avant les appels vidéo, avec Tango «la meilleure appli du marché», selon le directeur général grand public et professionnel, Frank Cadoret, qui est utilisée par 76 millions de personnes dans le monde dont 4 millions en France (sous iPhone ou Android). Autres arguments commerciaux: le confort de la vidéo en HD, le partage instantané de photo, le téléchargement d'applications en quelques secondes et plus généralement surfer aussi vite voire plus qu'à la maison (théoriquement jusqu'à 100 Mb/s).

Un doublement de la consommation de data attendu
Frank Cadoret s'attend à un doublement de la consommation de «data», d'Internet mobile avec la 4G. Actuellement, un utilisateur d'iPhone 5 consomme en moyenne 900 Mo par mois, contre 600 Mo deux ans auparavant pour celui de l'iPhone 4 et 350 Mo seulement pour celui du 3GS. «Aujourd'hui, seuls 5% de nos clients dépassent 1 Go par mois. Avec la fluidité de la vidéo que permet la 4G, nous pensons que cela va exploser», confie-t-il. Or les forfaits de SFR ne sont pas très généreux en data : seulement 2 Go pour celui à 50 euros, puis 4Go (70 euros) et 6Go (90 euros) quand l'américain AT&T propose jusqu'à 20 Go (pour 200$...). Toutefois, l'opérateur français n'exclut pas de réviser à la hausse par la suite le «fair use» (le niveau d'usage raisonnable). «On offre une expérience unique pour un prix qui reste raisonnable», plaide-t-on chez SFR.

Prendre en tenaille Free Mobile
Au vu d'études réalisées auprès des consommateurs, le numéro deux français des télécoms, avec près de 21 millions de clients mobiles, est convaincu que les clients ne s'intéressant qu'aux prix ne seront pas la majorité : ils ne pèseraient actuellement «que 6% du marché, si l'on additionne les clients de Free Mobile qui paient vraiment, pas zéro ou 2 euros, soit environ 2 millions, ceux de Red, de Sosh, de B&You. Ce n'est pas la ruée», considère un des dirigeants de l'opérateur. Sur ce segment, avec sa série Red, il a décidé de s'aligner sur Free Mobile (19,99 euros) en proposant « le même prix avec un meilleur réseau», et même de «casser les prix», avec une offre à 4,99 euros (100 minutes et 100 SMS) : comme Bouygues avec son offre illimitée B&You à 9,99 euros sans data, l'idée est de «prendre Free à son propre jeu, en se bagarrant sur les prix.» Avec la 4G, en revanche, SFR suit «une stratégie de valeur», explique l'opérateur : «on sait qu'on peut remonter les prix par rapport au 19,90 euros», en misant sur «les gens prêts à payer 50 euros» à savoir les accros aux smartphones, prêts à débourser 25 euros par mois en plus du forfait pour avoir le dernier modèle (ce serait 11% du marché), les ultra-connectés prêts à mettre 30 euros pour un accès data (11% du marché aussi) et les clients exigeant le meilleur des services. En proposant d'un côté aux plus technophiles la 4G et les smartphones dernière génération et de l'autre des prix cassés avec sa marque low-cost, SFR espère sans doute prendre en tenaille Free Mobile et restreindre l'espace économique de ce dernier. Mais il reste au quatrième opérateur plusieurs cartes à jouer, en particulier la possibilité de dégainer de nouveaux forfaits intermédiaires (entre 5 et 10 euros) ou de mettre le turbo sur la construction de son réseau, 3G et 4G. «Free sera obligé de changer de braquet», prédit-on chez SFR.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2012 à 20:42 :
La 4 g
tout ca pour regarder des videos debiles sur youtube
a écrit le 01/12/2012 à 20:17 :
Sfr de c beau telephone magnifique
a écrit le 01/12/2012 à 19:24 :
4G 4G... Savez vous que la véritable 4G, est une norme qui garanti normalement 1gigabit/sec? Ce qu'on nous vend pour de la 4G n'est en réalité qu'une évolution (intéressante il est vrai) de la 3G: le LTE.
Tout est bon pour vendre...
Réponse de le 01/12/2012 à 21:11 :
il faudra revoir vos cours.
la 3G c'est l'UMTS débit 1à 2MB
La 4G c'est en effet le LTE qui pourra aller jusqu' 1Gb/s mais qui permettra 100Mb/s thoérique même si si nous en avons le 1/2 soit 50Mb/s c'est loin de vos propos ainsi que des premiers essais et témoinages !!!
Réponse de le 02/12/2012 à 9:35 :
Il me semble avoir lu que le LTE est aussi appelé 3,99G. 4G correspondant au LTE advance.
Réponse de le 02/12/2012 à 12:50 :
Là vous entrez vraiment dans les détails.
En effet nous sommes actullement en LTE advanced qui ne répond pas encore tout à fait aux spécifications 4G et donc appelé 3.9G. mais qui n'a absolument rien à voir avec du 3G ou du 3G amélioré cf Pl014. l'UMT et le LTE sont 2 standards totalement différents tant sur l'explotation et les débits : c'est surtout celà que je voulais signaler.

