Selon Montebourg, Vivendi préfère "coûte que coûte" vendre SFR à Numéricable

 |   |  371  mots
Selon Arnaud Montebourg, la préférence de Vivendi pour la vente de SFR va à Numericable, pas à Bouygues. (DR)
Selon Arnaud Montebourg, la préférence de Vivendi pour la vente de SFR va à Numericable, pas à Bouygues. (DR) (Crédits : Reuters)
Alors que les dirigeants de Vivendi se réunissent ce vendredi pour décider de l'avenir de leur filiale SFR, le ministre du Redressement productif, favorable à l'offre de rachat déposée par Bouygues, a annoncé que Numéricable tiendrait la corde.

Arnaud Montebourg a-t-il voulu griller la politesse aux dirigeants de Vivendi? Le ministre du Redressement productif a annoncé vendredi sur Europe 1 que ces derniers, qui doivent se réunir dans la journée pour un conseil de surveillance qui scellera le sort de SFR, préféraient l'offre de rachat de Numéricable à celle de Bouygues.

"J'ai cru comprendre que les dirigeants de Vivendi ont décidé coûte que coûte de vendre SFR à Numericable", a dit Arnaud Montebourg sur la radio Europe 1. Jeudi soir, une source proche du conseil indiquait que « Jean-René Fourtou penche depuis le début pour la solution Drahi-Numericable et il est possible qu'il ne s'attache qu'à un élément : quel projet peut être bouclé le plus vite possible, avant l'assemblée de juin où il cèdera sa place à Vincent Bolloré. »

"Problème fiscal"

Le ministre, qui a à plusieurs reprises manifesté sa préférence pour l'offre concurrente de Bouygues, estime que celle de Numericable, détenue par Patrick Drahi, pose des problèmes fiscaux ainsi que de concurrence dans le domaine du câble:

Il y a un problème fiscal puisque Numericable a une holding à Luxembourg, son entreprise (de Patrick Drahi, ndlr) est cotée à la Bourse d'Amsterdam et sa participation personnelle est à Guernesey et que lui-même réside en Suisse.

>> Lire : Le plan Très haut débit, l'autre bras de fer entre Bouygues et Numericable

Bataille pour le N°2 français de la téléphonie

Vivendi réunit ce vendredi un conseil de surveillance décisif pour examiner les deux offres déposées pour le rachat de sa filiale de téléphonie fixe et mobile SFR, une transaction qui pourrait chambouler le paysage du marché français des télécoms, le troisième plus gros en Europe.

Dans la bataille qu'ils se livrent pour mettre la main sur le numéro deux français de la téléphonie mobile, le groupe de BTP et de communication Bouygues et le câblo-opérateur Numericable ont tous deux relevé mercredi en fin de journée leur offre.

> Ecouter l'interview d'Arnaud Montebourg sur Europe 1

>> Lire : Numericable (aussi) a relevé son offre sur SFR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2014 à 18:00 :
Les administrateurs peuvent se faire en actions cotées avec une belle plus-value de vue.
Pour la nationalité, encourager l'implantation des entreprises en France au lieu de les chasser.
a écrit le 15/03/2014 à 11:58 :
Avant le jeu des chaises musicales, les administrateurs veulent passer à la caisse. Et ce sera totalement intraçable, vu que toutes les affaires de ce monsieur Drahi sont dans des paradis fiscaux.
a écrit le 15/03/2014 à 7:50 :
Comment faire pour virer tous ces politiques incompetents avec un ego surdimensionné (comme leur poches) qui se melent de tout vive le stalinisme....et le resultat est le meme France pillée par les politiques et financiers...et les autres
Réponse de le 16/03/2014 à 9:45 :
C'est pas possible, on a viré la guillotine et la seule possibilité qu'est le vote blanc n'est pas reconnu...
a écrit le 15/03/2014 à 4:10 :
Les grandes idées de nos politiques de droite comme de gauche ont une résonance dans les chiffres 2000 milliards de dette et 5 millions de chômeurs toute catégorie confondue. Nos politiques ont une connaissance de l'Entreprise qui se limite à une visite du bulletin de vote mais certainement pas au mangement de celle-ci. Mais il ne faut pas oublier non plus que nos industriels aiment bien venir parfois lécher la main du politique pour quémander une aide.
a écrit le 14/03/2014 à 21:17 :
Montebourg doit fermer sa bouche!
Il veut choisir a la place de vivendi!
Je suis choqué
a écrit le 14/03/2014 à 17:32 :
numéricable s'est fait un trésor de guerre grâce au monopole que lui a autorisé le régulateur via ses 4 millions de prises FTTLA qui n'offrent pas l'accès aux autres FAI (monopoles pourtant interdits depuis 1996 et position hyperdominante en THD qui fait qu'il aurait du être dégroupé depuis très longtemps), ce qui lui permet de s'offrir un opérateur concurrentiel investisseur "rubis sur ongle"!!!! il y a l'affichage concurrentiel et le marché administré qui donne des avantages aux uns et en entravent d'autres, où tout se négocie....étrange pays qui se dit de droit !
Réponse de le 14/03/2014 à 17:44 :
Vous démontrez là comme notre cher (couteux) ministricule du redressement viagral toute votre méconnaissance de ce dossier. SFR et Bouygtel sont deux clients de l'infrastructure de Numericable "dégroupée". Il n'y a pas eu besoin de réglementation pour celà, simplement de bon sens économique entre acteurs industriels... Orange de son coté n'en avait pas besoin.
a écrit le 14/03/2014 à 17:31 :
on continue de se regarder le nombril du marché hexagonal télécom (très administré et non concurrentiel) comme si on était seuls. Le marché est mondial comme dans les autres domaines, ce qui permet de baisser les coûts. Il y a 159 opérateurs en Europe grâce à cette régulation d’un autre âge et la France excelle dans la répartition des parts de marchés mécanique et aides aux petits au détriment des gros, ce qui permet à certains de ne pas investir et de faire des tarifs de dumping en écrémant les zones rentables et en laissant le reste aux autres qui doivent la péréquation et la couverture, règles d'entrave atypiques à l'échelle de l'europe..,quand il n'y a que 4 opérateurs aux US. Les géants mondiaux sans entraves de régulation ATT, ZTE, TATA ..salivent à l'idée de s'offrir des opérateurs investisseurs européens artificiellement affaiblis par cette régulation : SFR est à vendre, Orange est opéable. On est en train de sacrifier la filière faute de réalisme et de vision internationale.
a écrit le 14/03/2014 à 16:34 :
Du coup son enveloppe va être plus mince, temps pis pour lui.
Réponse de le 14/03/2014 à 19:23 :
Il va sauter sur place et se mettre dans une grosse colère (et il ne connaîtra toujours pas ses dossiers...).
a écrit le 14/03/2014 à 16:19 :
En affaire il semble assez nul ce ministre car être coté sur un marché le choix est vaste et Paris n'est pas forcement le top question coût. Si habiter en Suisse semble louche et avoir un compte dans les anglo normandes rédhibitoire pourquoi ces dernières ne son-elles plus sur la liste officielle française comme paradis fiscaux reconnus? Drôle de ministre en vérité.
a écrit le 14/03/2014 à 15:25 :
Ce qui devrait choquer , c'est qu'un type rachète à tour de bras des entreprises via des LBOs (qui seront payés au final par les salariés de l'entreprise cible ou par le consommateur ) tout en en ayant sa holding au luxembourg ....(pour rappel PV < CSG+RDS français !!!!)
Ensuite, le gouvernement devrait prendre les choses en main en construisant un réseau fibre sur tout le territoire financé par un grand emprunt et ensuite le louer aux opérateurs ... Quant à ceux qui disent que cela ne sert rien , c'est des Konneries , le débit physique permet la génération de nouveaux services ... comme la 4K...
Avec ce deal , on perd 20 ans ....
Réponse de le 14/03/2014 à 17:34 :
si on passe l'investissement par le domaine public, ça va coûter 3 fois plus cher que si c'est les opérateurs qui déploient, il faut symétriser les ouvertures des réseaux pour rendre la concurrence équitable et ensuite imposer aux opérateurs de couvrir progressivement comme sur le mobile (bien que les opérateurs s'appuient sur les réseaux d'orange)
a écrit le 14/03/2014 à 15:01 :
bienvenus dans le monde révé de l'union soviétique à la française...
le minsitre décide, les entreprises exécutent le plan.
un chef d'entreprise français intelligent est celui qui s'est tiré et qui se structure à l'étranger, là où les lois ne changent pas toutes les 10 minutes et où on aime la réussite...
a écrit le 14/03/2014 à 14:55 :
Délit d'initié ou pas, pouvons nous avoir la réponse d'un vrai spécialiste dans ce domaine ?
a écrit le 14/03/2014 à 14:29 :
Et ca ne choque personne qu'un ministre, ancien avocat qui plus est, lache publiquement des informations sur un deal en cours entre boites prives ET cotees???!! Ca s'apparente a un delit d'initie, ou tout au moins a de la manipulation de cours... Hallucinant! Je n'en crois pas mes yeux (ni mes oreilles)... Nuls, archi-nuls! Aux US ou UK il serait poursuivi...
Réponse de le 14/03/2014 à 16:14 :
il est totalement dans son rôle de dénoncer cette opération et de rappeler aux exilés fiscaux qu'ils auront à rendre des comptes.

Réalisez-vous que cette opération est quasiment intégralement financée par des banques dont les pertes sont nationalisées (too big to fail) qui, elles-mêmes se financent à 0% auprès de la BCE (nous!) - soit-disant pour qu'elles injectent les fonds dans l'économie productive (on est loin du compte) - et que ses instigateurs vont toucher leur plus-values au Luxembourg puis se les distribuer qui en Belgique, en Suisse ou à Singapour, en totale franchise d'impôt pendant que clients, salariés de SFR et contribuables français auront à payer pour le siphonage massif qui se prépare?
Réponse de le 14/03/2014 à 16:39 :
Pour vous la gestion des entreprises privées est à la charge d'un avocat, ministre incompétent de surcroît, vous vous trompez d'époque et de pays. Je préfère payer de cette manière que de payer une enveloppe à montegourde.
Réponse de le 14/03/2014 à 16:52 :
@abatuk: LTRO, too big to fail... Vous melangez tout! Et quelque soit les arguments sur ce deal, bons ou mauvais, il y a des lois concernant les annonces de societes cotees!! On ne fait pas n'importe quoi. Par exemple, bien souvent ce genre d'annonce intervient apres la cloture des marches, pour laisser le temps aux investisseurs de digerer l'information et eviter les mouvements trop brutaux... Regardez les cours juste apres l'annonce de Montebourg ce matin, Numericable +3%, Bouygues -2%... Alors meme que le conseil de surveillance de Vivendi se reunit aujourd'hui! Non mais franchement, c'est aberrant... Sans parler de l'image tres mauvaise pour les investisseurs de tout bords... Il y a un mois, Hollande reunissait des chefs d'entreprise pour leur dire a quel point les entrepreneurs sont les bienvenus en France, et a cote de ca on a un guignol pareil! Payer une equipe de bras casses de la sorte, qui avancent d'un pas et reculent de 3, ca pour le coup c'est gaspiller l'argent du contribuable!
a écrit le 14/03/2014 à 13:41 :
Il est temps que ce gouvernement - Arnaud Montebourg en tête - passe des vaines remontrances ou menaces aux actes.
Pour empêcher le hold-up que Numéricable et ses actionnaires (Carlyle et Cinven) vont réaliser depuis le Luxembourg et autres paradis fiscaux intra-euopéens il n'y a pas d'autre solution que de bannir les trous noirs fiscaux que l'on laisse perdurer au sein même de l'Europe et que l'on se penche sérieusement sur le "business"-model dévastateur des fonds de private-equity.

Ce deal aura comme résultat l'enrichissement d'une poignée d'exilés fiscaux en col blanc au détriment de millions de consommateurs, salariés et contribuables français.
Abatuk
Réponse de le 14/03/2014 à 16:41 :
Encore un bobo de gauche qui en croque.
a écrit le 14/03/2014 à 11:40 :
Incroyable!
Un ministre qui défend bec et ongle et publiquement une société privée et fait même des annonces (à leur place) "J'ai cru comprendre que Vivendi voulait vendre SFR à Numericable coûte que coûte" alors que ces sociétés sont cotées en Bourse... et qu’il est ministre d’un gouvernement qui est l’actionnaire majoritaire du plus gros concurrent de ces sociétés!
Du jamais vu! et en plus, il raconte des choses totalement fausses (« le cable est un système d’avant » ...Liberty Global, Comcast, …. Ca ne lui dit rien? D'autant plus grave qu'il n'est pas informé ou raconte des salades.
Et le côté fiscal des choses...On ne peut tout même pas empêcher une société ou une personne ayant des attaches à l'étranger d'investir en France!
Incroyable!
Réponse de le 14/03/2014 à 12:12 :
Ce n'est pas le Ministre qui parle, mais le Grand Orient... Et là, la secte n'a pas réussi son coup. C'est peut-être un meilleur message qu'il n'y parait, si on parvient a se débarrasser de ces groupes occultes d'influence, rois des petits arrangements entre amis...
Réponse de le 14/03/2014 à 12:20 :
Il est maçon Martin B ???
Réponse de le 14/03/2014 à 14:06 :
Au moins dans le BTP !
Réponse de le 14/03/2014 à 16:40 :
Il s'est fait avoir montegourde maintenant il vient de perdre son enveloppe.
Réponse de le 14/03/2014 à 17:55 :
@Simplet : là n'était pas le propos, mais oui, lui aussi, et de père en fils. Tout comme Bolloré, en face, qui a tenté de forcer le deal. On voit bien que les sphères d'influence sont actives, mais ne réussissent pas a tout enquiller.
a écrit le 14/03/2014 à 11:14 :
Y 'en a marre de ces gens qui font tout pour ne pas payer leur impôt.. quand va t on les mettre en prison ou leur couper la tête?
a écrit le 14/03/2014 à 11:10 :
Ce ne serait pas une photo d'un footballeur ou d'un chomeur potentiel. Et en plus il se prononce sur un sujet économique alors qu'il n'a aucune notion de ce qu'est une opération de ce type. Incoryable les dictatures socialistes françaises. D'autant que le pilote lui s'occupe d'activités frivoles avec sa nouvelle copine ou une autre !!
a écrit le 14/03/2014 à 10:37 :
Chacun de nous peut choisir son fournisseur internet et son réseau portable et même en changer s'il ne lui convient pas, personnellement je suis de plus en plus sensible au "made in France" ...
Réponse de le 14/03/2014 à 16:45 :
Vous parlez de liberté en la matière on a pas le choix si demain un opérateur étranger s'installe en France et c'est moins cher aucun problème je change. Je fais comme montegourde je regarde mon intérêt, je ne suis pas naïf je fais comme eux, l'intérêt général je m'en fout c'est ce qu'il font tous les jours.
a écrit le 14/03/2014 à 10:11 :
En tout cas, pour l'accès à internet des citoyens à un prix acceptable, la reprise par Numéricable s'impose.
Réponse de le 14/03/2014 à 11:08 :
C'est une blague? Numericable est loin d'être accessible à tous...
Réponse de le 14/03/2014 à 12:19 :
"En 2009, Numericable contrôle la quasi totalité des réseaux câblés de France, ce qui représente « 9,5 millions de logements » potentiels (prises raccordées) soit près de 32 % des foyers français67, avec 3,5 millions d'abonnés à la télévision, 1 037 000 pour Internet et 753 000 pour la téléphonie68.

Le câblo-opérateur compte, en juin 2012, 532 000 abonnés au très haut débit par fibre optique (marques blanches comprises), 4,6 millions de foyers raccordés48. Le 8 novembre 2012 Numericable dévoile dans un communiqué de presse avoir 585 000 abonnés."
Réponse de le 14/03/2014 à 12:57 :
Un prix acceptable je ne sais pas ce que c'est, toujours est-il que Numericable est le plus cher des fournisseurs internet, il vient d'ailleurs d'augmenter ses prix. Il a aussi le meilleur revenu par abonné.
a écrit le 14/03/2014 à 10:09 :
Et si SFR repartait seul à la poursuite de son introduction en bourse, que dira Montebourg? Que la concurrence ne profite pas au consommateur?
a écrit le 14/03/2014 à 9:59 :
Plus l'on est important, pas qu'en facade publique, plus l'on peut tout se permettre.
Il a bonne mine le foirail des maquignons de Bruxelles avec leurs puissants lobies.
Le montage fiscal éclaté est le symbole de ce foirail, dans le marché universel souverain.
a écrit le 14/03/2014 à 9:56 :
Que ne ferait-il pas pour que l'on parle de lui?
Il ne sait rien de la décision de Vivendi
Réponse de le 14/03/2014 à 10:37 :
Il est bien obligé d'agiter les bras pour qu'on le voit, vu qu'il ne sert a strictement rien le reste du temps...
a écrit le 14/03/2014 à 9:54 :
Il s'en contre fou des réglementations en matières de sociétés cotées !!!!!!!

Enfin, bon, il voulait se mettre au niveau de Tobira certainement et de Sapin.

Lamentable.
a écrit le 14/03/2014 à 9:40 :
Qu'elle manque de professionnalisme
divulger des informations dont il a la primaire par son statut de responsable politico industriel d'un gvt stalinien
une catastrophe, ZERO

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :