Stéphane Richard maintenu (sans surprise) PDG d'Orange

Sans surprise après les propos de François Hollande dimanche, le conseil d'administration extraordinaire réuni ce lundi après-midi a confirmé le dirigeant, mis en examen pour « escroquerie en bande organisée » dans l'affaire Tapie, dans ses fonctions à la tête de l'opérateur télécoms. Mais pas à l'unanimité, le syndicat Sud ayant voté contre.
Le PDG d'Orange, Stéphane Richard. Copyright Reuters
Le PDG d'Orange, Stéphane Richard. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

L?issue était prévisible après les propos du Président de la République dimanche soir sur l?avenir de Stéphane Richard à la tête d?Orange. Le PDG de l?opérateur télécoms, dont l?Etat détient 27% du capital, a bien été maintenu dans ses fonctions, malgré sa mise en examen la semaine passée pour « escroquerie en bande organisée » dans l?affaire de l?arbitrage de Bercy en faveur de Bernard Tapie, lorsque Stéphane Richard était directeur de cabinet de la ministre de l?Economie Christine Lagarde. Le conseil d'administration du groupe France Télécom, qui sera rebaptisé Orange le 1er juillet, « a décidé de renouveler sa pleine confiance à Stéphane Richard pour continuer à relever, avec la même énergie, les nombreux défis d'Orange, dans l'intérêt de l'entreprise, de ses salariés, de ses clients et de ses actionnaires » indique le communiqué. Mais pas à l'unanimité : la représentante de Sud a voté contre, comme le syndicat l'avait laissé entendre la semaine dernière en refusant toute « union sacrée », celle de la CGT s'est abstenue. Dans un communiqué, la fédération de la CGT du secteur poste et télécoms (CGT FAPT) avait affirmé la semaine dernière qu?elle « ne soutenait pas la stratégie de la direction de France Télécom » et entendait « la combattre. »  

Une mission confiée à un administrateur indépendant
Le conseil d?administration « a écouté Stéphane Richard sur la situation le concernant dans l?affaire CDR-Tapie, puis la Présidente du Comité de Gouvernance sur les éventuelles conséquences pour la gouvernance de l?entreprise » et a estimé « que les mesures judiciaires affectant Stéphane Richard ne remettent pas en cause la capacité du Président-Directeur Général à assumer pleinement et efficacement la direction d?Orange, et continuera à s?en assurer à l?avenir. Il a confié à Bernard Dufau, administrateur indépendant, une mission à cette fin. » Bernard Dufau, 71 ans, est l?ancien PDG d?IBM France, il siège également au conseil de Dassault Systèmes: il aura donc la lourde responsabilité de s'assurer que les rebondissements de l'affaire ne polluent pas l'activité du patron. Dimanche, François Hollande avait déclaré « je ne veux rien faire qui déstabilise cette entreprise. Tant qu'il peut être dirigeant sans que la procédure judiciaire l'entrave, il le restera. » L?Etat dispose de trois sièges au conseil d?administrateurs (deux pour l?APE et un pour le FSI) sur 15 membres dont Stéphane Richard.

Le sanctionner aurait été « une erreur » pour la CFDT
La CFDT, dont l?un des représentants siège au conseil et avait insisté sur la présomption d?innocence, a aussitôt réagi : « cela aurait été une erreur de la part du conseil de le « sanctionner » alors qu?il a apaisé le climat social par une politique volontariste de dialogue contractualisée par de nombreux accords », soulignant que « c'est en 2014 que le mandat de Stéphane Richard arrivera à échéance : ce sera le moment de faire un vrai bilan social et économique de son action. » Le syndicat appelle à « se remettre au travail. » De son côté, la CFE-CGC-UNSA, qui redoutait « une déstabilisation majeure » de l?entreprise, s?est « félicitée » du maintien de Stéphane Richard : « en cette période difficile, il était nécessaire de placer l?intérêt de l?entreprise au-dessus de l?exploitation politicienne d?affaires judicaires dans lesquelles notre entreprise n?est pas concernée. »
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 20/06/2013 à 19:09
Signaler
Je ne le retiens pas, mes actions ont chuté, heureusement que je les ai payé moitié prix et qu'on me les double, sinon...

à écrit le 18/06/2013 à 18:15
Signaler
@@preuve (Je me répète) Pas du tout, Tapie a monté un prêt syndiqué auprès d'un pool bancaire à majorité étrangère (banques allemandes et japonaises), et à minorité française avec la SdBO, filiale à 100% du Crédit Lyonnais.

à écrit le 18/06/2013 à 13:55
Signaler
Où l'on constate une très grande convergence de vue entre les administrateurs indépendants (7) et les administrateurs représentant l'Etat (3) au sein du conseil. Un exemple de plus de la faible pertinence de gouvernance dans les entreprises...

à écrit le 18/06/2013 à 8:51
Signaler
Stéphane Richard à la tête d?Orange ou Stéphane Richard a une tête d?agent secret français?

à écrit le 18/06/2013 à 8:15
Signaler
Un individu n'ayant aucune connaissance en technos Telecom, mis à la tête de cette entreprise par copinage dans l'oligarchie Française. Le Système Français ressemble de plus en plus à la Russie.

à écrit le 17/06/2013 à 21:35
Signaler
L'immobilier est bien plus important. Après la prise du gouvernement par le PS, nous avons mis les propriétaires à la porte. Les propriétaires sont toujours inquiets. Il faut savoir que les communistes et PS ont toujours été contre les propriétaires,...

à écrit le 17/06/2013 à 21:35
Signaler
Hollande ne fait que prendre un otage en attendant que les Taxes Rangers de Valls aient cerné Nick Dalton et ses frangins dans K.O. Corral.

à écrit le 17/06/2013 à 20:06
Signaler
mis en examen semaine passée pour « escroquerie en bande organisée » dans l?affaire de l?arbitrage de Bercy en faveur de Bernard Tapie, lorsque Stéphane Richard était directeur de cabinet de la ministre de économie Christine Lagarde -------- il fut n...

à écrit le 17/06/2013 à 19:44
Signaler
Vous avez donc la preuve que l'arbitrage est totalement légal. Tapie à gagné face aux escrocs du Lyonnais c'est pas compliqué à comprendre !

le 18/06/2013 à 6:59
Signaler
Oui il a gagné 45 millions d'euros pour préjudice moral. Soit 1500 fois le préjudice moyen pour la perte d'un conjoint par exemple. Et 45 fois plus que Dills qui a passé 17 ans en prison suite à une erreur judiciaire. Quel beau "héros" en effet ! Enf...

le 18/06/2013 à 7:28
Signaler
Le lyonnais n'avait qu'à lui payer SA plus value il y a 20 ans ! C'est amusant l'incapacité des gens de remettre le contexte ! Maintenant on sort des grandes tirades "1500 fois ceci" , ou "héros" ... la faute revient aux socialos des années 90, le Ly...

le 18/06/2013 à 7:50
Signaler
Tapie n'a pas déboursé un sou de sa poche pour acheter Adidas : il a tout emprunté au crédit lyonnais. Comme il était grand copain avec le décoré de la francisque (avant de virer à droite sur le tard comme tous les soixante-huitards) il n'a même jama...

le 18/06/2013 à 7:58
Signaler
Mon cher "Preuve", votre raisonnement est parfaitement inutile dans la mesure où l'instruction ne fait que commencer. Comme vous n'avez aucun pouvoir judiciaire, vous n'êtes ni juge, ni procureur, vos affirmations péremptoires ne servent à rien, si c...

à écrit le 17/06/2013 à 18:21
Signaler
Tout se règle dans les loges... Il n'y alors ni gauche ni droite. On ne touche pas à un Frère.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.