.

a écrit le 30/11/2012 à 17:05 :
Plusieurs acteurs de la téléphonie low cost atomisent les prix des smartphones. Il y a maintenant une entrée de gamme à 100 ?. Il y a une volonté de la part des gros du secteur (bouygues, orange, sfr) à basculer un max de monde vers les smartphones afin de les rendre captif.
Un excellent article sur ce sujet :
http://www.silicon.fr/les-operateurs-low-cost-atomisent-les-prix-des-smartphones-android-81460.html
Réponse de le 01/12/2012 à 20:40 :
Tu vas sur c discount des smartphones a 100 boules tu en as des masses
a écrit le 30/11/2012 à 15:58 :
La 4G est la réponse des opérateurs historiques qui continuent à investir, innover et bâtir les réseaux d'avnir aux opérateurs coucous ( vodafone -illiad ...) qui prospérent et utilisent les reseaux des autres sans avoir investi, sans risque et qui plus est ont le culot de se plaindre de monopoliser le marché...
Qui est donc responsable de la déstabilisation du secteur des télécommunications ?
Qui rembourse encore l'énorme dette de france télécom?
Ou passe donc la majorité de vos données si ce n'est sur le cuivre et la fibre possession et entretenu et loué à prix coutant par france télecom !

L'introduction d'un 4 éme opérateur a été une ENORME erreur
l'impression d'avoir fait une économie immédiate sera largement perdu par le retard que nous prenons sur le développement dans le secteur des télécommunications alors que nous avions de l'avance sur le plan international

Ne nous laissons surtout pas impressonner à nouveau par le chantage de vodafaone et cette politique low cost qui est un nivellement de la qualité par le bas.





Réponse de le 01/12/2012 à 14:10 :
Le quatrième est surtout un formidable alibi pour mettre des salarié s dehors.
Quand on voit les prix pratiqué s maintenant. Et ceux d il y a un an la différence. Est énorme.
Réponse de le 01/12/2012 à 17:28 :
Pas un alibi, une conséquence, Free va vous soutenir qu'il a créé plus d"emploi que cettee politique low cost en a détruit : FAUX il y a une excellente étude du syndicat des cadres CGE qui démontre que le retard d'unvestissement dans l'innovation et l'investissement dans les réseaux de demain , ainsi que tous les moyens qui ne sont pas mis aujourd'hui à cause de cette concurrence outrancière et qui ont pour conséquence de " mettre des salariés dehors" ne permettront pas de réduire des tarifs sur des produits plus performants de demain.
Pensons aussi que FT est une entreprise internationale et que nous avos un déficit commerciall de 73G?
Et pendant ce temps Free joue les coucous et n'investit pas dans les technologies de demain : Vos trouvez cela normal , ?
Réponse de le 12/01/2013 à 1:58 :
Naïf ou menteur ?
a écrit le 30/11/2012 à 9:52 :
Votre article ne parle pas de la manifestation de plus de 150 Salariés SFR présents lors de l'ouverture de la 4G. Plan de départ Volontaire de + de 1100 Salariés. La 4G c'est une révolution, les débits sont hallucinants mais supprimés des postes en même temps c'est encore plus hallucinants.
Réponse de le 01/12/2012 à 14:08 :
C est pas faut
a écrit le 30/11/2012 à 9:10 :
4G... Inutile! Je suis chez free, sur Paris. Free a commencer a installer des bornes wifi un peu partout dans la capitale. L'avantage, c'est qu'il n'y y as pas besoin de faire de manipulation pour s'y connecter... Tout ce fait automatiquement, comme au US... Du coup, la 4G peux rester a Lyon, ce ne changeras pas ma vie. Et pourtant, je suis un tres gros consomateur de DATA....
Réponse de le 30/11/2012 à 9:24 :
Sauf que les debits des hotspots wifi sont beaucoup moins bons qu'avec la 4G... D'ailleurs pourquoi auraient-ils deployés lq 4G aux US si les hotspots WIFI étaient si formidables. Bref gros consommateur ne veut pas dire geek...
Réponse de le 30/11/2012 à 9:35 :
Au USA les reseau mobile sont en retard par rapport a l europe, y a encore des zone meme pas en 2G et pour finir ce qu ils installent a deja ete denonce par des utilisateurs comme de la faut 4G
Réponse de le 30/11/2012 à 9:35 :
Au USA les reseau mobile sont en retard par rapport a l europe, y a encore des zone meme pas en 2G et pour finir ce qu ils installent a deja ete denonce par des utilisateurs comme de la faut 4G
a écrit le 30/11/2012 à 7:23 :
La 4 G ? La belle affaire. Quand on voit que dans beaucoup d'endroits en France, on capte en EDGE !
a écrit le 30/11/2012 à 7:01 :
Et alors?
C est important?
a écrit le 29/11/2012 à 23:19 :
C'est sur qu'avec la crise actuelle tout le monde va payer 100? par mois pour visionner des vidéos sur un minuscule écran de smartphone !....
a écrit le 29/11/2012 à 22:44 :
Remarquez l'usage moyen qui est grosso modo entre 500mo et 1go... comme par hasard les offres carres passent de 500mo a... 2GO avec rien entre...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :